Mayan Pyramids
© Victor Ruiz Garcia / Reuters
Les deux premières semaines de l'étude ont déjà révélé de nouvelles découvertes.
Un vaste réseau de villes, de fortifications, de fermes et de grandes routes est caché sous les arbres de la jungle guatémaltèque.

Les scans de la région ont mis au jour 60 000 structures inconnues auparavant, dont une pyramide de sept étages.

Les résultats suggèrent que la région a connu une société avancée qui a atteint son apogée il y a environ 1 200 ans, sous la houlette d'une mystérieuse dynastie Maya que les archéologues appellent les "Snake Kings" (Les rois Serpent).

A l'aide d'une technologie appelée LiDAR, les scientifiques ont été en mesure de dépouiller la canopée arborescente des images aériennes et de révéler l'ancienne civilisation sous-jacente.

La technique utilise des impulsions de lumière laser pour créer des représentations 3D des cibles.

"C'est comme un tour de magie", a déclaré l'archéologue Tom Garrison dans un documentaire du National Geographic. "Cette expertise est le développement le plus important de l'archéologie maya depuis 100 ans."

Historiquement, les archéologues ont supposé que les villes mayas étaient isolées et autosuffisantes, mais cette découverte fournit la preuve d'une société complexe et interconnectée qui prospérerait au plus profond de la jungle.

Les estimations antérieures de la population des Mayas n'ont jamais été de plus de deux millions, mais les chercheurs à l'origine de l'initiative PACUNAM LiDAR qui a fait la découverte suggèrent qu'un chiffre de 20 millions pourrait être plus exact.

Cela signifierait qu'à l'époque, environ la moitié de la population européenne vivait dans une région de la taille de l'Italie.

"Nous avons eu cette vanité occidentale que les civilisations complexes ne peuvent pas s'épanouir sous les tropiques, que les tropiques sont l'endroit où les civilisations vont mourir", a déclaré le Dr Marcello Canuto, archéologue à l'Université de Tulane.

"Mais avec la technologie LiDAR, les nouvelles preuves en provenance d'Amérique centrale et d'Angkor Vat [du Cambodge], font que nous devons maintenant considérer que des sociétés complexes se sont peut-être formées sous les tropiques et se sont développées vers l'extérieur à partir de là.

L'équipe a cartographié une zone de 810 miles carrés autour de l'ancienne ville de Tikal, une destination touristique populaire située au cœur de la forêt tropicale du Guatemala.

Les scans ont révélé que le site archéologique était en fait trois à quatre fois plus grand qu'on ne le pensait.

La découverte comprenait des routes surélevées qui reliaient un réseau de centres urbains et de carrières.

Il y avait aussi des systèmes d'irrigation et de terrassement, suggérant une agriculture avancée et des canaux, des digues et des réservoirs pour contrôler le mouvement de l'eau autour de la société.

Aux abords du site, les scans ont également révélé de vastes défenses et des fortifications, soutenant l'idée que les Mayas se livraient à des guerres de grande envergure.

Jusqu'à présent, les scientifiques n'ont cartographié qu'une fraction de la zone archéologique et pensent qu'il y a encore beaucoup à découvrir.

Le professeur Francisco Estrada-Belli, archéologue à l'Université de Boston, a déclaré aux documentaristes : "Il y a des villes entières dont nous ignorions l'existence."

"Il y a 20 000 kilomètres carrés de plus à explorer et il y aura des centaines de villes que nous ne connaissons pas. Je vous le garantis."