L'élite occidentale actuelle est régie par un principe misanthrope, qui considère l'exercice du pouvoir comme quelque chose qui se mesure à la mesure dans laquelle il peut être exercé de la manière la plus douloureuse. Comment les citoyens doivent-ils répondre au Mal, aux menaces publiques selon lesquelles ils se trouvent dans une période où de nouveaux virus, le cyberterrorisme et les pénuries alimentaires peuvent frapper à tout moment ?
ghjk
Qu'en est-il du fait que proférer des menaces pour atteindre des objectifs politiques ou idéologiques est la définition même du terrorisme, ou que l'utilisation d'Internet à cette fin est la définition du cyberterrorisme ? Lorsque nous regardons ceux qui ont bénéficié politiquement et financièrement des verrouillages, et qui feront sans doute de même avec les épisodes de cyberterrorisme à venir, nous sommes en droit de nous demander : Le site web du Forum économique mondial est-il en fait un site terroriste ?

Les gens de Davos sont-ils des terroristes ? Certes, le déni plausible ici est que ces « menaces » ne sont en fait que des avertissements, des avertissements que d'autres acteurs malfaisants comme le fameux DarkSide, dont on « pense » qu'il est à l'origine de l'attaque du Colonial Pipeline, se tapissent dans l'ombre d'un prétendu anonymat et peuvent mener des attaques ou proférer des menaces.

Qu'en est-il du phénomène croissant de la censure et de la capture de prisonniers politiques ?

Eh bien, que pensez-vous d'un peu de sagesse des affranchis et des gangsters, anciens et nouveaux, qui va comme suit : ceux qui lancent des avertissements travaillent pour ceux qui sont derrière les menaces.

Nous devrions être en mesure d'avertir d'un malheur imminent sans être accusés d'en être l'agent. Mais dans la criminologie normale, nous demandons qui en a profité, et qui avait le pouvoir de le faire. Lorsqu'un seul agent peut à la fois tirer profit de quelque chose et avoir le pouvoir de l'exécuter, il devient un suspect.

Il est donc raisonnable de s'intéresser à ceux qui donnent des « avertissements », car ils deviennent des menaces lorsqu'on comprend qu'ils ont aussi le plus à gagner des « solutions » qu'ils proposent auxdites menaces, et qu'ils ont aussi le pouvoir d'exécuter les attaques eux-mêmes. Ils ne sont pas des solutions, ils sont les ultimatums.

Ils ont en outre un contrôle direct sur les acteurs politiques dont les obligations nominales sont de protéger et de servir le public. À bien des égards, c'est le crime parfait. Et si cela peut arriver, alors cela arrivera, et c'est probablement déjà le cas. Nous devrions aller jusqu'à proposer que c'est effectivement ce qui s'est passé, et ce qui nous arrive en ce moment même.

Le fascisme à la maison

On nous demande néanmoins de croire que ce n'est qu'une incroyable coïncidence si, au moment où l'État profond américain n'a pas réussi à remporter la victoire dans toute une série d'entreprises géopolitiques, il lance une attaque contre la société civile appelée « la Nouvelle Normalité ». Il y a cent ans, les révolutionnaires marxistes Antonio Gramsci et Leon Trotsky ont estimé que les racines du fascisme se trouvaient dans les empires mourants et frustrés ; que lorsque les coûts de l'empire dépassaient les gains, la solution finale consistait à faire tourner les engrenages de la machine de l'appareil d'État contre la population locale de l'empire lui-même.

La politique de division et de conquête, de tromperie et de confusion - normale dans les systèmes parlementaires de toute façon - devient alors un jeu mortel de culture d'annulation, mais avec des charniers et des camps de concentration. C'est ainsi que le mal opère dans le monde.

C'est peut-être ce que nous voyons aujourd'hui. Car il faut vraiment se demander si quelqu'un d'autre ne trouve pas étonnant que, alors que cette série d'échecs impériaux s'est produite en l'espace de quelques années, tout le récit de la société se transforme du jour au lendemain en un gigantesque sacrifice rituel pour prévenir les nouveaux virus, le cyberterrorisme et les pénuries alimentaires.

Ici aussi, on nous demande de suspendre la pensée rationnelle et la science, au nom de la rationalisation et de la confiance en la science. Les dispositions prises par les gouvernements contre un virus en constante mutation sont le plus souvent en contradiction avec la science et la compréhension pré-covid du fonctionnement de la transmission, de ce que signifie être infecté et de la signification des symptômes. Toutes les dispositions semblent viser à attiser la peur, à accentuer les divisions et à transformer cette peur en colère, mais pas contre ceux qui ont créé le virus dans un laboratoire - comme l'a expliqué le sénateur américain Rand Paul lors d'auditions.

Au lieu de cela, nous sommes tenus, dans nos deux minutes obligatoires de haine, de rediriger cette colère armée vers ceux qui remettent en question l'ensemble du récit.

En effet, les caractéristiques du fascisme sont nombreuses, même si, de manière très superficielle et superstructurelle, les « rôles » apparents ont été inversés. Les gangs fascistes (malgré leur idéologie gauchiste) financés par les grandes entreprises sous la forme d'Antifa et de BLM se sont déchaînés pendant une année entière, dans des manifestations qui étaient à 95% pacifiques et à 5% incendiaires et meurtrières. Mais pour en revenir aux affranchis et aux gangsters, il suffit peut-être d'éliminer 5% des adversaires pour susciter la peur chez les 95% restants. Dans la rue, cela s'appelle « faire un exemple ».

Élections volées et prisonniers politiques

Une fois que les forces populistes - « le Bloc historique » - un front uni de minorités, de travailleurs, d'anciens combattants, d'étudiants, de chômeurs et de propriétaires de petites et moyennes entreprises ont néanmoins remporté la bataille de la démocratie dans ce qui est apparu comme un glissement de terrain de Trump le soir de l'élection 2020, l'élection a été volée.

Mais le véritable affront, c'est qu'elle n'a pas vraiment été volée, elle a été prise - et prise en plein jour devant tout le monde et Dieu - dans le cadre d'un non-complot ouvertement publicisé par le Transition Integrity Project, financé par Nicolas Berggruen du Forum économique mondial et dirigé par le favori de Clinton, John Podesta, travaillant avec des oligarques de la Big Tech comme Zuckerberg et annoncé par le Washington Post de Jeff Bezos.

Même l'article du Time Magazine se lit comme une confession. Sans doute s'agissait-il d'inoculer la dernière douzaine de lecteurs gériatriques du Time Magazine, avant qu'ils n'en entendent parler par leurs amis. Les premières impressions, après tout, sont des impressions durables.

Puis, le 6 janvier, lorsqu'une infime partie du Bloc historique, qui compte encore d'innombrables dizaines de milliers de personnes, s'est mobilisée lors d'une marche pacifique sur le Capitole, le FBI a peut-être lancé une attaque sous faux drapeau qui a justifié une « volte-face » parlementaire coordonnée qui a mis un terme aux espoirs de plus de 70 millions d'électeurs de voir le vol stoppé. Le Département de la Justice corrompu aurait alors procédé à la détention d'un certain nombre de prisonniers politiques, comme il le fait encore aujourd'hui, dans le cadre de procédures grotesquement retardées, sur la base d'accusations qui, en fait, ne ressemblent pas à l'accusation médiatique « d'insurrection ». De plus en plus de rapports crédibles font état de tortures et de lésions corporelles permanentes subies par ces prisonniers politiques.

Comme l'avocat Joseph McBride, représentant les prisonniers du 6 janvier, l'a déclaré sans ambages dans une interview diffusée sur NewsMax et rapportée par The Gateway Pundit :

« Ce que je peux dire au sujet des manifestants du 6 janvier qui restent incarcérés ou détenus à ce stade, c'est que leurs droits constitutionnels et leurs droits de l'homme sont violés par le Département de la Justice et le gouvernement fédéral en ce moment même. La loi est claire : aucun type de punition n'est approprié pour un détenu. Malgré cela, de nombreux détenus sont maintenus à l'isolement pendant de longues périodes. On leur refuse des soins médicaux. Ils sont battus. On leur refuse le sommeil. Ils subissent régulièrement des tortures psychologiques, émotionnelles et physiques [de la part des gardiens] ».

Il n'est évidemment pas surprenant que la torture et les mauvais traitements infligés aux prisonniers politiques soient ignorés par les mêmes médias qui ont encouragé les résultats électoraux frauduleux qui ont provoqué la manifestation.

Mais la menace éminente, outre le fait que cette torture a lieu, est que les médias sociaux - qui, il y a cinq ans encore, étaient un bastion relativement sûr de la liberté d'expression - collaborent désormais ouvertement avec le gouvernement pour faire taire les dissidents.

Le « véritable cyberterrorisme », du point de vue de l'appareil d'État des entreprises, ce ne sont pas les faux drapeaux, passés et futurs, qu'ils ont prévus pour le public. La menace vient plutôt des citoyens qui utilisent la nature horizontale, de pair à pair, des médias sociaux en tant que personnes réelles pour communiquer les vrais dangers existants d'une manière authentique.

Nous sommes en proie au mal

En conclusion, nous pouvons dire que nous sommes en proie au mal - en proie à une élite qui en est venue à considérer l'autorité et l'exercice correct du pouvoir à travers le prisme du darwinisme social des conseils d'administration des entreprises. Nous avons médité sur l'utilité de ce terme, du mal, sachant très bien les connotations métaphysiques qu'il comporte.

Mais nous l'utilisons maintenant avec certitude. Il y avait d'autres moyens d'opérer des changements dans la société, si le changement climatique et la surpopulation humaine étaient les véritables problèmes à résoudre - si ce sont effectivement des problèmes (questions dont nous avons débattu ailleurs).

Comme nous l'avons écrit, cela comprendrait en grande partie un processus de fabrication du consentement par le biais d'un système de renforcement positif, et non de mesures punitives, d'isolement et de technologies coercitives. L'obsolescence programmée aurait été supprimée, ce qui aurait permis de diviser par deux, presque du jour au lendemain, la production de biens qui sont la principale cause des émissions de carbone. Cette solution actuelle s'avère également correspondre précisément aux besoins d'une multipolarité croissante qui, au moins pour une période intermédiaire, semble nécessiter un ralentissement des chaînes d'approvisionnement mondiales. Elle s'inscrit également dans le cadre de la montée de l'automatisation et d'un système économique de plus en plus post-travail, si l'on admet que le modèle d'obsolescence programmée visait autant à maintenir les gens au travail qu'à augmenter la vitesse de circulation de l'argent dans l'économie.

Il en va de même pour le cyberterrorisme et, comme le public en est de plus en plus conscient mais réticent à l'admettre, pour la surutilisation des systèmes en ligne pour gérer les infrastructures critiques et la distribution alimentaire.

Il a été noté avec beaucoup d'inquiétude que les conséquences des « attaques », telles que l'attaque par ransomware de Colonial Pipeline le 7 mai de cette année, étaient inutiles. Il n'y a aucune raison rationnelle sous-jacente pour laquelle le système informatisé utilisé par Colonial, qui régule ses pipelines, doit être connecté à des ordinateurs qui sont à leur tour connectés à l'internet.

Cela soulève de sérieuses questions quant à la raison pour laquelle il a été considéré comme une bonne pratique d'avoir organisé cela en premier lieu. Et cela soulève également de sérieuses questions quant à savoir si son système informatisé contrôlant les valves, mesurant la pression, etc. était effectivement connecté à Internet. Après tout, la fermeture de Colonial remet en question l'ensemble du récit officiel, ce qui conduit de plus en plus à la thèse des « hackers russes ».

En vérité, quelle que soit l'attaque qui s'est produite ou qui ne s'est pas produite, les reportages approfondis ont affirmé qu'elle avait touché son système de facturation, et non les systèmes régissant la distribution physique. Et pourtant, l'accès au pipeline a été coupé, affectant ainsi d'innombrables citoyens. Pourquoi ? Colonial s'est-elle contentée de dire que si elle n'avait pas de moyen de traiter les paiements, il fallait arrêter la distribution jusqu'à nouvel ordre ? Colonial s'est-elle attaquée elle-même ?

Pour les raisons expliquées dans nos ouvrages sur le sujet, l'élite occidentale actuelle est régie par un principe misanthrope, qui considère l'exercice du pouvoir comme quelque chose qui se mesure à la mesure dans laquelle il peut être exercé de la manière la plus douloureuse.

Tant que les activistes de gauche et de droite se battront pour savoir si la Grande Réinitialisation, les confinements et le cyberterrorisme sont en fait un complot capitaliste ou un complot communiste, il sera difficile pour le public d'organiser une résistance efficace à ce que tout cela représente réellement : Le mal.