En effectuant des recherches en ligne sur le SRAS CoV-2 (COVID-19), je suis tombé sur une interview vidéo du Dr Pekova, médecin, biologiste moléculaire et généticienne tchèque ayant pratiqué de nombreuses recherches.

Dans un entretien avec la chaîne de télévision T3, le Dr Pekova déclare que la séquence du génome du SRAS CoV-2 (COVID-19) ne serait probablement pas naturelle, et ses caractéristiques suggèrent qu'elle a été génétiquement modifiée.
Dr Pekova - labo virologie
Le Dr Pekova est à la tête de l'équipe de recherche des laboratoires Tilia, qui a mis au point un test plus efficace, plus rapide et moins coûteux pour détecter le CoV-2 du SRAS (COVID-19). Le laboratoire a offert gratuitement la méthodologie du test à des laboratoires du monde entier.

L'interview contribue à dissiper certaines allégations selon lesquelles le Dr Pekova aurait accusé un gouvernement ou un laboratoire de propager délibérément le virus. Elle ne dit pas que le COVID-19 est une conspiration. Elle suggère seulement que la séquence CoV-2 du SRAS (COVID-19) semble plutôt anormale, et qu'une restructuration aussi importante a peu de chances de se produire dans la nature, sans intervention humaine.

Nous ne saurons peut-être jamais ce qui a conduit à la propagation initiale du SRAS CoV-2 (COVID-19). Maintenant, le plus important est d'aider ceux qui sont gravement malades, et de se soutenir mutuellement pendant cette période difficile.

Il est temps d'interdire la recherche et le développement de virus et autres agents pathogènes génétiquement modifiés. Ils peuvent être dangereux et mortels s'ils sont mal manipulés, ou tomber entre de mauvaises mains.

En tant que vétérinaire canadien bilingue d'origine tchèque, j'ai l'avantage de pouvoir traduire en anglais l'entretien en langue tchèque et de le partager avec vous ici.

Voici la transcription de l'entretien :

- Dr Pekova, comment avez-vous aidé les gens dans le monde entier pendant la pandémie de coronavirus ?

Lorsque le SRAS CoV-2 (COVID-19) est apparu à Wuhan, nous avons compris qu'il allait probablement se répandre en se basant sur l'examen de la dynamique de la maladie.

La recherche de virus d'origine animale fait partie de notre expertise, et nous avons préparé un test de diagnostic pour la détection du virus. Lorsque nous avons détecté les deux premiers patients positifs, nous avons décidé de modifier le test car il était trop compliqué, trop coûteux et qu'il exigeait beaucoup d'équipement de diagnostic.

Dès que nous avons eu deux patients positifs, nous avons pu séquencer le virus et avons découvert qu'il pouvait être détecté à l'aide de la même technologie que celle proposée par le centre de contrôle des maladies. Notre test est capable de détecter le virus à partir d'une section de la séquence qui est très unique et ne peut être confondue avec un autre coronavirus. Cela nous a permis d'utiliser une seule réaction au lieu de trois pour détecter un échantillon positif.

Lorsque nous devons effectuer un test à grande échelle, il doit être rapide, simple, fiable et ne pas surcharger en excès le laboratoire.

Nous avons publié des informations sur la méthodologie du test et pouvons les fournir gratuitement à tout laboratoire qui en fait la demande. De nombreux laboratoires dans le monde entier nous ont demandé la méthodologie parce que le test précédent était trop complexe.

Je suis médecin et j'ai obtenu un doctorat en microbiologie moléculaire et en virologie génétique, et j'ai également suivi une formation de troisième cycle en méthodes médicales en génétique et en microbiologie, et c'est ce sur quoi je me suis concentrée dans mes recherches. Les universités et les centres de recherche les plus éminents de la République tchèque, qui ont la capacité de réaliser des tests, ont fourni un effort très important. La partie la plus importante consiste à créer un système de test et de manipulation des échantillons. Les laboratoires utilisent une forme non infectieuse du virus pour le test de diagnostic.

La pathologie du coronavirus entraîne la destruction de la paroi des voies respiratoires, et elle crée également une réaction immunitaire exagérée qui peut conduire à une fibrose pulmonaire irréversible.

Le CoV-2 du SRAS (COVID-19) ne peut pas survivre indéfiniment, il est généralement viable de 30 minutes à plusieurs heures, il n'aime pas les environnements secs et aime les environnements chauds et humides tels que les tissus, et les mains moites ou en sueur.


Commentaire : Cela remet en cause la pertinence des masques (air de la respiration chaud et humide) et des gants (moiteur)


Les masques faciaux ne nous protègent pas des nanoparticules comme les virus, mais ils empêchent la contamination par les gouttelettes d'eau, par exemple lorsque quelqu'un parle ou éternue.

Une infection est une question de "dose" virale. Il est peu probable qu'un seul virus provoque une infection, mais lorsque quelqu'un éternue quelques millions de particules, il y a de fortes chances qu'il en résulte une infection.

Les poignées de porte, les transports en commun et les chariots de supermarché peuvent être une source d'infection. Il est préférable d'acheter des produits emballés, de faire attention à l'hygiène et de se laver les mains correctement. Les gants ne sont pas aussi importants.

- La lumière UV détruit-elle le virus ?

Le SRAS CoV-2 (COVID-19) est un virus à ARN fragile et la lumière UV est une bonne idée.

- Le laboratoire de Wuhan mène des recherches sur les virus mortels tels que le SRAS, qui est très étroitement lié au CoV-2 du SRAS (COVID-19). Vous avez dit que le CoV-2 du SRAS possède certaines séquences génétiques qui ne sont pas naturelles. Maintenez-vous votre affirmation ?

Oui, je maintiens ma revendication. Les virus à ARN mutent et leur génome est instable. Ils ont un taux de mutation élevé et leur réplication n'est pas très précise.

L'ARN du virus mute généralement dans les zones qui sont responsables de la production de protéines utilisées comme éléments constitutifs du "corps" du virus. Cette partie remplit certaines fonctions du virus, telles que la pénétration des cellules et l'interaction avec la cellule infectée.

Ensuite, il y a la zone de régulation du génome du virus, elle peut être considérée comme le centre de commande qui régit la réplication du virus. Cette partie du génome du SRAS CoV-2 (COVID-19) semble exceptionnellement désordonnée, comme si elle était gravement altérée.

J'ai du mal à croire qu'une restructuration aussi intensive, des insertions et des suppressions du code ARN du virus, puisse se produire dans la nature et que le virus puisse survivre à une restructuration aussi sévère.

La partie régulatrice du génome du virus a généralement un faible taux de mutation. Le SRAS CoV-2 (COVID-19) a un degré de mutation atypique, qui se fait généralement par modification génétique. Lorsque je travaillais dans la recherche, le clonage de la mutation virale était mon travail quotidien, et nous avions l'habitude de cloner différentes variations de gènes sur des milieux de culture. Par exemple, nous avons vu un gène inoffensif se transformer en gène inducteur de lymphome. Une mutation peut transformer quelque chose de bénin en quelque chose de très dommageable. Nous disposons d'outils de génie génétique qui sont capables de telles modifications.

La modification génétique peut être utilisée, par exemple, pour créer des "bébés sur mesure", comme l'a fait un scientifique chinois qui a créé deux embryons génétiquement modifiés. Il a ensuite été condamné à une amende et à la prison. Je peux imaginer que d'autres scientifiques ont fait la même chose, mais ils ne l'admettront jamais. Tout cela dépend de l'éthique du scientifique et je ne suis pas sûr que l'éthique soit une garantie suffisante.

- Pensez-vous qu'il existe des virus encore pires dans des laboratoires secrets autour de la planète ?

Pour être honnête, je ne veux même pas y penser.

Vidéo en tchèque :