Giuliani, Trump

Giuliani, Trump
En parlant avec Lou Dobbs de Fox Business, Giuliani a affirmé que "presque aucun" des centaines de milliers de bulletins de vote n'a été surveillé par les observateurs républicains. La loi électorale de l'État exige la présence d'observateurs de tous les partis.
"Nous en sommes maintenant à un décompte d'environ 650 000 bulletins de vote qui sont des bulletins illégaux qui ont été déposés à Philadelphie et à Pittsburgh", a-t-il déclaré.

"Ce qui est dit dans les médias, c'est-à-dire que nous n'avons aucune preuve, est un mensonge complet, absolu, tout comme ils ont menti pendant des années."
Lundi, le bureau du gouvernement Tom Wolf a déclaré dans un communiqué que les observateurs des élections de tous les partis ont eu des observateurs tout au long du processus et que "toute autre insinuation est un mensonge".

Quelques jours plus tôt, M. Giuliani avait déclaré que la campagne Trump pourrait disposer de preuves suffisantes pour modifier les résultats des élections dans l'État de Pennsylvanie.

Il a déclaré dimanche à Maria Bartiromo, de Fox News, que les procès intentés par la campagne de réélection de Trump pourraient montrer que jusqu'à 900 000 bulletins invalident ont été déposés dans l'État ou se déroule la controverse.

Selon un décompte non officiel du Département d'État de Pennsylvanie, Biden a reçu 3,35 millions de voix contre 3,31 millions pour Trump. En pourcentage, Biden a obtenu 49,7 % des voix, contre 49,1 % pour Trump.

Biden Trmup
© (Chip Somodevilla / Getty Images)
(G) Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden s'exprime au Chase Center de Wilmington, Del, le 4 novembre 2020. (Jim Watson / AFP via Getty Images) ; (D) Le président Donald Trump s'exprime le soir de l'élection dans la salle Est de la Maison-Blanche à Washington, aux premières heures du 4 novembre 2020.
"Je pense que nous en avons assez pour changer la Pennsylvanie. L'élection en Pennsylvanie a été un désastre", a déclaré M. Giuliani, en réponse à une question de l'animateur sur la question de savoir si les preuves sont suffisantes pour changer le sort de l'élection présidentielle.

"Nous avons des gens qui ont observé que des personnes ont été poussées hors du bureau de vote. Nous avons des gens à qui l'on a suggéré de voter dans l'autre sens et qui ont reçu une démonstration de la manière de le faire. Je vous donne une vue d'ensemble", a-t-il déclaré.
Pendant le dépouillement des bulletins de vote par correspondance, les observateurs du GOP Pittsburgh ont été "tenus hors de la salle ou éloignés de la salle" pendant une période de 24 heures, a allégué M. Giuliani.

"Même si nous sommes allés au tribunal et que nous avons été autorisés à nous rapprocher de six pieds, les gens de la machine démocrate ont déplacé le lieu de comptage de six pieds plus loin. Ceci est documenté sur un enregistrement vidéo. Il y a plus de 50 témoins", a-t-il poursuivi.

ballots
© Rachel Wisniewski/Reuters
Comptage des bulletins de vote par correspondance dans le comté de Lehigh, en Pennsylvanie, le 4 novembre 2020.
Ce lundi, l'équipe de campagne de M. Trump a lancé un nouveau procès visant à mettre fin à la certification des résultats des élections en Pennsylvanie, alléguant que les comtés démocrates et républicains n'ont pas suivi les mêmes règles concernant les bulletins de vote par correspondance défectueux, et que les observateurs républicains ne pouvaient pas voir le processus de dépouillement des bulletins de vote d'une distance significative.
"Si vous étiez démocrate à Philadelphie, vous étiez autorisé à travailler en dehors des limites des restrictions concernant la réparation des bulletins défectueux, parfois appelée "réparation"", a expliqué Matt Morgan, avocat général de la campagne Trump, lors d'une conférence de presse lundi.

"Mais si vous étiez dans les comtés républicains de l'État de Pennsylvanie, vous n'étiez pas autorisé à le faire car ils suivaient strictement le texte de la loi en Pennsylvanie".
Le procès inclut également un employé de la poste du comté d'Erie qui a affirmé avoir entendu ses superviseurs parler d'antidater illégalement des bulletins de vote qui sont arrivés en retard pour qu'ils paraissent légitimes. Sa plainte a également été citée par le sénateur Lindsey Graham (R-S.C.) dans une lettre adressée au ministère de la Justice, demandant une enquête fédérale.

Source : Isabel van Brugen, The Epoch Times - Traduction Sott.net