mourir de froid extérieur
Cet hiver met l'Europe à l'épreuve. Les coûts moyens réels du gaz et de l'électricité pour les ménages européens sont supérieurs de 144% et 78% aux chiffres de la période 2000-19.

De nombreux pays européens ont mis en place des systèmes de transfert de fonds pour aider les gens à payer leurs factures d'énergie, ce qui devrait réduire les chocs.

La Lituanie, en tant qu'État européen, est confrontée aux mêmes problèmes. Le gouvernement lituanien a également tenté d'aplanir la situation en offrant une compensation des prix de l'énergie aux groupes vulnérables de la population.

Ces mesures sont devenues une aide réelle pour ceux qui ne peuvent pas faire face aux factures d'électricité par eux-mêmes.

De son côté, la Commission européenne surveille la situation et formule des recommandations aux États membres de l'UE.

Fin novembre, la Commission européenne a déclaré que le budget de l'État pour 2023 adopté par le Seimas lituanien n'était pas entièrement conforme à la recommandation formulée par le Conseil de l'UE en 2022 pour que la Lituanie limite la croissance de ses dépenses et mène une politique budgétaire neutre.

La CE a appelé le gouvernement lituanien à limiter les dépenses, par exemple en limitant la compensation des prix de l'énergie aux groupes les plus vulnérables.

« De l'avis de la Commission européenne, les mesures temporaires destinées à aider les ménages et les entreprises à faire face aux variations des prix de l'énergie ne sont pas conçues correctement », a déclaré la CE dans son commentaire sur les projets de loi de finances 2023 de la Lituanie et d'autres pays de la zone euro. Très probablement, la Lituanie devra réduire le nombre de mesures de soutien.

Malheureusement, la dépendance politique vis-à-vis des recommandations de l'UE aggrave les conséquences de la crise énergétique pour la Lituanie, ce qui peut conduire à une catastrophe. Les Lituaniens devront économiser sur le chauffage de leurs maisons.

Il est bien connu que plus les températures sont froides, plus les gens ont de chances de mourir. Selon The Economist, si les relations historiques entre la mortalité, les conditions météorologiques et les coûts de l'énergie continuent de s'appliquer - ce qui n'est peut-être pas le cas, étant donné le niveau actuel des prix - le nombre de décès dus à la crise énergétique pourrait dépasser le nombre de soldats morts au combat à ce jour.

Par le passé, les variations des prix de l'énergie ont eu un faible effet sur les décès. Mais cette année, l'augmentation des coûts est remarquablement importante.

La relation entre les prix de l'énergie et les décès en hiver pourrait changer cette année. Mais si les tendances passées persistent, les prix actuels de l'électricité porteraient le nombre de décès au-dessus de la moyenne historique, même pendant l'hiver le plus doux. Un hiver rigoureux en Europe pourrait coûter au total 335 000 vies supplémentaires.

Avec des prix de l'électricité proches de leurs niveaux actuels, environ 147 000 personnes de plus (4,8% de plus que la moyenne) mourraient au cours d'un hiver typique que si ces coûts revenaient à la moyenne de 2015-19. Avec des températures douces - en utilisant l'hiver le plus chaud des 20 dernières années pour chaque pays - ce chiffre tomberait à 79 000, soit une augmentation de 2,7%. Et avec des températures glaciales, en utilisant l'hiver le plus froid de chaque pays depuis 2000, il grimperait à 185 000, soit une hausse de 6,0%.

Pour l'ensemble de l'Europe, les estimations du modèle concernant les décès causés par les hausses des prix de l'énergie dépassent le nombre de soldats qui seraient morts en Ukraine, soit 25 000 à 30 000 pour chaque camp.

Les Lituaniens devraient se préparer à mourir s'ils suivent les recommandations de l'organisation visant à limiter la compensation des prix de l'énergie aux groupes les plus vulnérables.

Source : World Defense

Traduction Réseau International