Etna
© Fabrizio Villa/Getty Images
Une vue de nuit du cratère Sud-Est de l'Etna pendant l'éruption avec des fontaines de lave.
Très "nerveux" depuis quelques semaines, l'Etna, le plus haut volcan actif d'Europe, a recouvert de cendres plusieurs villages environnants ce week-end, occasionnant des dommages importants. Le président de la région a déclaré vouloir décréter l'état d'urgence régional.
"Une pluie incessante de lapilli [fragments de lave] de grandes dimensions qui explosent au contact de la terre et recouvrent le sol d'une épaisse couche noire. Des vents forts qui poussent les cendres, et parfois même des pierres, vers l'est, en frappant des villages entiers."
Depuis plusieurs semaines, l'Etna s'est réveillé, et ces quelques lignes du journal romain Il Fatto Quotidiano témoignent des conséquences impressionnantes de l'activité de ce volcan.

Car si cet hiver le "monstre" sicilien (plus haut volcan actif d'Europe, avec ces 3 300 mètres) a offert aux habitants de la région des images d'éruptions spectaculaires, ce week-end, l'activité de l'Etna a causé des dommages importants, indique La Sicilia.

"Ce dimanche [7 mars], plusieurs villages situés à l'est de l'Etna ont vu leurs rues se couvrir de noir à cause de la présence de cendres et de lapilli projetés par une nuée ardente", nous apprend le quotidien régional, qui parle aussi de risques potentiels pour le système respiratoire des résidents de la zone.

Les images de la ville de Giarre :


Mais surtout, poursuit le média italien, ces cendres et lapilli doivent être enlevés, ce qui nécessite un effort logistique important et coûteux, a souligné le président de la région, en visite sur place.
"Les administrations de ces communes n'ont pas suffisamment de ressources pour faire face aux dépenses pour éliminer les cendres et les lappilli, voilà pourquoi nous allons décréter l'état d'urgence régional, et nous demandons au gouvernement d'intervenir avec les moyens nécessaires", a déclaré Nello Musumeci, dont les propos sont relatés par La Sicilia.
En attendant que Rome intervienne, le gouverneur a déjà fait savoir qu'il aiderait les communes de la région avec une contribution financière de 1 million d'euros, en plus de l'achat de véhicules adaptés pour déplacer les cendres.

Des moyens qui pourraient se révéler utiles dans un futur proche, puisqu'"il n'est pas exclu que ce phénomène, qui dure depuis plusieurs semaines, se poursuive", a prévenu le président de la région.