US soldiers in combat vehicles
© AFP
Soldats américains dans les véhicules de combat.
Les troupes étatsuniennes doivent immédiatement fermer leur zone de contrôle dans le sud de la Syrie dans la région d'Al-Tanf, a suggéré le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov lorsqu'on lui a demandé ce qu'il fallait faire pour aider le règlement de paix syrien.

Lavrov faisait référence à une zone située à la frontière syrienne avec la Jordanie et l'Irak, que les États-Unis ont déclaré être sous leur protection l'année dernière. Elle contient entre autres le camp de réfugiés de Rukban. Cette installation est apparemment utilisée par des militants radicaux, y compris des membres d'un groupe terroriste désigné par l'ONU, plus connu sous son ancien nom de Front Al-Nosra, pour récupérer et faire des raids dans d'autres parties de la Syrie, a déclaré Lavrov lors de la conférence du Valdai Club sur le Moyen-Orient à Moscou. Les États-Unis ferment les yeux sur ces abus qu'ils protègent, a-t-il ajouté.

"A l'intérieur de la zone Al-Tanf, que les Etatsuniens ont unilatéralement déclarée sous leur protection, et à l'intérieur du camp, des réfugiés djihadistes sont régulièrement signalés en train de se renforcer. A plusieurs reprises, ils ont effectué des raids à partir de ces régions sur d'autres territoires de la République arabe syrienne. Cette zone doit être fermée immédiatement", a déclaré le ministre russe.

"Nos collègues de l'ONU, pour une raison ou une autre, hésitent à dire que les convois humanitaires ne peuvent pas entrer dans cette zone sous contrôle étatsunien parce que les États-Unis ne garantissent pas leur sécurité", a ajouté Lavrov. "Au lieu de cela, ils concentrent leur attention sur la situation humanitaire à Idlib ou dans l'est de Ghouta."

Le ministre a ajouté que la Russie dispose de preuves de plus en plus nombreuses que les États-Unis n'ont pas l'intention de s'opposer sérieusement à ce groupe djihadiste.

La réponse est venue après une question du groupe de réflexion International Crisis Group sur ce que la "Russie pourrait faire de plus" en Syrie pour empêcher une escalade de la violence, en particulier entre l'Iran et Israël. Lavrov a déclaré que la question devrait être "plutôt ce que les Etats-Unis pourraient s'abstenir de faire" en Syrie et que la réponse était de "cesser de jouer à des jeux dangereux" et cesser d'essayer de balkaniser la nation.

Les Etatsuniens "dans les territoires qu'ils fréquentent à l'est de l'Euphrate et jusqu' à la frontière de l'État irakien, créent des organes directeurs qui sont conçus dans l'intention de n'avoir aucun lien avec Damas", a-t-il souligné.

Lavrov a également commenté la situation dans le sud-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Jordanie et Israël - qui a été désignée comme "zone de désescalade" par la Syrie, la Russie, la Turquie et l'Iran - et les intérêts d'Israël en Syrie. Israël accuse l'Iran de recourir à des forces supplétives pour prendre le contrôle de certaines parties du sud de la Syrie, y compris celles qui se trouvent le long de la frontière, et menace de recourir à la force militaire pour inverser la situation.

"Nous avons négocié la création de cette zone avec la Jordanie et les États-Unis et ce n'est pas un secret que nos collègues israéliens ont été informés de ce dont nous avons discuté", a-t-il déclaré. "Maintenant, pour mettre en œuvre tout ce que nous avions convenu, nous devons nous concentrer sur un article en particulier, qui dit que toutes les parties à l'accord s'efforceraient de faire en sorte qu'aucune force non syrienne ne soit présente à l'intérieur et à proximité de cette zone de désescalade."

Le diplomate russe a ajouté que l'implantation des États-Unis dans la zone d'Al-Tanf était exactement le contraire - une mesure unilatérale qu'aucune autre partie n'avait acceptée.

Le différend entre Israël et l'Iran, a dit Lavrov, a certainement compliqué la situation en Syrie, et Moscou estime que les deux parties doivent prendre des mesures pour la désamorcer. Par exemple, les déclarations de l'Iran selon lesquelles Israël était une entité sioniste qui doit être détruite sont perçues comme absolument inacceptables en Russie. Mais la Russie ne considère pas non plus comme une politique constructive de la part d'Israël de transformer chaque problème de la région en un véhicule pour s'opposer à l'Iran, a-t-il déclaré.

"C'est ce que nous voyons en Syrie, c'est ce que nous voyons au Yémen, et même les derniers développements autour de la question palestinienne, y compris la décision de Washington de reconnaître Jérusalem comme capitale exclusive d'Israël, sont dans une large mesure causés par le même parti pris anti-iranien", a expliqué Lavrov. "Ces deux attitudes risquent d'aggraver la situation dans la région, ce qui est déjà très lamentable."

Le ministre russe a suggéré qu'Israël et l'Iran devraient essayer de régler leurs différends - y compris la dernière flambée de violence impliquant un drone iranien détruit par Israël après avoir violé l'espace aérien de l'État juif - en les amenant à l'ONU pour qu'ils soient résolus comme il se doit. "Sinon, nous tomberons dans une situation où chaque incident sera simplement imputé à l'autre partie et utilisé pour justifier une action militaire."

Traduction SLT