Soviet soldier WW2 Stalingrad

Un soldat soviétique agitant la bannière rouge sur la place centrale de Stalingrad en 1943.
Si les nouvelles d'aujourd'hui sont fausses, imaginez les inexactitudes dans les livres d'histoire. Combien de fois les faits qu'ils contiennent ont-ils été déformés pour que le vainqueur ait l'air bon et que le perdant ait l'air méchant ? Combien de fois les livres d'histoire omettent les relations de cause à effet qui révèlent la véritable nature de la géopolitique ? Quelle est la fréquence à laquelle ils omettent simplement des informations importantes sur les accidents ? Plus on fait des recherches sur l'histoire en dehors de ce qui est enseigné à l'école, plus on se rend compte que la réponse aux questions ci-dessus est "assez souvent". Examinons maintenant certaines des choses les plus intéressantes qui sont laissées de côté dans la discussion sur la Seconde Guerre mondiale.

Les Soviétiques vaincus Les Nazis

En Amérique, on enseigne souvent que les États-Unis sont intervenus pour mettre fin à l'expansion nazie à travers l'Europe. Cependant, ce sont les Soviétiques qui ont le plus sacrifié et ont empêché les nazis de dominer la région. Lors de la Bataille de Stalingrad, qui a duré plus de cinq mois, les troupes soviétiques ont subi des pertes de plus d'un million de soldats, contre plus de 700 000 pour les pays de l'Axe. Bien que les Soviétiques aient perdu plus de troupes, ils ont infligé aux Allemands leur perte la plus importante jusqu'à ce point dans la guerre. C'était vraiment le début de la fin pour les nazis.

Les États-Unis n'aiment peut-être pas admettre que les Soviétiques ont été la force la plus importante pour les alliés pour deux raisons : 1) Les Etats-Unis étaient aussi du côté des vainqueurs et voulaient s'attribuer la majeure partie du mérite pour avoir vaincu les pays de l'Axe, et 2) les Etats-Unis ne voulaient pas donner de crédit aux Soviétiques parce qu'ils sont devenus des ennemis immédiatement après la fin de la guerre. Le tableau ci-dessous montre l'importance du sacrifice soviétique dans la défaite des puissances de l'Axe.

Wold War 2 deaths by country
Les États-Unis ont provoqué une attaque du Japon

On sait maintenant que l'administration Roosevelt cherchait un moyen de faire entrer les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Pour soutenir la politique de la porte ouverte pour la Chine, Henry Stimson, secrétaire d'État à la guerre, était favorable à l'utilisation de sanctions économiques pour entraver l'avancée du Japon en Asie. Roosevelt espérait que de telles sanctions inciteraient les Japonais à commettre une erreur irréfléchie en lançant une guerre contre les États-Unis. Roosevelt a stoppé le flux d'acier et de pétrole vers le Japon et a gelé tous les actifs japonais aux États-Unis. Puis les Britanniques et les Hollandais ont emboîté le pas.

Cela a exercé une pression énorme sur l'économie japonaise. Après que les États-Unis aient rompu tous les liens diplomatiques avec le Japon, le gouvernement japonais n'avait pratiquement pas d'autre choix pour sauver leur pays que d'aller en guerre avec les États-Unis. C'est ainsi que le gouvernement Roosevelt a réussi à convaincre le public américain d'entrer dans la Seconde Guerre mondiale.

Le public américain ne voulait pas entrer en guerre

Roosevelt a dû provoquer le Japon dans une attaque parce qu'une grande partie de l'opinion publique américaine était strictement anti-guerre. De 1939 à 1941, les Américains étaient profondément divisés et hostiles à l'égard de la guerre. Ils étaient divisés en isolationnistes et en interventionnistes. Les atrocités de la Première Guerre mondiale restaient présentes dans l'esprit des Américains, et ils ne voulaient pas participer à une autre guerre en Europe.

Tout comme le mouvement anti-guerre a eu son moteur à travers les campus universitaires pendant la guerre du Vietnam, les campus universitaires ont été l'épicentre du mouvement anti-guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Après tout, ce sont les jeunes qui allaient être envoyés au combat et mourir.

Roosevelt a ouvert la voie aux interventionnistes tandis que l'aviateur Charles Lindbergh est devenu le leader non officiel des isolationnistes. La réputation de Lindbergh a été entachée par des accusations selon lesquelles il était un sympathisant nazi. Cela a également porté atteinte à la légitimité du mouvement isolationniste. En fin de compte, FDR a remporté la réélection en 1940 et a été en mesure de provoquer le Japon à faire entrer les États-Unis dans la guerre.

Conclusion

Ce ne sont là que quelques exemples de ce qui est souvent négligé en ce qui concerne l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Dans un prochain article, je parlerai davantage des puissants groupes d'intérêt (par exemple, les fabricants d'armes et les banques) qui voulaient que les États-Unis entrent dans la Seconde Guerre mondiale. Je crois qu'il est important de revoir cette histoire complexe d'avant-guerre et de conflits, car nous sommes peut-être à l'aube d'une autre guerre majeure. Si nous comprenons mieux ces temps, nous pourrons peut-être éviter les erreurs du passé.

Traduction Sott.net de source.