Hervé Boissin - Christian Perrone
© BFMTV
Hervé Boissin (Médecin généraliste, Vice-Président du Conseil de l'Ordre de Paris) - Christian Perrone (Chef du service infectiologie a I'Hôpital Raymond-Poincaré)
Les préconisations du Dr Perrone, chef du service infectiologie a I'Hôpital Raymond-Poincaré, semble être un bon compromis sur le traitement du Prof. Raoult pour mettre tout le monde d'accord. Extraits :
« Je suis tout à fait d'accord qu'on fasse des études scientifiques, des tirages au sort contre placebo, ça on peut le faire sur des gens qui sont pas trop malades avec leur consentement. Mais là, c'est pas trop éthique de faire ça chez des gens qui vont peut-être aller en réanimation le lendemain, qui peuvent mourir trois jours après, c'est inacceptable sur le plan éthique. On sait qu'un médicament qui est bien toléré qui peut marcher, on le donne à tout le monde, et puis l'état doit dire "ça y est on demande à l'industrie de le fournir massivement". Et puis si peu après il y a un autre médicament meilleur dans quelque temps ben ok, on passe à autre chose. Mais on peut pas rester comme ça dire "on attend un jour qu'il y ait des évaluations contre placebo". Je ne peux plus accepter ce genre de discours d'un point de vue éthique tout simplement. »
« Moi du Plaquénil j'en donne depuis des années a plein de malades pendant des années sans problème. C'est pas qu'il n'y a pas des effets secondaires, il faut être prudent, et en plus je ne dis pas de le donner en ville, je dit pas que tous les médecins généralistes donnent ça à tous les gens qui ont un rhume ou de la fièvre, ce sera fait à l'hôpital. C'est des gens qui sont hospitalisés, pour les cas avant qu'ils passent en réanimation, pour éviter qu'ils passent en réanimation. En plus à l'hôpital c'est très facile de surveiller ses éventuels effets secondaires qui sont quand même rares, pas si méchants que ça parce que j'ai l'expérience de ce médicament. »

Pour rappel, le communiqué de l'IHU :
Marseille, le 22 mars 2020

Epidémie à coronavirus Covid-19

Dans le contexte actuel de la propagation de l'épidémie à coronavirus Covid-19 sur le territoire français et dans le monde.
Conformément au serment d'Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin. Nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d'une maladie. Nous respectons les règles de l'art et les données les plus récemment acquises de la science médicale.

Nous avons décidé :
· Pour les tous les malades fébriles qui viennent nous consulter, de pratiquer les tests pour le diagnostic d'infection à Covid 19 ;
· Pour tous les patients infectés, dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner, de proposer au plus tôt de la maladie, dès le diagnostic :
- un traitement par l'association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d'usage de cette association (avec notamment un électrocardiogramme à J0 et J2), et hors AMM. Dans les cas de pneumonie sévère, un antibiotique à large spectre est également associé.

Nous pensons qu'il n'est pas moral que cette association ne soit pas inclue systématiquement dans les essais thérapeutiques concernant le traitement de l'infection à Covid-19 en France.

Pr Philippe Brouqui, Pr Jean-Christophe Lagier, Pr Matthieu Million, Pr Philippe Parola, Pr Didier Raoult, Dr Marie Hocquart