« En définitive, le parti Démocrate est une organisation criminelle ; et le soutenir, c'est être un criminel. Et comme c'est le parti au pouvoir, à moins de s'y opposer, on le soutient. » - Curtis Yarvin, Le miroir gris

hiver paysage

Kemeri Bog avant l’hiver
Ici, en Nouvelle-Angleterre, le paysage se met au lit, se préparant au long sommeil de l'hiver. L'herbe dans les pâturages des vaches n'a jamais été aussi verte par contraste avec les arbres dénudés, mais cette couleur persistante, elle aussi, va bientôt s'estomper. Nous n'avons pas été frappés ici par les profondes neiges de la lointaine Buffalo, pas un seul flocon, si bien qu'une douce et solennelle immobilité s'installe sur ces tendres collines alors que nous remercions vaguement le gala de gloutonnerie de jeudi, certain de provoquer des terreurs d'indigestion dans la nuit agitée à venir.

Je suis reconnaissant d'être encore ici après toutes ces années ; plus que cela, très reconnaissant ! Et avec la perspective de voir ce qui va suivre : le début d'une grande correction pour un pays qui a déraillé dans la cupidité, la mauvaise foi et la trahison. Tout ce qui est ancré dans le mensonge et la fausseté est prêt à s'effondrer dans les tempêtes politiques à venir.

Il est logique que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase soit l'arnaque la plus bidon de toutes, saturée de tous les types de postures des milléniums Woke : l'escroquerie FTX. Son avatar, Sam Bankman-Fried (SBF), s'est avéré être une espèce spéciale de méchant, un idiot-savant, assez intelligent pour avoir réussi à obtenir un diplôme de physique du Massachusetts Institute of Technology, mais pas très doué pour les mathématiques de base de l'argent - par exemple, l'équation selon laquelle la marge doit être égale à la garantie - et vraiment très mauvais pour couvrir ses traces.

Dans l'effondrement dramatique de FTX, l'autoproclamé marché des crypto-monnaies, tous les liens infâmes entre les grands maux de notre époque apparaissent soudainement sous une lumière éclatante, à savoir : la douteuse pandémie de Covid-19 et toutes les mesures punitives élaborées par les autorités, avec l'aide de l'argent de FTX, pour soi-disant combattre le virus, en particulier les « vaccins » mortels à ARNm que l'on continue à pousser vers un public crédule ; les opérations sinistres des soi-disant fonds spéculatifs et leur rôle dans la lévitation magique des marchés financiers d'une économie qui s'effondre sur des mauvais investissements nécrosants et une dette qui ne pourra jamais être remboursée ; et les efforts sataniques d'une faction politique, le Parti Démocratique du Chaos, dans la subversion de toutes les institutions, d'un océan à l'autre, des écoles, aux tribunaux, aux élections, tout en poussant les États-Unis dans une guerre terrestre en Europe.

Quelques semaines après l'effondrement de FTX et les défaillances extrinsèques en cascade dans le monde souterrain des crypto-monnaies, qui se sont répandues dans les fonds de pension, les banques et les compagnies d'assurance, le grand silence de novembre recouvre également l'appareil réglementaire censé protéger le public de la fraude financière, en particulier le chef de la Securities and Exchange Commission, Gary Gensler, un oncle néerlandais du clan étendu Bankman-Fried.

Le FBI est trop occupé à traquer les évangéliques et le procureur général Merrick Garland reste déterminé à coincer l'ancien président Trump pour n'importe quel crime inventé, malgré six années d'enquêtes ferventes menées par le procureur du district sud de New York, par l'avocate générale de New York Letitia James - qui s'est présentée aux élections en promettant de persécuter le citoyen D.J. Trump - et par la campagne d'intimidation de deux ans de Robert Mueller, qui n'a abouti à rien.

Aujourd'hui, M. Garland a fait appel à un procureur fédéral particulier, Jack Smith, qui a un long passé de chien d'attaque partisan, en tant qu'avocat spécial pour enfin faire le travail contre M. Trump, le proverbial sandwich au jambon digne d'être mis en accusation qui attend un grand jury du district de DC. N'importe quelle accusation farfelue fera l'affaire, tant qu'il s'agit d'un crime. La stratégie de M. Garland est double : 1) réduire à néant le reste de la carrière politique de M. Trump ; et 2) créer une situation qui permettra à tous les avocats du DOJ et aux agents du FBI de ne pas répondre aux questions des commissions du Congrès à majorité républicaine sur tout ce qui se passe sous le soleil, sous prétexte que les questions sont liées à des « enquêtes en cours » qui ne peuvent être compromises. C'est le jeu.

Au moment du coup d'envoi de ce jeu, début janvier 2023, le pays risque d'être ivre et de trébucher à la suite d'un krach financier qui marquera le début d'une dépression économique plus importante que la calamité des années 1930. Pendant ce temps, le nettoyage par la Russie du désordre provoqué par les États-Unis en Ukraine sera presque terminé, à l'ignominie de « Joe Biden », au moment où les crimes de corruption et de trahison du président putatif - s'il est encore en vie - seront diffusés au Congrès sans aucune aide du département de la justice de M. Garland - les preuves de l'ordinateur portable de Hunter ayant déjà été bien étudiées et cataloguées par une armée d'enquêteurs indépendants. FTX sera quelque part dans ce mélange.

Tout cela se déroulera dans le contexte de l'affaire Covid-19, aujourd'hui élucidée. Au début de l'année 2023, les preuves de l'excès de décès et d'invalidités toutes causes confondues résultant des injections de Pfizer et Moderna seront accablantes et la nation saura qu'elle s'est fait avoir par une machination entre les autorités de santé publique corrompues, les entreprises pharmaceutiques et l'establishment médical corporatif, y compris ses revues discréditées. Personne en Amérique ne fera plus jamais confiance à un médecin.

Nous en saurons probablement aussi beaucoup plus sur les actes sombres et sales qui entourent les élections de mi-mandat de 2022 lorsque le scandale FTX s'étendra et que les centaines de millions de dollars des investisseurs de FTX qui ont été livrés en express dans les caisses du parti Démocrate pour les opérations de récolte des bulletins de vote seront révélés, ainsi que les méthodes exactes utilisées pour accomplir cette méga-fraude.

Alors, profitez des moments calmes de ce Thanksgiving avant que la cacophonie du milieu de l'hiver ne commence à rugir et à faire rage dans ce pays infortuné. Dites une prière pour les héros en attente qui visent à sauver la république des déprédations de la vicieuse gauche Woke-Jacobine. Et, en plus de vos autres préparatifs, prévoyez du bicarbonate de sodium pour les terribles brûlures d'estomac qui suivront.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone