Dans le monde qui nous entoure menée à la baguette par des individus pervers narcissiques, le bien devient le mal et le mal devient le bien. Alors, la lavande va-t-elle disparaître des paysages de la Drôme ? C'est la question posée dans un article publié le 28 juillet dernier sur FranceInfo. La plupart des informations qui suivent sont issus de deux articles du même FranceInfo ICI et ICI.
Huile essentielle de lavande
© Inconnu
La plante emblématique du département est menacée par une directive européenne qui pourrait la classer comme produit dangereux pour la santé. Les producteurs, distillateurs ou fabricants de cosmétiques sont inquiets.

La famille d'Alain Aubanel cultive de la lavande depuis trois générations. Alors que la récolte s'annonce plutôt bonne, des messages d'alerte fleurissent aussi dans les champs de lavande. Son huile essentielle pourrait bientôt être considérée comme un produit dangereux par l'Europe. En cause, certaines molécules présentes dans la lavande qui peuvent provoquer des irritations ou des allergies. Le producteur Alain Aubanel explique :
« C'est une toute une filière qui sera impactée, c'est une disparition du métier. »
Produits naturels et chimiques

La nouvelle réglementation pourrait imposer un avertissement sur les flacons. Pour les distillateurs, les vertus de la lavande sont multiples : anti-inflammatoires, ou apaisantes. À terme, toutes les huiles essentielles seraient menacées par cette réglementation européenne. Thierry Bizouard, président de la distillerie Nateva déplore
« pourquoi nous enquiquiner avec ça ? (...) Tout le monde connaît le bienfait des huiles essentielles, je pense qu'on confond les produits naturels et les produits chimiques. »
Dans un autre article publié également par FranceInfo le 27 juillet dernier, il est aussi fait mention du thym et du romarin.

Le même Alain Aubanel y précise que
« C'est toute une région, toutes des filières qui vont être impactées et qui vont disparaitre. »
Le président du Syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France précise :
« Ce qui se prépare à Bruxelles, c'est une réglementation qui s'appelle la stratégie de la chimie durable, prévue pour quantifier et qualifier toutes les molécules chimiques . »
La Commission Européenne annonce que l'objectif est d'obtenir
« un environnement exempt de substances toxiques. »
Sauf que selon Alain Aubanel
« les produits naturels sont considérés comme des assemblages de substances. Du coup, ils ne passeront jamais les tests. »
Bien sûr, l'Union Européenne ne va pas simplement interdire la lavande. « C'est plus subtil que ça ». La réglementation vise à interdire telle ou telle molécule.
« Nous, dans nos lavandes, on a plus de 600 molécules. Donc, à chaque fois qu'une molécule sera dans le collimateur de Bruxelles, automatiquement la plante sera balayée. »

~ Alain Aubanel, Pdt du syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France
Exit la lavande, le thym, le romarin ou encore la sauge :
« Toutes les huiles essentielles et produits naturels sont concernés. »
Et du coup menacés d'interdiction, dans leur utilisation et consommation. À terme, il n'y aura plus de production de plantes en France ou en Europe, selon Alain Aubanel.

En quoi la lavande peut-elle être toxique ?

Pour répondre à cette question, direction la savonnerie artisanale de Montélier. Franck Peiffer en est l'un des fondateurs. Lorsqu'il a pris connaissance de ce projet de réglementation européenne, il avoue « avoir bondi et pleuré ». Le savonnier à froid rappelle les règles de base de son entreprise artisanale : « zéro produit toxique, zéro produit chimique ». La problématique d'aujourd'hui réside dans la composition de la lavande, et notamment dans l'une de ses centaines de molécules.

Le savonnier est rempli d'effroi à l'idée que cette réglementation européenne entre en vigueur début 2022, et de ses conséquences pour les petits acteurs de la filière cosmétique. Interdire les produits naturels comme la lavande ouvrirait la porte à l'utilisation des produits et parfums de synthèse.
« Oui, on pourrait (en utiliser dans les formules). Cela coûterait moins cher, ce serait beaucoup plus simple, mais ce serait une horreur totale par rapport à notre éthique. Sous prétexte d'avancer dans le bon sens, avec ce Pacte vert, en fait... on marche à reculons. »
Un pan de l'économie française menacée

La lavande en France c'est une filière énorme. Cela représente 2 500 producteurs, 130 distilleries, et 300 entreprises qui représentent la parfumerie, la cosmétique, l'aromathérapie. Thierry Bizouard est le patron d'une distillerie du Diois qui produit 36 huiles essentielles, vendues en pharmacie et dans les commerces bio :
« Là, on est sur des milliards d'euros de chiffres d'affaire [même s'il est vrai que] les huiles essentielles peuvent être dangereuses si elles sont mal utilisées. »
Mais de là, à les interdire...
« Depuis l'Antiquité, on utilise les huiles essentielles, et tout le monde en connait les bienfaits. Pourquoi nous enquiquiner avec ça aujourd'hui ? Je crois que tout le monde confond produits naturels et produits chimiques. »

~ Thierry Bizouard, président de la distillerie Nateva
La nouvelle réglementation européenne inquiète toute la filière. Et pas seulement celles des huiles essentielles. L'impact économique s'annonce catastrophique pour bon nombre de professionnels et d'activités liés à la lavandiculture. En ce qui concerne le miel par exemple, Alain Aubanel répète :
« pas de lavande, pas de plantes, plus d'apiculture. »
Les lavandiculteurs et autres professionnels veulent alerter les politiques et l'opinion publique afin d'empêcher le classement de leur production en produits chimiques. Et ainsi préserver un écosystème emblématique du sud-est de la France.

« On est un peu à l'envers de l'histoire »

Ce qui irrite particulièrement Alain Aubanel dans cette réglementation,
« c'est qu'on ne fait pas de différence entre un produit naturel et un produit chimique, qu'on mélange le risque et le danger. (...) On va faire disparaitre des métiers, des utilisations ancestrales pour laisser le champ libre à des produits de synthèse. »
Le producteur de lavande les imagine déjà inonder le marché, en provenance d'Inde ou de Chine. Une aberration compte-tenu des productions locales et des circuits courts déjà en place pour la lavande et autres produits naturels.

Voir notre article sur tous les bienfaits de la lavande, y compris en huile essentielle : SOTT Exclusive - Les mille et une vertus millénaires de l'huile essentielle de lavande et ses précieuses propriétés médicinales