© IPCC
Dans son cinquième Assessment Report AR5 (2013) l'IPCC a écrit (Chap.12-FAQ 12.3, p. 1107), je cite : « La température globale ne peut pas réagir rapidement aux changements de la concentration des gaz à effet de serre ... L'élimination des émissions de CO2 conduirait à une température presque constante pendant de nombreux siècles (effet des émissions passées) ... En raison de la grande inertie du climat et du cycle du carbone, la température globale à long terme est largement contrôlée par les émissions totales de CO2 accumulées au fil du temps, quel que soit le moment où elles ont été émises ».

En soi cette affirmation est en conformité avec les observations déduites du changement de climat, c'est-à-dire du réchauffement au cours de la seconde moitié du XXe siècle, qui peut être rapproché directement de l'augmentation du CO2 durant cette période : en gros 100 ppm et 0,8 °C. L'IPCC ajoute que, je cite : « Ceci s'explique par le processus extrêmement long d'élimination du CO2 atmosphérique d'origine anthropogénique, ce qui signifie que le concept d'une durée de vie caractéristique et unique n'est pas applicable au CO2 » (AR5-Chap.6-Box-6.1).

Toute la supercherie de l'IPCC à propos du réchauffement climatique d'origine humaine repose essentiellement sur ces deux citations. En d'autres termes plus simples à comprendre pour un non-spécialiste que j'étais mais plus trop maintenant après avoir lu dans leurs moindres détails un nombre important d'articles scientifiques parus dans des revues à comités de lectures irréprochables : puisque la durée de vie du CO2 dans l'atmosphère est très longue - l'IPCC cite 1 voire plusieurs siècles sinon un millénaire - il faut tout faire pour réduire et pourquoi pas cesser toute émission de CO2 aussi rapidement que possible au risque d'être tous grillés comme des toasts (Christine Lagarde, Davos). C'est là le fondement même des accords sur le climat de Paris qui s'inspirent par ailleurs du fumeux principe de précaution.
Or cette estimation de la durée de vie du CO2 est totalement fantaisiste et encore une fois l'IPCC feint d'ignorer toutes informations ou résultats scientifiques qui contredisent cette allégation montée de toute pièce ne s'appuyant sur aucunes des données scientifiques vérifiables et vérifiées de nombreuses fois par diverses techniques.

Plusieurs données irréfutables ont été utilisés pour déterminer la durée de vie du CO2 dans l'atmosphère : la teneur en isotope 13 du carbone dans les combustibles fossiles et la disparition rapide de l'isotope 14 du carbone après 1980 (interdiction des essais nucléaires atmosphériques) provenant de ces essais entre les années 1950 et 1980 (illustration ci-dessous,Wikipedia) ainsi que les carottages dans les glaces du Groenland et de l'Antarctique qui ont toujours indiqué que l'augmentation du CO2 atmosphérique ne précédait jamais un réchauffement du climat et non pas l'inverse comme le prétend l'IPCC.
Il apparaît sans contestation possible que la durée de vie du CO2 dans l'atmosphère est précisément de 4,1 années soit 49 mois ! De plus l'augmentation de 0,8 °C de la température moyenne à la surface des océans et du sol (notion très discutable) depuis les années 1850 et accentuée au cours de la seconde moitié du XXe siècle lors du « Golden Spike » solaire appelé aussi optimum solaire moderne a provoqué un dégazage des océans conduisant à une augmentation du CO2 atmosphérique de 100 ppm alors que l'activité humaine (utilisation de combustibles fossiles) n'a contribué qu'à hauteur de 17 ppm sur une augmentation totale d'environ 120 ppm ! L'activité humaine représente donc aujourd'hui environ 4 % de la totalité du CO2 atmosphérique à n'importe quel instant de l'année et tout CO2 émis aujourd'hui par l'activité humaine aura disparu dans 49 mois...
Il est donc évident que nous nous sommes tous fait rouler dans la farine par l'IPCC, y compris et surtout les décideurs politiques, avec des mensonges tous aussi grossiers les uns que les autres. Il reste cependant un point à éclaircir : pourquoi un organisme onusien s'est-il arrogé le droit de tromper l'ensemble des pays du monde ? Par qui a-t-il été mandaté pour organiser une duperie d'une telle ampleur ?
Notes :

doi : 10.1016/j.gloplacha.2017.02.009. Le prochain et dernier article de cette série concernant le climat sera relatif aux cycles climatiques et il montrera qu'on s'achemine vers des temps de froidure exceptionnelle.