Le 12 janvier 2020, le monde a perdu un grand philosophe, un intellectuel, et une voix rare qui défendait l'importance de la beauté.
bghyt

Une peinture de Peter Ilsted, peintre Danois (1861-1933)
Roger Scruton s'est consacré à cultiver la beauté et à "réenchanter le monde". Dans son documentaire "Why Beauty Matters", Scruton soutient que la beauté est un besoin humain universel qui nous élève et donne un sens à la vie.

Il voit la beauté comme une valeur, aussi importante que la vérité ou la bonté, qui peut offrir "une consolation dans la douleur et une affirmation dans la joie", montrant ainsi que la vie humaine vaut la peine d'être vécue.

Selon Scruton, dans notre monde moderne, la beauté se perd, en particulier dans les domaines de l'art et de l'architecture. J'ai grandi à Londres et j'étais souvent déconcertée par une partie importante de l'art et de l'architecture moderne. Dans la vie comme dans l'art, j'ai choisi de voir la beauté des choses, d'habiter à Florence, où je suis entourée de beauté, et de comprendre l'impact qu'elle peut avoir sur le quotidien.

Le mépris de Scruton pour l'art moderne commence avec l'urinoir de Marcel Duchamp. À l'origine, cette pièce satirique était destinée à se moquer du monde de l'art et des snobismes qui l'accompagnent. Elle a fini par signifier que tout peut être de l'art et que tout le monde peut être un artiste. Un "culte de la laideur" a été créé où l'originalité est placée au-dessus de la beauté et l'idée est devenue plus importante que l'œuvre d'art elle-même. Selon lui, l'art est devenu une plaisanterie, approuvée par les critiques, abolissant le besoin de compétence, de goût ou de créativité.
jeudjs

Voici l'urinoir de Monsieur Duchamp
Cela m'a particulièrement touchée et m'a rappelé mon cours de base au Collège d'Art Chelsea de Londres, il y a plus de 10 ans. J'étais enthousiaste à l'idée d'être enfin à l'école de l'art, mais les professeurs m'ont découragé de peindre et de dessiner et m'ont dit que c'était dépassé et que cela n'avait plus de sens. On m'a plutôt encouragé à faire de l'art en utilisant des objets trouvés. J'ai fait des sculptures avec des couverts en plastique et j'ai développé une aptitude pour les conneries pendant les présentations de groupe. Tout était phallique ou nostalgique. Ces mots m'ont valu les éloges des professeurs.

Scruton rencontre l'artiste Michael Craig-Martin et lui demande quelle a été sa première impression de l'urinoir de Duchamp. Martin est surtout connu pour son œuvre "Un chêne", qui consiste en un verre d'eau sur une étagère, avec un texte à côté expliquant pourquoi c'est un chêne. Martin affirme que Duchamp capte l'imagination et que l'art est un art parce que nous le considérons comme tel.
thyuj

"Un chêne" de Michael Craig-Martin
Quand j'ai vu "Un chêne" pour la première fois, j'étais confuse et je me suis dit que je n'avais peut-être pas l'intelligence pour le comprendre. Lorsque je l'ai ensuite remis en question à l'école d'art, la réponse a toujours été "Vous ne comprenez pas", ce qui est devenu une défense courante. Pour moi, cela rappelait le court récit de Hans Christian Andersen "Les nouveaux vêtements de l'empereur", à propos de deux tisserands qui promettent à un empereur un nouveau costume dont ils disent qu'il est invisible pour ceux qui sont inaptes à leurs fonctions, stupides ou incompétents. En réalité, ils ne fabriquent aucun vêtement.

Scruton soutient que la culture consumériste a été le catalyseur de ce changement dans l'art moderne. On nous vend toujours quelque chose, par le biais de publicités qui alimentent notre appétit pour des choses, les publicités essaient d'être effrontées et scandaleuses pour attirer notre attention. L'art imite la publicité car les artistes essaient de créer des marques, le produit qu'ils vendent est eux-mêmes. Plus l'œuvre d'art est choquante et scandaleuse, plus elle attire l'attention. Scruton est particulièrement troublé par l'œuvre de Piero Manzoni "Artist's Shit" qui consiste en 90 boîtes de conserve remplies des excréments de l'artiste.
vfgtr

Piero Manzoni "Artist's Shit"
Un argument commun pour l'art moderne est qu'il reflète la vie moderne dans tout son désordre et sa laideur. Scruton suggère que le grand art a toujours montré le réel à la lumière de l'idéal et que, ce faisant, il est transfiguré.

Une grande peinture n'a pas nécessairement un beau sujet, mais elle est rendue belle par l'interprétation qu'en fait l'artiste. Rembrandt le montre avec ses portraits d'hommes ou de femmes âgés et ridés ainsi que Velázquez, lorsqu'il peint les nains de la cour espagnole avec compassion et gentillesse. L'art moderne prend souvent le sujet de façon littérale et oublie l'acte créatif. Scruton exprime ce point en comparant l'œuvre de Tracey Emin " Mon lit " et une peinture de Delacroix représentant le lit de l'artiste.

btrf

Tracey Emin " Mon lit "
vgtt

Eugene Delacroix, Un Lit Défait, 1827
Les sujets sont les mêmes. Les lits défaits dans tout leur dédain sordide. Delacroix apporte de la beauté à un objet qui en manque à travers le talent artistique réfléchi de son interprétation et, ce faisant, apporte une bénédiction à son propre chaos émotionnel. Emin partage la laideur que le lit montre en utilisant le lit littéral. Selon Emin, c'est de l'art parce qu'elle dit qu'il en est ainsi.

Les philosophes ont soutenu que, par la recherche de la beauté, nous façonnons le monde comme notre maison. L'architecture traditionnelle place la beauté avant l'utilité, avec des détails décoratifs et des proportions ornées qui satisfont notre besoin d'harmonie. Elle nous rappelle que nous n'avons pas seulement des besoins pratiques, mais aussi des besoins moraux et spirituels. Oscar Wilde disait que "tout art est absolument inutile", en plaçant l'art au-dessus de l'utilité et sur un pied d'égalité avec l'amour, l'amitié et le culte. Ceux-ci ne sont pas nécessairement utiles mais sont nécessaires.
hygt

Peinture de Carl Vilhem Holsøe
Nous avons tous éprouvé ce sentiment lorsque nous voyons quelque chose de beau. Être transporté par la beauté, du monde ordinaire à, comme l'appelle Scruton, "la sphère illuminée de la contemplation". C'est comme si nous ressentions la présence d'un monde supérieur. Depuis le début de la civilisation occidentale, les poètes et les philosophes ont vu l'expérience de la beauté comme un appel au divin.

Platon décrivait la beauté comme une force cosmique qui nous traverse sous la forme du désir sexuel. Il a séparé le divin de la sexualité en faisant la distinction entre l'amour et la luxure. Désirer c'est prendre pour soi, alors qu'aimer c'est donner. L'amour platonique supprime la luxure et nous invite à nous engager spirituellement et non physiquement.
"La beauté est un visiteur venu d'un autre monde. Nous ne pouvons rien en faire si ce n'est contempler son pur rayonnement. "- Platon
bgtyhju

P.S. Krøyer (1851-1909)
L'art et la beauté étaient traditionnellement alignés dans les œuvres d'art religieuses. La science a eu un impact sur la religion et a créé un vide spirituel. Les gens ont commencé à se tourner vers la nature pour trouver la beauté, et on est passé des œuvres d'art religieuses aux peintures de paysages et de vie humaine.

Dans le monde actuel de l'art et de l'architecture, la beauté est considérée avec dédain comme une chose du passé. La vision de la beauté de Scruton donne un sens au monde et nous sauve de routines dénuées de sens pour nous emmener vers un lieu de contemplation supérieur. Il nous encourage à ne pas nous venger de la réalité en exprimant sa laideur, mais à retourner là où le réel et l'idéal peuvent encore exister en harmonie "en consolant nos peines et en amplifiant nos joies".
gtyhju

"Petit Palais" de ANDERS ZORN, peintre Suédois, (1860-1920)
Lorsque vous exercez l'un de vos sens, vous êtes dans un monde plus élevé. L'artiste voit la beauté partout et il est capable de la faire ressortir pour la montrer aux autres. Je trouve que la nature est la plus belle et le meilleur catalyseur de la créativité. Le peintre tonaliste George Inness a conseillé aux artistes de peindre leur réponse émotionnelle à leur sujet, afin que le spectateur puisse espérer le ressentir aussi. C'est au cœur de ma recherche artistique. Exprimer mon amour du monde naturel et partager cette beauté avec les autres.

Il y a six ans, j'ai reçu la bourse alpine pour mon essai sur ma "vision esthétique de l'art". Le prix consistait à passer trois semaines en Suisse pour peindre et discuter d'art. Roger Scruton nous a fait une conférence sur l'importance de la beauté et a beaucoup soutenu la résurgence de l'art figuratif. C'était un homme gentil et plein d'esprit, qui a souri lorsque j'ai décrit ma vie d'artiste à Florence.

Florence Amy est un peintre professionnel de Londres, qui vit et travaille à Florence, en Italie. Ses œuvres font partie de collections privées en Amérique et en Europe.