Chine

Des touristes chinois portent des masques de protection durant leur visite du Temple du Ciel, qui est resté ouvert pendant la fête du Nouvel An chinois et du Festival du printemps à Pékin, en Chine, le 27 janvier 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)
Selon un épidémiologiste de Harvard, le régime chinois ne rend probablement pas compte de la véritable ampleur de l'épidémie de coronavirus.

Les craintes d'une épidémie rampante s'intensifient après que la maladie infectieuse ait touché la plupart des régions de la Chine et se soit propagée à plus d'une douzaine de pays dans le monde.

Selon les chiffres officiels, le virus de type pneumonie infecte des milliers de personnes et tue des dizaines d'autres, mais les experts affirment que le nombre total d'infections est largement supérieur à celui rapporté par le régime communiste.

Dans une étude récente de l'Imperial College de Londres, les chercheurs ont constaté que "la transmission interhumaine auto-entretenue" est la "seule explication plausible de l'ampleur de l'épidémie à Wuhan".

Les chercheurs ont déclaré que chaque individu infecté pouvait en infecter 2,6 autres en moyenne et que les autorités devraient bloquer la transmission de plus de 60 % des cas pour contenir l'épidémie.

Une autre étude que des experts britanniques et américains ont publiée le 23 janvier, actuellement en phase de prépublication, situe le nombre de reproductions à environ 3,8, bien qu'il ait été révisé ultérieurement à 2,5.

Avec un taux de reproduction de 3,8, la Chine devrait contrôler 72 à 75 % des transmissions pour empêcher la propagation du virus - "une tâche presque impossible, en verrouillant toute la ville", a déclaré Michael Lai, un biologiste moléculaire américain de l'Academia Sinica de Taiwan.

La Chine a mis 17 villes en quarantaine, a reporté les ouvertures d'écoles et a prolongé la semaine de congé national du Nouvel An lunaire jusqu'au 2 février, afin de tenter de freiner la propagation de la maladie.

Malgré ces efforts, 5 millions de personnes ont quitté l'épicentre du virus à Wuhan avant que le verrouillage ne prenne effet le 23 janvier.

Les experts de l'étude préliminaire ont estimé que moins de 10 % des infections ont été identifiées à Wuhan jusqu'à présent.

"Si l'épidémie se poursuit sans relâche à Wuhan, nous prévoyons qu'elle sera bien plus importante d'ici le 4 février", ont écrit les chercheurs, qui prévoient que plus de 190 000 infections se produiront d'ici là dans la seule ville de Wuhan.

Selon eux, de grandes épidémies pourraient également se développer dans de grandes villes comme Shanghai, Pékin, Guangzhou, Chongqing et Chengdu.

Le 25 janvier, le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Guangdong a estimé le taux de reproduction à 2,9, affirmant que la maladie "pourrait présenter un risque de pandémie plus élevé que le SRAS" - une vaste épidémie originaire du sud de la Chine de 2002 à 2003, qui a officiellement tué environ 800 personnes dans le monde.

Risque de pandémie

"Je dirais qu'il existe un risque de pandémie très élevé", a déclaré le Dr Eric Feigl-Ding, épidémiologiste à l'université de Harvard, citant les conclusions du rapport du CDC chinois.

Selon lui, le risque est exacerbé par le fait que des patients asymptomatiques propagent le virus sans le savoir.

Le ministre chinois de la santé, Ma Xiaowei, a déclaré aux journalistes le 26 janvier que le coronavirus, contrairement au SRAS, est infectieux pendant sa période d'incubation, qui peut durer jusqu'à 14 jours - ce qui signifie qu'il peut être transmis même lorsque la personne infectée ne présente aucun symptôme.

Une étude publiée le 24 janvier dans The Lancet a identifié un patient atteint de coronavirus, âgé de 10 ans, qui ne présentait aucun symptôme avant une inspection médicale. Deux autres patients de la même étude ne présentaient pas de signes de fièvre.

Ces résultats ont fait craindre que les mesures de dépistage actuelles, qui contrôlent la température du corps, ne soient pas efficaces pour détecter la maladie.

Récemment, deux patients de Wuhan ont passé des contrôles de dépistage en France et n'ont montré des signes d'infection qu'un et cinq jours plus tard, respectivement.

M. Feigl-Ding a déclaré que cette caractéristique du coronavirus "rend le confinement beaucoup plus difficile" que dans le cas du SRAS, qui n'était pas infectieux pendant l'incubation.

Il a également suggéré que de nombreux chiffres officiels sur les infections et les décès sont basés sur des données qui ne sont pas à jour, en raison de l'existence probable d'un "retard" administratif.

Entre les 25 et 26 janvier, le nombre de patients a augmenté de 50 %, passant de 2 000 à 3 000 environ. Il y a eu un certain nombre d'occasions où les décès n'ont été signalés qu'au moins un jour plus tard, ce qui rend difficile pour les personnes extérieures d'évaluer la situation réelle, a-t-il dit.

L'important retard dans les cas en attente de tests suggère "qu'il y a beaucoup de cas suspects qui ne sont pas confirmés", a déclaré M. Feigl-Ding. "Quand il y a un retard dans les tests, tout est retardé, ce qui affecte le modèle de prédiction de tout le monde".

Il a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare très prochainement une situation d'urgence mondiale. La semaine dernière, l'OMS n'a pas hésité à qualifier l'épidémie d'urgence sanitaire mondiale.

Le 26 janvier, l'organisation a évalué le niveau de risque de l'épidémie comme étant "très élevé" en Chine et "élevé" à l'échelle internationale. Le 27 janvier, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont recommandé aux voyageurs d'éviter tout "voyage non essentiel" en Chine.

Un virus "résistant"

Les autorités chinoises ont détecté quatre générations de propagation du virus à Wuhan - ce qui signifie qu'une personne qui a contracté le virus à partir de sa source d'origine non humaine, a infecté une personne, qui a infecté une autre personne, qui a ensuite infecté une troisième personne.

Des cas de deuxième génération ont également été détectés en dehors de Wuhan. Ce phénomène indique que le virus est "résistant", selon Lai.

Lorsqu'un virus se réplique chez un nouvel hôte, il est généralement affaibli, donc le fait qu'il survive jusqu'à la quatrième génération suggère que le coronavirus de Wuhan s'est "bien adapté chez l'homme", selon M. Lai.

Selon Lai, les virus à ARN - des virus dont le matériel génétique est constitué d'ARN plutôt que d'ADN - comme le coronavirus de Wuhan et le SRAS, ont un "taux de mutation élevé", qui leur permet de "changer de propriétés très rapidement".

A titre d'exemple, dans l'étude de Lancet, les séquences d'ARN isolées chez 6 patients d'un même foyer sont différentes les unes des autres, a-t-il noté. Lai a déclaré qu'il avait observé dans ses recherches précédentes "l'apparition fréquente de recombinaisons d'ARN entre différentes souches de coronavirus", signe de l'évolution du virus.

Une telle nouvelle "n'est peut-être pas très bonne à entendre ; elle suggère la difficulté de contenir ce virus", a déclaré M. Lai.

Traduction Sott.net - Source : The Epoch Time