Devant l'incapacité des instituts de sondage à prévoir quoi que ce soit et à faire preuve d'un minimum de crédibilité, le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a eu l'idée de se servir de leurs locaux pour accueillir les migrants. Une proposition qui a été acceptée à l'unanimité et avec enthousiasme.

© jcoole
« C'est un vrai soulagement » a déclaré Brice Teinturier, directeur général délégué de l'institut de sondages IPSOS, avant d'ajouter « Vous ne vous rendez pas compte à quel point c'est difficile d'assumer de raconter n'importe quoi aux Français sur tous les plateaux de télévision ». « S'ennuyer au boulot, y' a rien de pire : il faut voir la réalité en face : personne ne veut jamais répondre aux sondages, comment voulez-vous qu'on prévoit ce qui va se passer ? » a confié un employé de la Sofres, tout en préférant garder l'anonymat.

De son côté, Bernard Cazeneuve s'est félicité de ce succès : « C'est encore une formidable avancée à mettre au crédit de ce gouvernement. » Et le ministre de l'intérieur de poursuivre : « Et ce n'est pas fini : je compte bien réquisitionner les locaux des chaînes d'info en continu ainsi que les bureaux de plusieurs économistes et 'consultants qualité' ».

François Hollande a, quant à lui, annoncé un vaste plan de reclassement des employés des instituts de sondage qui auront le choix entre droit administratif, télémarketing ou distribution de tracts. En attendant que des postes soient à pouvoir dans ces différents domaines, ils seront hébergés dans un centre prévu à cet effet à Calais.