Dénonçant une violation des résolutions de l'Onu, Moscou a condamné de « manière la plus forte » le nouvel essai nucléaire réalisé ce dimanche par la Corée du Nord et a mis en garde contre ses conséquences.
© Sputnik. Maxim Blinov
Ministère russe des Affaires étrangères
La Russie s'est déclarée « profondément préoccupée » par le test d'une bombe H réalisé ce dimanche par Pyongyang, dénonçant une « menace sérieuse pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne ».

« Le mépris démonstratif que la Corée la Nord a exprimé pour la énième fois envers les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu et le droit international mérite d'être condamné de façon la plus vigoureuse », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Qualifiant de « regrettables » les démarches entreprises par les autorités nord-coréennes, destinées selon Moscou à miner les efforts déployés en vue d'empêcher prolifération des armes nucléaires, la diplomatie russe a indiqué que « cette ligne politique était lourde de conséquences pour la Corée du Nord ».

« Dans ce contexte, il est nécessaire de garder son sang-froid et de s'abstenir de toute démarche susceptible de provoquer une escalade des tensions », indique le communiqué.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également appelé toutes les parties concernées à « revenir immédiatement au dialogue comme unique moyen de règlement des problèmes de la péninsule coréenne, y compris du problème nucléaire ».

La Corée du Nord a affirmé avoir procédé « avec un succès parfait », dimanche, à l'essai souterrain d'une bombe à hydrogène capable d'être transportée par un missile balistique intercontinental.

Le test a provoqué deux secousses de magnitude 6,3 et 4,6 respectivement. L'agence japonaise de météorologie (JMA) a par la suite indiqué que celles-ci étaient d'une puissance au moins dix fois supérieure à celle du dernier essai nucléaire nord-coréen mené l'an passé.