Selon un communiqué mis en ligne sur le site du département de la Défense américain, des troupes étasuniennes ont été « touchées par des tirs d'artillerie depuis des positions turques » le 11 octobre à 21h, heure locale, près de la ville de Kobané, dans le nord de la Syrie.
Kudes

Des soldats USA pris comme cible par l'armée turque
D'après le capitaine Brook DeWalt, l'incident s'est déroulé hors de la « zone de sécurité » que la Turquie souhaite mettre en place le long de sa frontière afin de la séparer des territoires contrôlés par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). Ceux-ci sont qualifiés de « terroristes » par Ankara.

« L'explosion s'est produite à quelques centaines de mètres d'un lieu situé en dehors de la zone du mécanisme de sécurité et dans une zone connue des Turcs comme accueillant des forces américaines », est-il rapporté dans le document du département de la Défense. Il est précisé qu'aucun soldat américain n'a été blessé.

« Les Etats-Unis restent opposés au mouvement militaire turc en Syrie et s'opposent en particulier aux opérations turques en dehors de la zone du mécanisme de sécurité et dans les zones où les Turcs savent que les forces américaines sont présentes », est-il également rappelé.

Enfin, Washington a fait savoir à son allié de l'OTAN qu'il « exigeait » que « la Turquie évite les actions qui pourraient donner lieu à une riposte défensive immédiate », insistant sur le fait que les « forces américaines » ne s'étaient pas « retirées de Kobané ».

Le ministre turc de la Défense dément

Ce 12 octobre, la Turquie a cependant nié avoir tiré sur les positons américaines par la voix du ministre turc de la Défense Hulusi Akar, dans une déclaration à l'agence de presse étatique Anadolu. « Il n'a absolument pas été question du moindre tir contre le poste d'observation américain », a-t-il expliqué, assurant que les frappes étaient dirigées contre des forces des YPG stationnées à un kilomètre d'un poste d'observation américain.

Le ministre a également fait savoir que l'artillerie turque avait riposté à des obus tirés par les combattants kurdes depuis des collines situées « à environ 1 000 mètres au sud-ouest du poste d'observation américain ». « Toutes les mesures avaient été prises afin de ne pas toucher le poste d'observation américain », a-t-il ajouté, révélant que les forces turques avaient stoppé leurs tirs «par précaution» après avoir été contactées par les Américains.

Le 9 octobre dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé le début d'une nouvelle opération militaire contre les forces des YPG, et ce en dépit des nombreux avertissements américains.

De son côté, Donald Trump, après avoir été critiqué par certains pour avoir laissé la Turquie mener son offensive au détriment des Kurdes, a autorisé des sanctions contre la république turque - sans les activer pour l'instant - et son secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a fait savoir que les Etats-Unis pouvaient « neutraliser » l'économie du pays tout entier « si nécessaire ». « Ce sont de très fortes sanctions. Nous espérons que nous n'aurons pas à les utiliser », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse le 11 octobre.