Des archéologues ont réalisé une nouvelle découverte en Égypte: la tombe d'une prêtresse qui a vécu il y a plus de 4.000 ans, avec des peintures murales extrêmement bien conservées.
egipto
© Egypt Antiquities Ministry
La beauté d'il y a plus que 4 mille ans
La tombe d'une prêtresse vieille de 4.400 ans a été mise au jour non loin des pyramides de Guizeh, a annoncé l'agence égyptienne Ahram. Le ministère des Antiquités espère que cette découverte permettra de booster l'intérêt des touristes pour les pyramides.

« C'est la première découverte faite en 2018 », a indiqué le ministre égyptien des Antiquités, Khaled al-Anani.

La découverte a été réalisée dans un cimetière proche des pyramides qui compte un grand nombre de tombes de l'Ancien Empire (environ 2700 à 2200 avant J.-C.). La tombe semble appartenir à une dénommée Hetpet dont le nom et le titre sont gravés sur l'un des murs. Les archéologues précisent qu'elle était prêtresse durant le règne de la de la Ve dynastie (2504-2347 avant J.-C.).

egggg
© Egypt Antiquities Ministry
« Nous sommes certains qu'elle faisait partie des personnages haut placés et qu'elle était étroitement liée à la famille du pharaon », a précisé Khaled al-Anani.

La tombe est réalisée en briques crues et sur les peintures murales, très bien conservées, on peut voir Hetpet observant des scènes de pêche et de chasse ou recevant des cadeaux de la part d'enfants.

La tombe « possède le style architectural et des éléments décoratifs propres à la Ve dynastie », a noté le ministère des Antiquités. Les archéologues ont découvert dans l'aile occidentale de la tombe une galerie rectangulaire avec de l'encens et des brûle-parfums, ainsi qu'un local destiné à recevoir la statue de la prêtresse. Toutefois, ils n'ont pas trouvé la statue.

egggg
© Egypt Antiquities Ministry
egggg
© Egypt Antiquities Ministry
eggg
© Egypt Antiquities Ministry
Les peintures murales représentent la cueillette de fruits, la fonte de métal, la fabrication de barques, ainsi que des scènes de performances musicales», a précisé Mostafa Waziri, secrétaire général du conseil suprême des Antiquités, qui a dirigé l'équipe archéologique.

En outre, il y a sur les peintures des singes, qui à l'époque étaient des animaux domestiques, dont l'un danse devant des musiciens. Des scènes similaires ont été découvertes dans d'autres tombes, notamment celles de la XIIe dynastie qui a régné presque 500 ans plus tard.

Les fouilles dans le secteur sont effectuées depuis octobre dernier, mais des découvertes y sont réalisées depuis le XIXe siècle et, selon Mostafa Waziri, il y en aura de nombreuses autres.

« C'est une région prometteuse, a-t-il poursuivi. Pour découvrir cette tombe, il a fallu enlever entre 250 et 300 m3 de terre. Ce que nous voyons à la surface de l'Égypte ne constitue même pas 40% de ce qui demeure caché .»


L'existence de Hetpet est connue depuis longtemps: elle était la prêtresse pour la déesse de la fertilité Hathor, mais sa momie n'a toujours pas été retrouvée. Certains artefacts ayant appartenu à Hetpet ont été découverts au début du XXe siècle et transférés à Berlin.

« Une expédition allemande a découvert en 1909 une collection de vieux objets ayant appartenu à cette femme ou à une autre qui portait le même nom, a raconté Khaled al-Anani. Et voici que 109 ans plus tard, nous avons trouvé la tombe à son nom. »

Les découvertes dans la région ne sont pas rares. Ainsi, deux petites tombes de près de 3.500 ans ont été mises au jour en décembre dernier à Louxor.