Les soldats ukrainiens sont de plus en plus nombreux à abandonner leurs positions et à poster des vidéos dans lesquelles ils se plaignent de leur commandement. Pourquoi le nombre de désertions augmente-t-il dans ce pays déchiré par la guerre ?
ghjk

Des militaires russes contrôlent des membres des forces ukrainiennes qui se sont rendus à l’aciérie Azovstal dans la ville portuaire de Marioupol, contrôlée par la Russie, en République populaire de Donetsk.
L'aide totale des pays occidentaux à l'Ukraine a déjà dépassé le budget militaire du pays pour 2022, qui devait s'élever à 12 milliards de dollars. Et c'est sans compter les dons humanitaires des citoyens ordinaires du monde entier. Très bientôt, l'Ukraine recevra des États-Unis 20 milliards de dollars supplémentaires pour ses besoins militaires.

Il semblerait que cet énorme afflux de fonds et cet approvisionnement incessant en armes depuis l'étranger devraient résoudre tous les problèmes des forces armées ukrainiennes. Cependant, les soldats abandonnent de plus en plus leurs positions sans autorisation, refusent de se rendre sur la ligne de front dans le Donbass et publient des messages vidéo en ligne dans lesquels ils critiquent leurs commandants. Dans cet article, RT se penche sur les raisons pour lesquelles, malgré l'aide étrangère à l'Ukraine, le nombre de problèmes liés au déploiement du personnel militaire augmente, et pourquoi les soldats ukrainiens désertent de plus en plus fréquemment.

Un projet de loi scandaleux soumis par la députée Mariana Bezugla de la Verkhovna Rada [le parlement ukrainien], donnant aux officiers le droit d'exécuter des militaires pour désertion, a été retiré le 24 mai. Cependant, l'apparition même d'une telle initiative indique clairement que le problème est réel et que les autorités tirent la sonnette d'alarme.

En effet, les unités des forces armées ukrainiennes dans le Donbass sont de plus en plus confrontées à des situations où le soutien logistique est tout simplement inexistant : il n'y a pas de munitions, de nourriture ou de soutien d'artillerie. De nombreuses vidéos sont récemment apparues sur le web, postées par les soldats eux-mêmes. En règle générale, ils confirment leur départ non autorisé de la ligne de front, tout en expliquant leurs raisons. Beaucoup d'entre elles proviennent de militaires de la région de Severodonetsk et Lisichansk, où les batailles les plus brutales font actuellement rage dans le Donbass.

Critique du commandement

L'une des vidéos les plus sensationnelles, publiée le 28 avril, contient un message de membres de la 79e brigade d'assaut aéroportée décrivant la brutalité de leurs commandants. Selon les commandos, l'unité a été emmenée dans une forêt près du village de Yampol, dans la région de Donetsk, et laissée là pour y mourir. « Nous sommes restés assis là pendant cinq ou six jours et les commandants nous ont abandonnés... Et maintenant, on fait de nous des déserteurs pour le simple fait que nous avons survécu... Il y a beaucoup de cadavres qui gisent encore dans ces fosses. » Ils soulignent qu'ils ont demandé de l'aide, mais que le commandant a donné l'ordre « d'aller au corps à corps contre les chars. » Maintenant, les parachutistes survivants font face à des procès pour désertion.

Il est intéressant de noter qu'après la publication de la vidéo, de nombreux lecteurs du segment ukrainien d'Internet ont commencé à déclarer que cette nouvelle était fausse, bien que même le conseiller présidentiel ukrainien Alexey Arestovich l'ait confirmée. Cependant, une deuxième vidéo est rapidement apparue, enregistrée par certains parachutistes qui ont confirmé l'authenticité de l'histoire dans la première vidéo et ont tenté d'expliquer pourquoi ils avaient lancé un appel au peuple ukrainien. « Je ne porterai plus l'uniforme de cette brigade, et la moitié des gars ici pensent la même chose », a déclaré le parachutiste Andrey Berezinsky.

Les critiques à l'encontre du commandement des forces armées ukrainiennes par les militaires ne sont pas rares ces derniers mois. La 115e brigade de défense territoriale a rapporté que les soldats n'avaient suivi aucune formation sur la manière de se retrancher sous les tirs d'artillerie et de mortier.

Les soldats de Severodonetsk ont enregistré une vidéo dans laquelle ils se plaignent au président ukrainien Volodymyr Zelensky et au commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaluzhny, du manque d'armes lourdes et de renforts. Les soldats ont décrié l'incompétence de leurs commandants, restés, selon eux, à l'arrière. « Nous sommes tout simplement envoyés vers une mort certaine. Il n'y a pas de direction de combat, pas de commandant de combat, pas de respect pour les gens. »

Cependant, le commandement militaire n'a pas apprécié cette démarche et a accusé tous les soldats de « désertion ». En conséquence, un scandale a éclaté avec la participation des familles des militaires, qui ont appelé à l'aide le bureau du président de l'Ukraine.
« Mon mari est parti à la guerre comme volontaire, et maintenant il est assis sous les bombardements à Severodonetsk. Il n'y a pas de commandement, ils sont leurs propres commandants. Et les gens qui ont quitté la brigade ont été mis en prison comme déserteurs. Comment ?! Comment peuvent-ils se battre sans rien ? Avec des pelles peut-être, ou avec quoi ? » a déclaré une des femmes de militaires.

« Les membres de la 115ème Brigade ne sont pas des déserteurs ! Ils les jettent juste comme de la chair à canon. Ils affrontent des chars avec des mitrailleuses des années 80. Pourquoi meurent-ils ? Pour que ceux qui sont assis au QG puissent recevoir des étoiles ? » s'indigne une autre femme.
Approvisionnement

Début juin, Radio France Internationale a rapporté depuis un lieu situé près de Severodonetsk que « le déclin se prépare » dans les forces armées ukrainiennes alors que les combats dans le Donbass s'intensifient. « Un mouvement de mécontentement émerge parmi les soldats : ils se plaignent de plus en plus du manque de fournitures et de soutien de la part de leur commandement », notait-elle, ajoutant que les soldats près de Lisichansk décrivent ce qui se passe au front comme « l'enfer sur Terre ».

L'un des principaux problèmes qui démoralise fortement les soldats reste l'approvisionnement. Le sergent Roman Ilchenko a déclaré directement aux journalistes français que « les Russes ont de l'artillerie, des véhicules blindés, et leurs forces sont cinq à six fois supérieures aux nôtres... Nous n'avions que des mitrailleuses et des RPG de 1986. Une mitrailleuse Degtyarov de 1943. Et la mitrailleuse Maxim de 1933. Nous avons également un système suédois portable de missiles antichars NLAW, mais la batterie ne fonctionnait pas. C'est tout ce que nous avions », a déclaré Vladimir Kharchuk, un membre du 20e bataillon, en décrivant sa dernière opération. Le militaire Andrey Shevchenko estime que si les Forces armées ukrainiennes ne renforcent pas leur artillerie, elles ne pourront rien faire.

Plus tôt, un autre grand média étranger avait fait état des problèmes d'approvisionnement de l'armée ukrainienne. Fin mai, le Washington Post a fait état de l'arrestation du commandant de compagnie ukrainien Sergei Lapko, qui avait récemment accordé une interview au journal. L'officier a parlé au Washington Post de la situation extrêmement difficile sur le front, en particulier dans la région de Severodonetsk et Lisichansk. L'état-major ukrainien, ainsi que le président de l'administration militaire régionale de Lougansk, Sergey Gaidai, avaient également fait état de la situation difficile des militaires ukrainiens dans la région de Lougansk. En effet, il y a un flux constant de messages de ce type provenant des soldats ukrainiens en ce moment, mais l'histoire de Lapko a ajouté beaucoup de détails à l'image de ce qui se passe réellement.
« Avant d'être envoyés au front, on nous a remis des fusils d'assaut AK-47 et nous avons eu une séance d'entraînement qui a duré moins d'une demi-heure. Lorsque nous avions tiré 30 balles, on nous a dit que nous n'en aurions pas plus car les munitions sont trop chères », a-t-il déclaré. Lorsque sa compagnie a été envoyée dans le Donbass, vingt personnes ont refusé immédiatement et ont été arrêtées pour désertion. « Quand nous venions ici, on nous a dit que nous serions dans la troisième ligne de défense. Au lieu de cela, nous sommes allés sur la ligne zéro, la ligne de front. Nous ne savions pas où nous allions. »
Sur sa compagnie de 120 hommes, seuls 54 sont encore dans les rangs - les autres sont morts, ont été blessés ou ont déserté.

« On voit à la télévision ukrainienne qu'il n'y a pas de pertes. Ce n'est pas vrai », a déclaré le commandant. Il pense que les pertes sont gardées secrètes afin de préserver le moral des soldats et du grand public. Le soldat a noté que, malgré toutes les difficultés, ses troupes se sont battues avec courage, mais que les combats ont causé de lourdes pertes à sa compagnie, ainsi qu'à d'autres unités dans la région. Le Washington Post écrit que la plupart des décès ont eu lieu parce que les soldats blessés n'ont pas été évacués assez rapidement, attendant souvent 12 heures pour être transportés à l'hôpital militaire de Lisichansk.

Le soldat a évoqué séparément les relations avec le commandement. « Notre commandement n'assume aucune responsabilité. Ils ne s'attribuent que le mérite de nos réalisations. Ils ne nous apportent aucun soutien », a-t-il déclaré. Il s'est également plaint des problèmes d'eau et de la mauvaise alimentation - les militaires devaient se contenter d'une pomme de terre par jour.

Quelques heures après la publication de l'interview, le Service de sécurité de l'Ukraine (SBU) a arrêté plusieurs personnes de la compagnie de Lapko, accusées de désertion. Le commandant de la compagnie lui-même a été suspendu de ses fonctions et placé dans un centre de détention provisoire à Lisichansk, et son sort n'a pas été communiqué. Toutefois, après son interview retentissante, les médias ukrainiens ont commencé à accorder une plus grande attention aux messages vidéo de soldats décrivant des problèmes sur le front.

Désertion

Comme pour les forces armées d'autres pays, il existe en Ukraine des dispositions législatives qui rendent le personnel militaire légalement responsable de toute désertion - article 408 du code pénal. En outre, la désertion sous la loi martiale ou en situation de combat est passible d'une peine assez sévère - de cinq à douze ans de prison. Toutefois, ces mesures n'ont pas empêché les soldats de certaines unités des forces armées ukrainiennes de quitter leur poste.

Même dans la période initiale du conflit, des soldats individuels ont volontairement quitté leurs unités. Incapables de supporter les conditions difficiles, ils ont décidé de manière indépendante de s'échapper du front. Les premiers cas de désertion collective ont commencé à la fin du mois d'avril et ont été associés à la détérioration de la situation des forces armées ukrainiennes dans le Donbass. À cette époque, le ministère russe de la Défense a déclaré que plus de 860 soldats avaient déserté des unités de la Garde nationale ukrainienne.

Nous avons déjà écrit sur un cas où un peloton entier de la 115e brigade de défense territoriale a fait appel à Zelensky et Zaluzhny en refusant d'effectuer une mission de combat près de Severodonetsk. Plus tard, une déclaration similaire a été enregistrée par des unités de la 58e brigade et du 46e bataillon séparé de fusiliers. Les soldats ont accusé le commandement de les avoir jetés dans une situation désespérée comme chair à canon afin de boucher les zones les plus problématiques du front. Ils étaient en route pour Zaporozhye, mais se sont finalement retrouvés sur le front près de Popasna - alors l'un des points les plus chauds du Donbass. Ils n'avaient pas d'armes lourdes, aucun ravitaillement n'est arrivé et le commandement s'est avéré incompétent. En conséquence, ils ont subi de lourdes pertes et ont dû se retirer de leurs positions.

Littéralement au même moment, un autre enregistrement est apparu du Donbass, où les militaires de la 71e brigade Jaeger ont directement refusé d'exécuter un ordre de leurs officiers de pénétrer sans armes sur le champ de bataille contre des canons et des obusiers et de le filmer. Les soldats ont considéré cet ordre comme « criminel » et ont quitté les positions.
« Nous nous tenons avec des mitrailleuses contre des canons, des Grads et des mortiers. Personne ne nous aide. Nous n'avons pas d'armes qui vaille, il n'y a rien. Comment pouvons-nous nous battre pour un pays qui ne se soucie pas de nous ? » se plaint l'un des soldats. « Nous ne voulons pas entrer dans le hachoir à viande et en ressortir en viande hachée. Nous n'avons pas de chars, de véhicules de combat d'infanterie, de fusils... », fait écho un second. À la fin de l'appel, les combattants ajoutent qu'ils ne disposent que de quelques dizaines de mortiers et que ceux-ci « ne fonctionnent que lorsqu'ils le veulent. »
Zelensky a également reçu un appel de militaires de l'unité 7093 rattachée à la 57e brigade de l'armée ukrainienne, qui ont également la vie dure sur le front. Ils se plaignaient du manque d'armes lourdes et de l'absence d'officiers, dont la plupart étaient morts pendant les combats autour de Lougansk. Ces cas résonnants indiquent que, outre les membres des unités de défense territoriale, les membres des unités régulières de l'armée ukrainienne se retirent également de leurs positions. En d'autres termes, même si l'armée ukrainienne dispose de suffisamment de personnel pour former de nouvelles brigades, elle n'a pas le nombre minimum de véhicules blindés pour les approvisionner, et il est donc impossible de créer des formations prêtes au combat à partir des conscrits.

Protestations à l'arrière

Dans le même temps, des scandales secouent également l'arrière profond. Loin des combats à Stry, dans la région de Lviv, les proches des combattants du 65e bataillon de la 103e brigade de la défense territoriale ont protesté lorsqu'ils ont surpris le commandant de l'unité dans la ville alors que leurs hommes combattaient sur la ligne de front. Ils ont déclaré qu'ils avaient été envoyés directement dans le Donbass, sans préparation et sans armes, au lieu de protéger la région de Lviv.

Lors d'une réunion avec des représentants de la défense territoriale des forces armées ukrainiennes, les proches des soldats ont exigé que les hommes soient renvoyés chez eux car, selon eux, ils ne sont pas prêts à mener des combats. « Les combattants non préparés ont reçu une mitrailleuse et deux grenades et ont été envoyés pour arrêter une armée qui dépassait de loin nos soldats », s'est plainte Valentina Mamon de Stry.

« Ils sont partis au front dans leurs voitures, qu'ils devaient également ravitailler eux-mêmes. Ils ont passé plusieurs heures dans des fosses avec des mitrailleuses. Et, le plus important, ils ont tiré sur leurs propres rabatteurs. C'est bien qu'il n'y ait pas eu de victimes. Lorsque les volontaires ont apporté des talkies-walkies, le quartier général du bataillon les a emportés », ajoute Galina Sidor. Beaucoup de femmes disent aussi que des combattants non préparés ont été lancés pour arrêter l'ennemi « à mains nues ».

Source : RT

Traduction: lecridespeuples.fr