Il y a crise au Moyen-Orient, oui le Moyen-Orient, parce c'est toute la région qui est en jeu. Il ne s'agit pas que d'un conflit entre les États-Unis et l'Iran, précise Samir Saul, professeur d'Histoire de l'Université de Montréal et spécialiste du Moyen-Orient.
iran
© Inconnu
Morteza Nikoubaz-lSIPA
Donald Trump a fait un geste irréfléchi qui nuit à sa propre politique qui était axée sur l'étranglement de l'Iran par des sanction. Cette politique d'étranglement visait à susciter un soulèvement populaire en Iran. Or c'est le contraire qui se passe: la population a été réunie dans son opposition à la domination des États-Unis dans la région. Il en va de même pour l'Irak et le Liban. Seul Israël est content de cette assassinat.

Samir Saul s'élève aussi contre les interprétations des événements actuelles fondées sur les divisions sectaires. La vraie question est celle du rôle de domination des États-Unis au Moyen Orient. Force est de constater que Washington est le grand perdant. Même l'Arabie Saoudite, « faible militairement », prend ses distances par rapport aux États-Unis.