Il s'agit d'une règle économique que des philosophes du marché libre comme Adam Smith ont tenté d'expliquer aux gouvernements et aux monopoles pendant des siècles : Moins de liberté et plus de centralisation égalent moins de production et moins de richesse globale.
juik
Les gouvernements et les banques centrales ont cherché à contourner cette règle en imprimant de l'argent à partir de rien, pensant qu'ils pouvaient créer de la richesse tout en étouffant les interactions financières publiques et le commerce avec autoritarisme. Bien entendu, cela ne mène qu'à l'inflation ou à la stagflation, et la richesse n'est donc jamais réellement créée, elle est projetée comme un hologramme afin de faire croire aux masses que tout va bien - jusqu'à ce que tout se brise, bien sûr.

Les politiques inflationnistes conduisent inévitablement à la spéculation

Dans ce système, le capital est certes concentré dans les mains d'une poignée de personnes, mais la monnaie elle-même est rapidement dévaluée et le pouvoir d'achat est tronqué. Les actifs spéculatifs et de nombreuses matières premières commencent à connaître un regain d'activité à mesure que l'inflation devient incontrôlable.

Certains de ces actifs finiront par imploser, en particulier ceux qui n'offrent aucune valeur ou utilité intrinsèque et qui n'ont été achetés que dans l'espoir de les transmettre à un plus grand imbécile. D'autres exploseront encore plus haut. Essentiellement, les bulles bizarres dans divers secteurs sont en réalité un avertissement de la crise inflationniste à venir.

Certains économistes classiques affirment que les décisions de politique monétaire et les mandats autoritaires n'ont aucune conséquence dans le monde réel. L'inflation est « transitoire », affirment-ils. Le public va « s'adapter » à la nouvelle normalité et se soumettre aux contrôles pour son propre bien. Les mesures de relance des banques centrales désamorceront tous les événements de crise dans l'intervalle et la monnaie hélicoptère apaisera les citoyens. Il suffit de jeter au public quelques miettes de la table pour qu'il se taise et se contente de grignoter.

Ces décideurs universitaires et ces bureaucrates non élus refusent de voir ces bulles spéculatives pour ce qu'elles sont réellement : Des mouvements désespérés pour éviter l'inflation. Personne ne veut détenir des dollars quand ils peuvent voir leur pouvoir d'achat être détruit quotidiennement, alors ils cherchent quelque chose, n'importe quoi d'autre. Finalement, la plupart de ces havres de paix illusoires s'effondreront pour ne plus rien valoir (combien vaudra l'année prochaine votre NFT du Bored Ape Yacht Club ?)

Comme je le dis depuis de nombreuses années maintenant, un crash économique aux États-Unis ne peut tout simplement pas être évité, et il ne peut être caché à la vue du public que pour un temps limité. Et cette limite expire rapidement.

Eh bien, devinez quoi ? Le krach est là, maintenant, sous nos yeux, et il devient évident, même pour les personnes qui font à peine attention.

La « pénurie de tout » est le début de la fin

Depuis un certain temps déjà, les défenseurs de la préparation aux catastrophes comme moi mettent en garde contre les goulets d'étranglement et les faiblesses incessantes de la chaîne d'approvisionnement américaine, un système qui dépend fortement du fret « juste à temps ». Il est triste de voir que nos avertissements sont restés lettre morte pendant si longtemps. Aujourd'hui, le cercle de l'idiotie touche à sa fin et d'importants éléments de l'approvisionnement et du commerce américains sont piégés, attendant qu'une poignée de ports américains et un réseau de fret paralysé traitent des milliards de tonnes [sic, NdT] de produits avant qu'ils ne puissent atteindre les grossistes et les détaillants.

Et la situation ne peut que s'aggraver, car les causes ne sont pas traitées.

Les raisons de la rupture de la chaîne d'approvisionnement sont multiples et il serait injuste de rejeter toute la responsabilité sur un seul coupable. Toutefois, la « tempête parfaite » à laquelle nous assistons n'est peut-être pas aussi fortuite qu'il n'y paraît. À tout le moins, les responsables gouvernementaux et les élites du monde des affaires sont au courant de la fragilité de notre chaîne d'approvisionnement depuis un certain temps et n'ont rien fait pour remédier à la situation.

Voici les principales bombes à retardement de la chaîne d'approvisionnement telles que je les vois...

Une pénurie de travailleurs portuaires

La pénurie de main-d'œuvre est un cancer dans notre économie depuis 18 mois et les ports ne font pas exception. Les obligations vaccinales et les confinements de fait de la Covid-19 ont étouffé les opérations commerciales, y compris celles des services « essentiels ». En particulier, ce sont les allocations chômage et les chèques d'aide sociale Covid-19 qui ont causé la majeure partie de nos problèmes actuels en payant aux travailleurs beaucoup plus pour rester à la maison que ce qu'ils gagneraient au travail.

Bien que les chèques fédéraux Covid-19 aient techniquement « pris fin », certaines prestations sont toujours en cours et les « améliorations de prestations » Covid-19 des États passent par divers canaux tels que le SNAP. Ces prestations s'ajoutent aux chèques de chômage ordinaires de l'État. Ainsi, même si les programmes fédéraux ont ralenti, les programmes d'État se poursuivent, ce qui signifie qu'il y aura encore de nombreux mois de pénurie de main-d'œuvre. Il y a de nombreuses personnes qui n'ont pas travaillé depuis plus d'un an, alors que les offres d'emploi sont nombreuses. En mai, on a estimé que 30 % des chômeurs, soit environ 9,2 millions de travailleurs, étaient sans emploi depuis au moins 12 mois. Et pourquoi pas ? Pourquoi travailler quand le gouvernement vous paie pour ne rien faire.

Les pénuries de travailleurs portuaires se poursuivent en raison d'une perte d'employés au début des fermetures pour cause de pandémie qui n'a toujours pas été corrigée. Il est important de noter que les États qui connaissent les pires encombrements portuaires sont ceux qui ont le plus de restrictions Covid-19 (États bleus). À tel point que les États rouges prennent en charge le trafic portuaire supplémentaire pour atténuer la congestion dans des endroits comme la Californie et New York, mais leur action est limitée.

Pénurie de chauffeurs routiers

Comme pour les travailleurs portuaires, la pénurie de camionneurs est endémique. Le secteur estime que 80 000 à 100 000 chauffeurs de camions doivent être embauchés immédiatement, rien que pour résorber l'arriéré actuel de conteneurs dans les ports. Chaque camionneur travaillant aujourd'hui aux États-Unis devrait effectuer au moins 13 expéditions à travers le pays. Cela signifie qu'au rythme actuel des livraisons de marchandises, ils ne rattraperont jamais le retard accumulé.

Les camions transportent environ 60 % des marchandises destinées aux détaillants américains, sans parler des matières premières destinées aux fabricants. Si le système de transport routier s'arrête, l'économie s'arrête.

Obligations de vaccination

Nous nous rapprochons maintenant de la cause profonde du dilemme de notre chaîne d'approvisionnement. Les obligations de vaccination de Biden et les obligations autour de la Covid-19 en général ont été le principal déclencheur de la pénurie de travailleurs. Cela vaut pour les travailleurs portuaires comme pour les chauffeurs routiers.

Les obligations de vaccination obligent les travailleurs occupant des postes importants dans les infrastructures à faire un choix : rester au travail et accepter un vaccin dont l'innocuité n'est pas prouvée par des tests à long terme, ou refuser et chercher du travail ailleurs. Beaucoup choisissent la seconde solution.

Au bord de la catastrophe

Il est important de comprendre que dans la plupart de ces secteurs, une perte de seulement 10 % de la main-d'œuvre entraînerait un désastre. À l'heure actuelle, de nombreux ports et entreprises sont confrontés à une perte de 30 % ou plus de leurs effectifs. La chaîne d'approvisionnement serait alors presque à l'arrêt, et M. Biden ou le gouvernement de l'État ne peuvent rien y faire, car la plupart de ces emplois sont des emplois qualifiés nécessitant des années de formation et d'expérience. Il n'y a pas de réservoir de travailleurs qualifiés qui attendent dans les coulisses pour prendre ces emplois. Il n'y a pas de contingent de gardes nationaux qualifiés pour les occuper. Il n'y a pas de groupe de travailleurs étrangers qualifiés qu'ils peuvent envoyer dans le pays pour prendre le relais et qui parlent aussi l'anglais suffisamment bien pour fonctionner. Il n'y a personne.

Ils pourraient être en mesure de reconstituer un fac-similé de l'ancienne chaîne d'approvisionnement, mais ce sera une blague en comparaison. Les obligations de vaccination de Biden peuvent et vont probablement paralyser le fret américain et l'économie en général, et c'est peut-être délibéré. Les manipulateurs et le cabinet de Biden sont les véritables rédacteurs de la politique, et ils savent très bien quels seront les dégâts lorsque les obligations de vaccination entreront en vigueur et que des millions de travailleurs refuseront de s'y conformer. Soit ils s'en moquent, soit ils espèrent faire du foin avec le chaos qui s'ensuivra en rejetant la faute sur les personnes qui refusent de se faire vacciner.

Je soupçonne qu'ils ne pensaient pas qu'il y aurait autant d'opposition en Amérique contre ces obligations, alors le plan B est de tourner le récit à leur avantage en plantant le système un peu plus tôt. La résistance aux passeports vaccinaux est nécessaire pour sauver notre république à long terme, mais il est important de réaliser que nous, les non-vaccinés, serons dépeints comme les méchants à court terme simplement parce que nous aurons démissionné ou été licenciés pour non-conformité.

L'inévitable dévaluation du dollar et la stagflation

Le problème le plus important, dont presque personne ne parle dans le grand public, est l'effet de la création monétaire et de l'inflation des prix sur la chaîne d'approvisionnement. D'une part, la création monétaire par le biais de chèques de relance a provoqué un afflux de demandes de biens étrangers, ce qui dilue le pouvoir d'achat du dollar, car il y a maintenant de plus en plus de dollars pour des biens de moins en moins disponibles. Les marchandises ont plus de valeur pour les fabricants étrangers que les dollars que les Américains essaient d'échanger contre elles.

Les mesures de relance aux États-Unis ont l'avantage particulier de déplacer les dommages inflationnistes à l'étranger pendant un certain temps, car le dollar est la monnaie de réserve mondiale (pour l'instant). Les banques et les entreprises du monde entier continuent de garder des dollars en réserve pour les échanges futurs, mais cela pourrait changer rapidement.

Selon les estimations officielles, la Réserve fédérale et le gouvernement ont créé au moins 6 000 milliards de dollars de nouvelle monnaie en l'espace de 18 mois seulement. Les détenteurs étrangers de dollars perdent du pouvoir d'achat au fur et à mesure qu'ils conservent ces réserves. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne commencent à liquider à grande échelle. À ce moment-là, tous ces dollars détenus à l'étranger reviendront en masse aux États-Unis et, avec eux, des bulles de prix écrasantes.

Je pense que les prix d'expédition incroyablement élevés sont en partie une représentation de la dévaluation du dollar. Si j'ai raison, les prix du transport maritime et des conteneurs resteront relativement élevés par rapport aux niveaux d'avant la pandémie et d'avant les mesures de relance, même si la demande de détail diminue. La chute du dollar n'est peut-être pas immédiatement visible pour le public ou les marchés, mais les charges de la chaîne d'approvisionnement et les pics de prix vont pénaliser les consommateurs américains à partir de maintenant.

S'abriter de la tempête de la stagflation

Les solutions sont plutôt simples, mais elles ont des implications sociales importantes et une perte de pouvoir pour l'establishment, c'est pourquoi elles ne se feront jamais de manière pacifique :
  • Mettre fin aux obligations Covid-19
  • Encourager la fabrication sur le sol américain.
  • Mettre fin à la Réserve Fédérale
  • Ramener les États-Unis à l'étalon-or.
Les pouvoirs en place profitent clairement du désastre économique aux États-Unis, et l'application de toute solution pratique serait contraire à leur programme. Plus une population est économiquement démunie, plus elle est désespérée. Plus les gens sont désespérés, plus ils ont tendance à se soumettre au contrôle sur la promesse qu'ils seront assurés d'avoir les nécessités de la vie. Un citoyen affamé est un citoyen docile. Et une chaîne d'approvisionnement défaillante est un excellent moyen d'inspirer cette peur.

Cela nécessite des actions en dehors du système pour isoler les économies locales et nationales. Si l'objectif est l'instabilité économique par la rupture de la chaîne d'approvisionnement, alors les Américains devront créer leurs propres chaînes d'approvisionnement plus près de chez eux. Cela signifie une production et une fabrication locales des biens, des systèmes commerciaux localisés, des monnaies alternatives (soutenues par des matières premières) ou de l'or et de l'argent physiques et une gestion des ressources en dehors des réglementations fédérales. En d'autres termes, la décentralisation complète est la réponse à l'énigme du chaos imposé par le gouvernement.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone