Cette fois, je me suis dit que la folie s'était emparée des autorités de santé.
Mercredi dernier, le 30 novembre, après une année de pseudo « consultations démocratiques », le comité sur la vaccination a rendu son rapport, dans lequel il préconise de :

faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons (plus les rappels) [1].

Cela ressemble au dernier coup de poignard de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Ainsi, dans son esprit :

puisque les gens demandent le retour du bon vieux vaccin DT-Polio sans aluminium ;
puisqu'ils n'ont pas l'air contents qu'on injecte à la place à leurs bébés un super-vaccin avec aluminium et trois vaccins non obligatoires supplémentaires,

alors la solution la plus simple, selon elle, est de :

rendre obligatoires tous les vaccins présents dans le super-vaccin
et, tant qu'on y est, rendre obligatoires encore cinq vaccins supplémentaires (pneumocoque, méningocoque C et triple vaccin ROR).

Un tel abus de pouvoir paraîtrait déjà inimaginable.

Et pourtant, ce n'est pas tout.

Ce n'est pas tout

Pour nous « assaisonner » jusqu'au bout, le comité recommande de :

mettre à la charge de la collectivité (c'est-à-dire vous et moi) les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, par un « régime d'indemnisation pris en charge par la solidarité nationale », plutôt qu'à celle de l'industrie pharmaceutique (voir page 32 du rapport) ;

« la mise en œuvre sans délai de l'ensemble de ces recommandations » afin de ne pas nous laisser le temps de réagir (page 32 du rapport) ;

envisager le « changement de statut » - c'est-à-dire rendre obligatoire- du très controversé vaccin contre le papillomavirus (contre le cancer du col de l'utérus), et même d'étendre la vaccination « aux jeunes garçons » (page 33 du rapport) !

Que cherchent-ils à faire ?

À mettre le feu aux poudres ?

À déclencher un sentiment d'injustice et de révolte, et perdre le peu de crédibilité qui leur reste ?

Une vaste mascarade


Déjà, la crédibilité de cette consultation prétendument « démocratique » sur les vaccins avait été ébranlée en février lorsqu'un haut fonctionnaire avait claqué la porte du ministère de la Santé.

Ancien diplômé de Sciences-Po Paris, secrétaire général de la Conférence nationale de santé (CNS), Thomas Dietrich a démissionné pour dénoncer la « vaste mascarade » que constitue la « démocratie en santé » [2].

Il dénonçait, en particulier, le fait que le débat public sur la vaccination ait été confié à un institut faussement démocratique, fondé en 2015 et géré par une des anciennes conseillères de Marisol Touraine, l'Institut pour la démocratie en santé.

« Il lui fallait s'assurer que la démocratie en santé serait à sa botte », a-t-il expliqué au sujet de Marisol Touraine, selon « la volonté de la ministre de cadenasser l'ensemble des moyens d'expression de la démocratie en santé ».

De son côté, le quotidien Libération s'étonnait que « l'élaboration de cette parole citoyenne s'est faite en l'absence de toute publicité [3] ».

Je vous le confirme : au cas où vous vous seriez posé la question, je n'ai pas eu la possibilité de participer à ces débats prétendument ouverts, et personne dans mon entourage non plus !

La voix de son maître

Je n'ai pas été surpris de constater que les conclusions de la « consultation citoyenne » sur les vaccins reflétaient dans les plus menus détails la position personnelle de la ministre Marisol Touraine, qui avait fameusement déclaré : « La vaccination, ça ne se discute pas [4]. »

Néanmoins, je ne m'attendais pas à une telle agressivité, une telle hâte d'aller à l'encontre de la volonté des citoyens, un tel manque de respect pour les légitimes préoccupations de la population.

Personne ne souhaite le retour des grandes épidémies. Personne ne souhaite exposer ses enfants à des maladies. Il est faux également de taxer de dangereux « antivaccins » les personnes qui interrogent la politique vaccinale française.

Nous nous rappelons tous que, lorsque nous avons demandé le retour du vaccin DT-Polio avec l'IPSN et le professeur Joyeux, les accusations « d'antivaccins » n'ont pas tardé à fuser.

Cela ressemblait à une tactique pour empêcher le débat. Pourtant, aucun acte médical n'est anodin et ce n'est pas un crime que de réfléchir et de débattre.

Au contraire, selon la loi Kouchner du 4 mars 2002, « aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».

Est-on encore libre si l'État vous menace de rétorsion, d'exclusion, de répression en cas de désaccord ?

Ce n'est pas ma définition de la liberté.

Il est logique, normal et sain de se poser des questions avant de vacciner contre l'hépatite B et le papillomavirus des petits enfants qui n'ont aucun risque d'attraper ces maladies.

Quant aux autres, c'est à voir au cas par cas. Dès qu'on aborde le sujet des vaccins, on agite le chiffon rouge du retour des grandes maladies infectieuses, des hécatombes. On oublie un peu vite que :

les pays qui n'ont aucune vaccination obligatoire n'ont pas plus d'épidémies que la France (l'Allemagne et l'Espagne notamment) ;
la fin de l'obligation de vacciner contre la tuberculose n'a donné lieu à aucune recrudescence de la maladie chez les enfants.

Dernier coup de poignard de Marisol Touraine : agissez pour l'en empêcher

La question est de savoir maintenant si Marisol Touraine va oser mener l'offensive jusqu'au bout pour faire passer dans la précipitation ces nouvelles obligations vaccinales.

Sachant que les élections sont dans six mois et qu'elles signeront de façon presque certaine la fin de son ministère, il est à craindre, en effet, qu'elle ne tente de passer en force.

D'un autre côté, cette affaire de « rapport sur les vaccinations » était certainement pour elle aussi un moyen de sonder l'opinion, et de tester les résistances.

C'est pourquoi nous devons nous mobiliser, chacun à son niveau, pour manifester haut et fort notre totale opposition à ces procédés indignes d'une démocratie.

Une immense mobilisation citoyenne doit avoir lieu pour protester contre ces mesures dangereuses et injustes. Je sais que l'Institut pour la protection de la santé naturelle est sur le coup. Ses pétitions ont régulièrement dépassé le million de signatures.

Mais il ne faut pas qu'il soit seul à réagir. Le mouvement doit être divers, solidaire, multiple, et atteindre si possible plusieurs millions de personnes, stoppant net ce dernier « coup de poignard » de Marisol Touraine.

J'appelle tous les citoyens à réagir. Montrons-lui que nous ne sommes pas des moutons. Et que nous sommes aussi nombreux que déterminés !

Envoyez-moi vos initiatives (rassemblements, lettres ouvertes, manifestations, pétitions) en cliquant ici. Je les relayerai auprès de tous les lecteurs de Santé Nature Innovation.

Je compte sur vous.

Tous ensemble, nous pouvons changer le cours de l'histoire !

À votre santé !