didier raoult
© AFP
Didier Raoult n'entend pas qu'on siffle la fin de partie pour lui : il restera donc jusqu'à l'été prochain.
Une réunion se tenait comme prévu aujourd'hui à l'université Aix-Marseille entre les six membres fondateurs de l'IHU Méditerranée-Infection, raconte "la Provence". Il y a été décidé que Didier Raoult, officiellement retraité de la fonction publique hospitalière, resterait en poste encore à son poste de directeur pour un an : son successeur devra prendre ses fonctions au plus tard le 30 septembre 2022.

Il devait s'agir d'une « simple réunion de travail » selon une porte-parole de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), dont la vocation n'était pas de « décider du maintien ou non de Didier Raoult à la tête de l'IHU ». Et c'est bien pourtant à l'issue de cette réunion qu'on a appris que le célèbre professeur resterait à la tête de "son" IHU jusqu'à l'été 2022.

Si la décision doit être validée à l'occasion d'un conseil d'administration le 23 novembre prochain, elle risque d'ores et déjà de faire grincer quelques dents chez les toujours bienveillants détracteurs du professeur. Ce n'est pourtant rien qu'une confirmation supplémentaire des compétences de Didier Raoult dont les remplaçants potentiels ne sont pas en surnombre dans le secteur hospitalier français - et encore moins sur les plateaux de télévision.

Depuis l'annonce de la chasse aux sorcières lancée par le nouveau directeur général de l'AP-HM, le professeur et son entourage affichaient leur sérénité quant à sa succession, planifiée de longue date, et glissaient qu'ils n'entendaient pas se laisser voler par des règlements de comptes politico-médicaux. Certains s'inquiétaient que cela puisse relever d'une certaine méthode Coué, mais ce nouvel épisode confirme que les effets d'annonce n'ont pas le même poids que "la réalité des choses", pour reprendre une formule de l'intéressé, et que la placidité apparente avec laquelle il accueillait ces tentatives de déboulonnement n'était pas forcée.

« On ne change pas de capitaine en pleine tempête » dit l'adage. On ne change non plus une équipe qui gagne, diront les soutiens de l'IHU et de son directeur qui a fait ses preuves - et ses détracteurs en seront quittes pour ronger leur frein encore quelques mois.

raoult maintenu