obedient slaves
Toute idéologie politique comporte trois éléments : une vision de l'enfer avec un ennemi qu'il faut écraser, une vision d'un monde plus parfait et un plan de transition de l'un à l'autre. Les moyens de transition impliquent généralement la prise de contrôle et le déploiement de l'outil le plus puissant de la société : l'État. C'est pourquoi les idéologies ont tendance à être totalitaires. Elles dépendent fondamentalement du fait que les préférences et les choix des gens sont supplantés par des systèmes de croyances et des comportements scénarisés et planifiés.

Un cas évident est celui du communisme. Le capitalisme est l'ennemi, tandis que le contrôle des travailleurs et la fin de la propriété privée sont le paradis, et le moyen d'atteindre l'objectif est l'expropriation violente. Le socialisme est une version plus douce de la même chose : dans la tradition fabienne, on y arrive par une planification économique fragmentaire.

L'idéologie du racisme postule quelque chose de différent. L'enfer est l'intégration ethnique et le mélange des races, le paradis est l'homogénéité raciale, et le moyen de changement est la marginalisation ou le meurtre de certaines races. Le fascisme imagine le commerce mondial, l'individualisme et l'immigration comme l'ennemi tandis qu'un nationalisme puissant est le paradis : le moyen du changement est un grand leader. On peut observer la même chose à propos de certains types de traditionalisme religieux théocratique.

Chacune de ces idéologies a un objectif intellectuel principal, une sorte d'histoire conçue pour occuper l'esprit. Pensez à l'exploitation. Pensez à l'inégalité. Pensez à la théorie des races. Pensez à l'identité nationale. Pensez au salut. Chacun vient avec son propre langage pour signaler son attachement à l'idéologie.

La plupart des idéologies ci-dessus sont bien émoussées. Nous avons beaucoup d'expérience à tirer de l'histoire pour observer les schémas, reconnaître les adhérents et réfuter les théories.

Cette année nous a donné une nouvelle idéologie à tendance totalitaire. Elle a une vision de l'enfer, du ciel et un moyen de transition. Elle a un appareillage linguistique unique. Elle a une focalisation intellectuelle. Elle a des systèmes de signalisation pour révéler et recruter des adhérents.

Cette idéologie est appelée "lockdown" ou "confinement" en français. On pourrait tout aussi bien ajouter le mot "lockdownism" au mot "lockdown".

Sa vision de l'enfer est celle d'une société dans laquelle les agents pathogènes circulent librement. Son paradis est une société entièrement gérée par des technocrates médicaux dont le travail principal est la suppression de toute maladie. L'attention est portée sur les virus et autres bestioles. L'anthropologie consiste à considérer tous les êtres humains comme de simples sacs d'agents pathogènes mortels. Les personnes sensibles à l'idéologie sont celles qui présentent divers degrés de mysophobie, autrefois considérées comme un problème mental et maintenant élevé au rang de conscience sociale.

Cette année a été le premier test du lockdownism. Elle comprenait les contrôles les plus intrusifs, complets et quasi-mondiaux de l'histoire des êtres humains et de leurs mouvements. Même dans les pays où l'État de droit et les libertés sont sources de fierté nationale, des personnes ont été assignées à résidence. Leurs églises et leurs commerces ont été fermés. La police a eu carte blanche pour faire respecter tout cela et arrêter la dissidence publique. La dévastation engendrée est comparable à celle de la guerre, sauf qu'il s'agissait d'une guerre imposée par le gouvernement contre le droit des gens à circuler et à échanger librement. Nous ne pouvons toujours pas voyager.

Et remarquablement, après tout cela, ce qui manque encore, c'est la preuve empirique, de partout dans le monde, que ce régime choquant et sans précédent a eu un effet quelconque sur le contrôle et encore moins sur l'arrêt du virus. Plus remarquable encore, les quelques endroits qui sont restés totalement ouverts (Dakota du Sud, Suède, Tanzanie, Biélorussie), souligne Will Jones, "n'ont pas perdu plus de 0,06% de leur population à cause du virus", contrairement à New York et à la Grande-Bretagne, où le nombre de décès est élevé.

Au début, la plupart des gens ont suivi, pensant que c'était en quelque sorte nécessaire et à court terme. Deux semaines se sont étendues à 30 jours qui se sont étendus ensuite à 7 mois, et maintenant on nous dit qu'il n'y aura jamais un moment pendant lequel nous ne pratiquerons pas cette nouvelle foi de politique publique. C'est un nouveau totalitarisme. Et dans tous ces régimes, il y a un ensemble de règles pour les dirigeants et un autre pour les gouvernés.

L'appareil linguistique est maintenant incroyablement familier : aplatissement des courbes, ralentissement de la propagation, distanciation sociale, confinement ciblé par couches, intervention non pharmaceutique. L'ennemi, c'est le virus et tous ceux qui ne vivent pas leur vie uniquement pour éviter la contamination. Parce que vous ne pouvez pas voir le virus, cela signifie généralement de devoir générer une paranoïa de l'Autre : quelqu'un d'autre que vous a le virus. N'importe qui peut être un super propagateur et vous pouvez le reconnaître par son non-respect des règles.

Si Robert Glass ou Neil Ferguson méritent d'être appelés les fondateurs de ce mouvement, l'un de ses pratiquant les plus célèbres est Anthony Fauci des NIH, les Instituts américains de la santé. Sa vision de l'avenir est véritablement choquante : elle inclut des restrictions sur les personnes que vous pouvez avoir chez vous, la fin de tous les grands événements, la fin des voyages, peut-être un assault contre les animaux de compagnie, et le démantèlement effectif de toutes les villes. Anthony Fauci explique :
"Vivre en plus grande harmonie avec la nature nécessitera des changements dans le comportement humain ainsi que d'autres changements radicaux dont la mise en place pourrait prendre des décennies : reconstruire les infrastructures de l'existence humaine, des villes aux maisons, aux lieux de travail, aux réseaux d'eau et d'égouts, aux lieux de loisirs et de rassemblement. Dans une telle transformation, nous devrons donner la priorité aux changements dans les comportements humains qui constituent des risques pour l'émergence de maladies infectieuses. Il s'agit notamment de réduire la promiscuité à la maison, au travail et dans les lieux publics, ainsi que de minimiser les perturbations environnementales telles que la déforestation, l'urbanisation intense et l'élevage intensif.

Il est tout aussi important de mettre fin à la pauvreté dans le monde, d'améliorer l'assainissement et l'hygiène, et de réduire l'exposition dangereuse aux animaux, de sorte que les humains et les agents pathogènes humains potentiels aient des possibilités de contact limitées. Il est utile de noter que, jusqu'à ces dernières décennies et siècles, de nombreuses maladies pandémiques mortelles n'existaient pas ou ne posaient pas de problèmes importants. Le choléra, par exemple, n'était pas connu en Occident avant la fin des années 1700 et n'est devenu pandémique qu'en raison de la surpopulation humaine et des voyages internationaux, ce qui a permis aux bactéries des écosystèmes asiatiques régionaux d'accéder aux réseaux d'eau et d'égouts insalubres qui caractérisaient les villes du monde occidental.

Cette prise de conscience nous amène à penser que certaines, et probablement un très grand nombre, des améliorations vivantes réalisées au cours des derniers siècles ont un coût élevé que nous payons dans les situations d'urgence liées à des maladies mortelles. Puisque nous ne pouvons pas revenir aux temps anciens, pouvons-nous au moins utiliser les leçons de ces temps pour orienter la modernité dans une direction plus sûre ? Ce sont là des questions auxquelles doivent répondre toutes les sociétés et leurs dirigeants, philosophes, constructeurs et penseurs, ainsi que ceux qui sont chargés d'apprécier et d'influencer les déterminants environnementaux de la santé humaine".
L'essai entier de Fauci se lit comme la tentative de rédiger un manifeste du confinement, avec les désirs pleinement attendus sur l'état de la nature et une purification imaginée de la vie. La lecture de ce plan utopique pour une société sans agents pathogènes permet d'expliquer l'une des caractéristiques les plus étranges du lockdownisme : son puritanisme. Remarquez que le confinement s'attaque particulièrement à tout ce qui ressemble à du plaisir : Broadway, le cinéma, le sport, les voyages, le bowling, les bars, les restaurants, les hôtels, les salles de sport et les clubs. Aujourd'hui encore, des couvre-feux sont en place pour empêcher les gens de rester dehors trop tard - sans aucune justification médicale. Les animaux de compagnie sont également sur la liste.

Si une activité est amusante, c'est une cible.

Il y a là un élément moral. L'idée est que plus les gens s'amusent, plus ils ont de choix, plus la maladie (le péché) se répand. C'est une version médicalisée de l'idéologie religieuse de Savornarole qui a conduit au Bûcher des Vanités.

Ce qui est remarquable, c'est que Fauci a toujours été en mesure d'influencer la politique par sa proximité avec le pouvoir, et il a en fait eu une forte influence sur la Maison Blanche en transformant une politique ouverte en une politique de verrouillage. Ce n'est qu'une fois que la Maison Blanche a compris son véritable programme qu'il a été écarté du cercle restreint.

Le lockdownisme a tous les éléments attendus. Il se concentre de manière maniaque sur une seule préoccupation de la vie - la présence d'agents pathogènes - à l'exclusion de toute autre préoccupation. La moindre des préoccupations est la liberté humaine. La deuxième préoccupation la moins importante est la liberté d'association. La troisième préoccupation la moins importante est le droit de propriété. Tout cela doit s'incliner devant la discipline technocratique des atténuateurs de maladies. Les constitutions et les limites du gouvernement n'ont pas d'importance. Et remarquez aussi à quel point les thérapies médicales sont peu présentes ici. Il ne s'agit pas de faire en sorte que les gens aillent mieux. Il s'agit de contrôler toute la vie.

Remarquez aussi qu'il n'y a pas la moindre préoccupation concernant les compromis ou les conséquences innatendues. Dans le cadre du confinement de la Covid-19, les hôpitaux ont été vidés en raison des restrictions sur les chirurgies et les diagnostics électifs. Nous souffrirons de cette décision désastreuse pendant de nombreuses années. Il en va de même pour les vaccinations contre d'autres maladies : elles ont chuté pendant les confinements. En d'autres termes, les verrouillages ne permettent même pas d'obtenir de bons résultats en matière de santé ; elles font le contraire. Les premiers résultats montrent une très forte hausse des surdoses de médicaments, des dépressions et des suicides.

C'est du fanatisme pur et simple, une sorte de folie engendrée par une vision sauvage d'un monde unidimensionnel dans lequel toute la vie est organisée autour de l'évitement des maladies. Et il y a ici une présomption supplémentaire selon laquelle notre corps (via le système immunitaire) n'aurait pas évolué aux côtés des virus depuis un million d'années. Cette réalité n'est pas reconnue. Au lieu de cela, le seul but est de faire de la "distanciation sociale" le credo national. Parlons plus clairement : ce que cela signifie réellement, c'est une séparation humaine forcée. Cela signifie le démantèlement des marchés, des villes, des événements sportifs en personne, et la fin de votre droit à vous déplacer librement.

Tout cela est envisagé dans le manifeste de Fauci. Tout l'argument repose sur une simple erreur : la croyance que plus de contacts humains répandent plus de maladies et de morts. En revanche, l'éminent épidémiologiste d'Oxford, Sunetra Gupta, soutient que le mondialisme et l'augmentation des contacts humains ont renforcé les immunités et rendu la vie de chacun beaucoup plus sûre.

Les responsables du confinement ont réussi de manière surprenante à convaincre les gens de leur vision sauvage. Il suffit de croire que l'évitement des virus est le seul objectif pour tous les membres de la société, et d'en tirer les conséquences. Avant que vous ne vous en rendiez compte, vous avez rejoint une nouvelle secte totalitaire.

Le confinement ressemble moins à une gigantesque erreur qu'au déploiement d'une idéologie politique fanatique et d'une expérience politique qui s'attaque aux postulats fondamentaux de la civilisation à leur racine même. Il est temps de la prendre au sérieux et de la combattre avec la même ferveur avec laquelle un peuple libre a résisté à toutes les autres idéologies maléfiques qui cherchaient à dépouiller l'humanité de sa dignité et à remplacer la liberté par les rêves terrifiants des intellectuels et de leurs marionnettes de gouvernement.

Source : Jeffrey A. Tucker, American Institute for Economic Research - Traduction Sott.net