Patrick Provost
© Photo courtoisie
Patrick Provost, PhD - Professeur Titulaire -
Faculté de médecine, Université Laval -
Centre de Recherche du CHUQ / CHUL
- Axe des maladies infectieuses et immunitaires - Québec
Patrick Provost est l'un des rares scientifiques québécois qui a eu le courage d'exprimer ouvertement une opinion scientifique qui va à l'encontre du narratif gouvernemental concernant les risques des injections COVID sur les enfants.

Entrevue avec Patrick Provost

Le 28 juillet, le professeur de l'Université Laval et chercheur Patrick Provost nous a accordé une longue entrevue, et on l'en remercie, il a été très généreux de son temps.

On est revenus, bien entendu, sur la saga de sa suspension et du retrait de sa lettre au Journal de Montréal, mais il nous entretient aussi de la censure et des pressions que subissent les professeurs d'université et les chercheurs ; il questionne le narratif dominant sur la pandémie et la vaccination de masse contre la COVID avec des injections d'ARNm expérimentales — plus particulièrement quand il s'agit des enfants ; il questionne l'étiquette de complotisme apposée à tous ceux qui mettent en doute les arguments et les raisonnements qui soutiennent ce narratif ; il questionne le statut des médias, il questionne les contrats que les gouvernements ont signés avec les fabricants des injections COVID, le contenu de ces injections... entre autres sujets.

Donc, on peut dire que Patrick Provost fait vraiment le tour des questions qu'on est en droit de se poser sur toute cette crise sanitaire depuis maintenant plus de deux ans.

ENTREVUE INTÉGRALE EN 3 PARTIES

L'entrevue complète couvre énormément de terrain et a été diffusée en trois parties :

Patrick Provost
Partie 1 : le mardi 2 août 2022


Patrick Provost
Partie 2 : le vendredi 5 août 2022


Patrick Provost
Partie 3 : le mardi 9 août 2022


Appel aux universitaires et aux scientifiques
« Les universitaires et les scientifiques sont invités à communiquer publiquement leurs préoccupations, idées, analyses et perspectives, et à débattre sur la société québécoise qui, depuis mars 2020, traverse ses plus grands bouleversements depuis la Seconde Guerre mondiale, plutôt que d'attendre de faire l'autopsie d'une gestion de crise et d'une transition sociétale ratée. »

Patrick Provost