neuroptimal
Vous avez déjà entendu parler du neurofeedback, de la dynamique non linéaire ou d'une approche « inductive » vers une meilleure santé ? Avez-vous déjà entendu parler d'un outil qui peut aider à optimiser le comportement automatique ou inconscient du cerveau ? Joignez-vous à nous dans cet épisode du « Health and Wellness Show » où nous interviewons le Dr Valdeane W. Brown, co-créateur de NeurOptimal, et découvrez notre outil d'entraînement cérébral préféré sur SOTT.net.

Le Dr Valdeane W. Brown est un « formateur de formateurs en neurofeedback » reconnu internationalement, qui a enseigné et est grandement consulté sur la transformation personnelle et organisationnelle. Avec un doctorat en psychologie clinique et une formation en mathématiques, physique, programmation informatique, philosophie, yoga, méditation et arts martiaux, le Dr Brown apporte une présence et une précision à son travail. Cela s'appuie sur un sens profond de la compassion, une facilité avec une dynamique énergétique et un engagement profond à révéler l'élégante simplicité inhérente à l'apprentissage et à la transformation.

Développeur du modèle en cinq phases et co-créateur avec son épouse, la Dre Sue Brown, de l'approche en 3 périodes en Neurofeedback clinique, le Dr Brown a réalisé sa vision d'un système de formation vraiment complet dans NeurOptimal. Sa vision en apportant NeurOptimal au monde est de rendre la transformation personnelle sans effort et disponible pour tous.

C'est une occasion unique de nous entendre questionner le cerveau de l'un des esprits les plus intéressants et avant-gardistes de notre époque alors qu'il éclaire certaines des dernières informations sur le cerveau et le système de neurofeedback le plus avant-gardiste disponible. Ne manquez pas cela !

Temps de l'entrevue : 01:51:38

Téléchargement : OGG, MP3


Voici la transcription française de cette entrevue :

Gaby : Bonjour et bienvenue au « health and wellness show » sur le réseau radio SoTT. Je suis votre hôte Gaby, Doug est avec moi aujourd'hui, et aujourd'hui, nous avons un invité très spécial : Dr Valdeane Brown, qui est co-créateur de notre outil d'entraînement cérébral préféré ici à sott.net, le NeurOptimal.

Le Dr Val Brown est un formateur internationalement reconnu de formateurs en neurofeedback qui a enseigné et est grandement consulté sur la transformation personnelle et organisationnelle. Avec un doctorat en psychologie clinique et une formation en mathématiques, physique, programmation informatique, philosophie, yoga, méditation et arts martiaux, le Dr Brown apporte présence et précision à son travail. Développeur du modèle à 5 phases et co-créateur avec son épouse, la Docteure Sue Brown, de l'approche en 3 périodes du neurofeedback clinique, le Dr Brown a réalisé sa vision d'un système d'entraînement vraiment complet dans NeurOptimal. Sa vision en apportant NeurOptimal au monde est de rendre la transformation personnelle sans effort et disponible pour tous. Bienvenue à notre émission Dr Val, nous sommes si heureux de vous avoir ici aujourd'hui !

Dr Brown : Je suis content d'être ici. J'aime ce genre d'entrevues et la possibilité de répondre aux questions et aux sujets dont vous voulez tous discuter, particulièrement parce que vous êtes tellement impliqués dans le travail avec NeurOptimal.

Gaby : Oui, nous le sommes. C'est ce que je voulais dire aux auditeurs. Je pense que nous avons estimé l'autre jour qu'environ 150 d'entre nous font du NeurOptimal depuis janvier dernier. Nous sommes très, très impressionnés parce que nous avons essayé beaucoup de choses. Je ne dirai pas à peu près tout ce qui existe, mais nous sommes très ouverts d'esprit, nous faisons notre travail à fond et nous avons eu tellement de bons résultats avec NeurOptimal que nous devrions certainement en discuter.

Dr Brown : Eh bien, je suis heureux que cela fonctionne si bien pour vous parce que la mission principale de l'Institut Zengar, de mon épouse et moi-même est de soulager la souffrance. Plus cela est grandement disponible, plus la mission peut aller de l'avant. C'est donc un grand honneur de savoir que cela a ce genre d'effet pour vous.

Gaby : Ouais !

Doug : Oui. Vraiment !

Gaby : Eh bien, peut-être qu'avant de parler davantage de vos expériences et de ce qui vous a inspiré à créer NeurOptimal, nous devrions peut-être entendre une petite description de ce qu'est exactement le neurofeedback.

Dr Brown : Eh bien, il existe deux approches différentes du neurofeedback. Essentiellement, le neurofeedback implique la surveillance de l'activité électrique du cerveau sur le cuir chevelu et son traitement dans un programme informatique afin de fournir un feedback en temps réel à l'individu connecté, l'individu qui a les capteurs sur son cuir chevelu et sur ses oreilles ou n'importe où.

Le processus s'inscrit dans ces deux approches différentes. Il y a le neurofeedback linéaire, ce qui est probablement ce que la plupart des gens reçoivent comme première introduction. Le neurofeedback linéaire est basé en grande partie sur l'évaluation et le diagnostic, et le choix d'un protocole ou d'une approche particulière avec un nombre limité d'objectifs d'entraînement afin d'atteindre un résultat spécifique de correction de ce que les évaluations montrent comme étant un fonctionnement incorrect ou inadéquat ou de faire ressortir davantage quelque chose qui ne fonctionne pas à un niveau suffisamment élevé. C'était en quelque sorte l'approche originale, mais ce que nous faisons avec notre neurofeedback dynamique est totalement différent. Il est agnostique sur le plan diagnostique, comme j'aime à le dire, parce que ce qu'il fait c'est de s'ajuster dynamiquement d'un moment à l'autre en fonction de la réaction de l'individu en termes d'activité électrique dans son cerveau au processus d'entraînement à ce moment-là précis. Il réagit donc à la réponse de ce cerveau comme ce cerveau réagit au processus de rétroaction.

Il n'est donc pas logique d'essayer de prendre un instantané statique, une photo ou une évaluation de l'endroit où quelqu'un se situe parce que le cerveau change constamment. Il n'est même pas logique de parler d'états cérébraux parce que le cerveau n'est jamais dans un état unitaire et singulier. Il est toujours dans une danse tourbillonnante de processus qui interagissent. C'est un système d'auto-organisation non linéaire très complexe. En fait, probablement le plus complexe que l'on connaît.

Gaby : Serait-il juste de dire que la façon dont le Neurofeedback linéaire est mené est en quelque sorte à l'envers ? A la manière d'une approche d'une terre plate au lieu d'une terre sphérique ?

Dr Brown : Eh bien oui, c'est vrai ! C'est comme ça que je le dirais. Le défi est que le Neurofeedback linéaire est basé sur une prémisse très fausse, à savoir qu'il est important d'entraîner des sites de capteurs spécifiques à la surface du crâne afin d'entraîner ou d'influencer directement la région ou la partie du cerveau qui se trouve essentiellement en dessous de l'endroit où le capteur est placé, le capteur actif. La raison pour laquelle cette approche est apparue et la raison de sa popularité, si vous voulez, c'est qu'on croit toujours que le cerveau est mieux compris comme un ensemble de parties discrètes qui se parlent entre elles. Il est très clair que ce n'est pas la façon la plus utile d'y penser.

Le travail que j'ai fait suit vraiment les efforts pionniers du Dr Karl Pribram, qui était un neuropsychiatre, et il a développé à la fin des années 60 et dans les années 70, la théorie holonomique du cerveau et de la perception de la mémoire et de la conscience. Il savait que ce qui se passait dans la perception et la mémoire devait être ce que les physiciens appellent « phénomène d'interférence ». Il ne s'agissait pas d'une récupération de modèles stockés ou d'informations stockées propres à une région spécifique. En fait, il s'agissait plutôt d'une représentation holographique dans laquelle n'importe quelle partie peut reproduire l'image entière ou l'événement entier ou la mémoire entière dans ce cas.

Quand il a décrit ce sur quoi il travaillait avec des mathématiques très spécifiques, les mathématiques de l'holographie, il a été en mesure de comprendre exactement ce qui se passait et c'est essentiellement ce que nous faisons dans le logiciel. Il s'agit d'utiliser les mathématiques de l'holographie de façon dynamique pour modéliser ce processus dans le système nerveux central parce que la vérité est que le système nerveux central est largement interconnecté. On estime qu'à l'heure actuelle, l'ensemble du Web a une affinité étroite avec l'organisation du cerveau d'un enfant de deux ou trois ans. Et si vous pensez à ce que cela signifie, l'idée qu'il s'agit surtout de transmission axonale ou de processus dendritiques dans le système nerveux central lui-même n'a aucun sens. C'est comme le fait de prétendre que l'emplacement précis du CPU dans votre ordinateur fait une différence pour savoir s'il peut se connecter et utiliser l'Internet.

Gaby : Ainsi, par exemple, si je comprends bien, la neuroanatomie ou les neurosciences nous disent que la rétine, l'arrière du globe oculaire, fonctionne comme une caméra classique. Les lentilles se concentrent sur la scène et nous avons une image bidimensionnelle, mais ce Dr Karl Pribram dit : « Non, ce n'est pas exactement comme ça. C'est plus comme un autre processus qui nous fait vraiment produire une image holographique tridimensionnelle. »

Dr Brown : C'est exactement ça. La métaphore de l'œil comme étant une caméra est utile dans certains contextes. Par exemple, l'an dernier, les lentilles de mes deux yeux ont été remplacées par des lentilles artificielles. De ce point de vue, lorsque vous allez structurellement aux structures physiques réelles et que vous faites de la chirurgie ou quelque chose du genre, eh bien oui, alors vous pouvez dire d'accord, nous pouvons enlever les lentilles et les remplacer. Ces pièces peuvent être remplacées et c'est tout à fait logique. Mais lorsque vous commencez à regarder la rétine elle-même et comment la rétine elle-même est organisée et comment cela est organisé en termes de nerf optique et tout cela, cette image tombe complètement à l'eau. Cela ne correspond pas aux données observées. Une partie de ce travail a été fait par Friedman plus récemment. C'était dans les années 90, quelque chose comme ça, peut-être un peu plus tard. Il est très clair que toute cette idée organisationnelle selon laquelle il s'agit simplement d'une caméra ne correspond pas à la réalité.

C'est donc très intéressant de voir comment ces idées de Pribram qui ont vraiment commencé à se développer dans son travail original, même avec [Karl] Lashley, qui était un neurologue très précoce. En fait, Karl Pribram est celui qui a développé ou inventé le terme neuropsychologie. C'est intéressant. La plupart ne connaissent pas ce genre d'histoire, et encore moins le travail de quelqu'un qui, dans les années 70, l'avait vraiment conçu. Je veux dire, c'est fascinant.

J'ai eu la chance, quand j'étais plus jeune, non seulement de connaître ces mathématiques au lycée, mais quand je suis allé à l'université de Georgetown, j'ai pu entendre le Dr Pribram à ce moment-là, car il avait articulé toute cette approche. Connaissant ces mathématiques, j'ai eu une discussion avec lui à la fin de sa présentation. Ce qui est drôle, c'est qu'environ 25 ans plus tard, j'ai fait une présentation à une conférence de neurofeedback sur le travail que je faisais pour développer ce qui est devenu le NeurOptimal et le Dr Pribram était là et pendant l'une des pauses de la conférence, il est venu me voir et m'a dit : « Vous savez, ce que vous faites a vraiment résumé les 25 dernières années de ma vie professionnelle ». J'ai dit : « Eh bien, merci beaucoup. Vous ne vous en souvenez probablement pas, mais je vous ai entendu à Georgetown. » Et il m'a regardé, il a incliné la tête et il a dit : « Étais-tu ce gamin aux cheveux longs à l'arrière de la salle à poser des questions au sujet des mathématiques ? Et j'ai dit : "Oui, c'était moi", et lui et moi avons noué une relation collégiale.

Au cours des années suivantes, nous avons fait des présentations conjointes parce qu'il comprenait vraiment ce que je faisais, ce que ma femme et moi étions en train de développer et il en était un ardent partisan. On s'est bien amusés ensemble. C'était un gars très intéressant avec une profondeur de connaissances étonnante. Une partie de ce qui m'a fait tant plaisir, c'est qu'en tant que neuropsychiatre, il s'intéressait vraiment à ce qu'il appelait "le coup d'envoi". Il voulait dire par là ce qui se passait réellement dans les tissus. Comment ces choses se produisaient-elles ? Vous savez, comme ce qui a été impliqué dans cette zone du cerveau et ce qui a été impliqué dans ce genre de tâche coopérative dans tout le cerveau, etc., etc., et j'ai dit : "Je suis vraiment content que ça t'intéresse, parce que ça ne m'intéresse pas du tout."

Dr Brown : Je veux mettre au point un système qui peut essentiellement utiliser cela, quoi qu'il se passe, mais qui peut ignorer toute la spécificité parce que je considère que ce que je fais ressemble beaucoup plus à un logiciel (software) et que ce que vous faites est l'unité centrale (hardware).

Doug : C'est vrai.

Dr Brown : C'est donc une belle combinaison.

Gaby : Ça l'est.

Doug : Il semble donc que ces systèmes de neurofeedback linéaire fonctionnent sur un vieux modèle du cerveau.

Dr Brown : Oh, très certainement. Très certainement. Et, un vieux modèle de traitement numérique du signal. Si vous y pensez, l'idée que nous avons des « ondes cérébrales » n'a pas vraiment de sens parce qu'au minimum, ce ne sont pas des ondes. Au minimum, si vous faites l'extraction des caractéristiques, vous découvrirez que les signaux sont en fait mathématiquement des phaseurs. Vous n'en avez peut-être jamais entendu parler, sauf dans le contexte de Star Trek, où il s'agit d'un "phas-er", pas d'un "phas-or" . Mais si vous avez déjà ouvert une bouteille de vin, vous savez à quoi ressemble un tire-bouchon et, essentiellement, un phaseur est une sorte de tire-bouchon.

Maintenant, si vous regardez ce tire-bouchon que vous allez utiliser pour ouvrir votre bouteille de vin, et que vous le tournez latéralement pour ne pas le regarder sur sa longueur, mais que vous le regardez directement dans un angle de 90 degrés, cela ressemble à une vague parce que vous lui enlevez la nature sphérique. C'est juste de la façon dont vous le regardez. Ainsi, une partie de la raison de l'illusion que ce sont des « vagues » est que Hans Berger, dans son travail, a réalisé qu'il y avait de l'activité électrique. Ça faisait osciller l'aiguille. Alors il s'est dit, oh, laissez-moi remplacer l'aiguille par un stylo et mettre un morceau de papier à son contact et je pourrai voir ce que c'est en train de dessiner. Eh bien, lorsque vous réduisez un objet en quatre dimensions à deux dimensions, devinez quoi ? Ça aura l'air d'une vague, mais ce n'est pas vraiment une vague.

Gaby : C'est fascinant.

Dr Brown : Donc, toutes les approches qui sont linéaires, ou orientées de cette façon, pensent essentiellement qu'elles extraient des sinusoïdes ou de simples ondes sinusoïdales, ou des combinaisons complexes de celles-ci. Mais la seule chose qui soit absolument vraie au sujet de l'EEG humain, ce n'est pas une sinusoïde ou une collection de celles-ci. C'est simplement une façon d'analyser le flux d'électricité. Lorsque vous enregistrez à la surface du cuir chevelu, vous obtenez des changements de tension, rien de plus. Le reste, c'est la façon de faire la comptabilité ou les mathématiques de cela.

Si vous pensez que ce sont des ondes sinusoïdales, alors vous avez beaucoup de problèmes avec des choses dans votre environnement qui sont des ondes sinusoïdales massivement puissantes comme le bruit de ligne. Là où vous êtes, c'est 50 Hertz 220 [volts] ou 240 [volts], selon le cas. Ici où je suis, c'est 60 Hertz. Eh bien, 50 fois par seconde où vous êtes, 60 fois par seconde où je suis, c'est une onde sinusoïdale assez proche de la perfection. L'EEG humain n'est pas du tout comme ça. C'est une sinusoïde intrinsèquement chaotique. Donc, si vous utilisez les bonnes mathématiques, vous pouvez ignorer les ondes sinusoïdales simples et cela fait partie de ce que nous faisons avec NeurOptimal.

Gaby : C'est fascinant ! Cela m'a époustouflé et j'allais en fait vous demander précisément ce que vous venez de répondre. J'ai lu le travail d'un anesthésiste, il a écrit un livre intitulé Consciousness : Anatomy of the Soul (Conscience : Anatomie de l'âme) et il disait que nous avons cette idée que puisque nous voyons des ondes cérébrales dans un graphique, nous pensons que c'est tout cela. Mais ils ont fait des graphiques qui pourraient modéliser la complexité des ondes cérébrales qui impliquent des ondes cérébrales tridimensionnelles, quadridimensionnelles et ils ont des fractales. Quand les gens sortaient de l'anesthésie, ils ont des graphiques qui ressemblent à des fractales. C'est comme : Waouh !

Dr Brown : Absolument, oui. Il est intéressant de voir comment ce processus s'est déroulé. C'est en partie parce que la plupart des gens dans le domaine du neurofeedback n'ont pas la connaissance globale que j'ai. Ils peuvent être neuropsychologues, par exemple, mais ils ne comprennent pas vraiment le traitement du signal. Ou ils peuvent comprendre le traitement du signal parce qu'ils sont ingénieurs en informatique, mais ils ne comprennent rien à la neuropsychologie.

Lorsque les premiers développeurs de systèmes se sont approchés des ingénieurs en logiciel et ont dit : "Eh bien, nous voulons filtrer cette gamme d'activités parce que c'est ce qui nous intéresse", ils ont dit : "Oh oui. Nous savons comment faire cela," et ils ont sorti de l'étagère des techniques de filtrage très simples qui n'étaient pas linéaires dans leur réponse ; ce qui semble être une bonne chose, mais en fait cela signifie qu'ils se déphasent régulièrement avec eux-mêmes. Il était donc très facile à l'époque de créer des effets secondaires avec ce genre d'équipement. C'est un peu comme si la direction de votre voiture intervertissait soudainement la gauche et la droite, et que vous n'aviez aucun moyen de savoir jusqu'à ce que vous commenciez à tourner la voiture.

Gaby : Oui, j'ai essayé le neurofeedback linéaire et j'ai eu un effet boomerang très fort. Après une phase d'expansion, je rampais dans un petit coin de ma chambre.

Dr Brown : Maintenant que cela a été dit, beaucoup de gens bénéficient du Neurofeedback linéaire, vous savez ? Cela demande une énorme quantité d'expertise, de compétences, de connaissances et d'aptitudes avec l'équipement particulier afin d'obtenir une bonne réponse, afin de l'utiliser efficacement. Mais notre système est organisé de manière totalement différente parce qu'il n'essaie pas de pousser ou de tirer le cerveau vers quoi que ce soit ou de l'éloigner de quelque chose en particulier. Il s'agit essentiellement de refléter ce que le cerveau vient de faire et c'est suffisant pour que le cerveau puisse extraire cette information et ensuite choisir essentiellement ce qu'il veut faire.

C'est très semblable à la façon dont nous avons tous appris à marcher. Personne ne nous a appris à marcher. Nous avons expérimenté et notre système nerveux central et les insertions neuromusculaires et tout cela, a appris à intégrer. En fait, c'est plutôt amusant si vous observez les enfants quand ils commencent à apprendre à marcher et à remarquer comment ils « expérimentent », si vous voulez. Ma fille aînée, quand elle apprenait à marcher, ce qu'elle aimait faire au début, c'était de se lever — nous avions un gros tapis épais dans le salon de la maison où nous vivions à cette époque. Elle se levait, puis prenait ses pieds et tombait sur ses fesses. Puis elle se relevait, prenait ses pieds et tombait sur ses fesses. Elle faisait cela pendant 10 à 15 minutes, en s'amusant et en riant. Elle jouait. Et dans ce jeu, elle a appris à s'équilibrer et à faire ensuite la transition.

Je ne pouvais pas lui apprendre ça. Personne ne pouvait le faire. Elle devait le découvrir elle-même. C'est sur ce type de processus que nous basons NeurOptimal parce que tout est là-dedans. Nous n'avons pas à dire au cerveau ce que nous pensons qu'il devrait ou ne devrait pas faire. Il est merveilleusement conçu pour détecter la différence et minimiser son inconfort. Alors quand on lui montre ce qu'il fait d'instant en instant, il dit : « Oh, d'accord ! Je peux laisser tomber ça maintenant. Je n'ai pas à m'inquiéter comme ça », ou quoi que ce soit d'autre. C'est donc un processus beaucoup plus simple, mais du fait de cela, le parcours de chacun est unique.

Gaby : Peut-être pourrions-nous en parler un peu et je vais peut-être introduire le concept de ce qu'on appelle en psychologie le système un et le système deux ; la partie consciente de nos processus par opposition à la partie inconsciente. Nous comprenons que la majeure partie de ce qui se passe est inconsciente ou subconsciente. C'est comme un éléphant géant. Et puis l'esprit conscient est comme un petit dresseur essayant de contrôler l'éléphant mais non, l'éléphant est en charge et nous créons juste des récits pour justifier ce que l'éléphant veut faire, ce genre de choses.

Dr Brown : Oui.

Gaby : Dans le contexte du NeurOptimal, comment savoir si le cerveau choisit correctement ou cela est-il aussi un concept erroné ?

Dr Brown : Eh bien, vous ne pouvez juger quelque chose comme correct qu'à partir d'une certaine perspective. Donc, si, à l'extérieur, je dis « Oh oui, c'est exact », c'est probablement ce que je crois être exact. Cela ne veut pas dire que c'est cela pour cette personne à ce moment-là. À l'époque où je pratiquais littéralement en tant que psychologue conventionnel et, par conséquent, je faisais de la psychothérapie individuelle, en groupe et familiale avec des gens -- souvent, il y avait quelqu'un qui venait et qui disait : « Eh bien, je suis très en colère et je veux m'en débarrasser. Je veux changer ça. » Ce qui était très utile pour eux d'arriver à comprendre, c'est qu'on ne peut pas faire une « colèrectomie ». Vous ne pouvez tout simplement pas enlever la colère et vous ne voudriez pas vraiment le faire parce que la question est : quand est-ce que vous vous mettez en colère ? Qu'est-ce qui se passe ? Parce que parfois, être en colère et utiliser cette énergie est la chose la plus appropriée à faire, la plus utile. Donc, rien n'est intrinsèquement un problème. Dans certains contextes, c'est aussi une solution.

Nous avons donc développé le système de sorte que nous n'avons aucun jugement sur ce que quelqu'un devrait ou ne devrait pas faire. Nous n'avons aucun jugement sur le nombre de séances que quelqu'un devrait ou ne devrait pas avoir. C'est l'un des moyens les plus directs et les plus profonds de respecter vraiment l'individu et sa ressource de guérison qui est intrinsèque à chacun. Donc, je ne sais pas si cela a répondu dans la ligne de votre pensée.

Gaby : C'était certainement intéressant ! Peut-être pourrions-nous parler un peu de l'expérience « en cabinet » de NeurOptimal afin qu'on puisse avoir une idée de ce qu'une personne vit lorsqu'elle entre pour la première fois dans le cabinet d'un entraîneur.

Dr Brown : D'accord, bien sûr. Eh bien, tout d'abord, nous avons une version professionnelle du logiciel. Nous avons également une version personnelle. C'est quelque chose que les familles ou les individus ou les écoles ou un certain nombre d'établissements obtiennent et utilisent sans qu'un entraîneur spécifique soit présent pour faire fonctionner le système. Le NeurOptimal 3 que nous avons sorti assez récemment en mars dernier est en fait encore plus simple que la version 2.0, qui est la version que beaucoup de gens ont utilisée pendant un certain nombre d'années et vraiment n'importe qui peut utiliser le système. Tout ce que vous avez à faire est de regarder la vidéo pour voir comment mettre les capteurs et appuyer sur le bon bouton dans le logiciel, qui est assez évident là où il est, et voilà. Ça marche, c'est tout.

Donc, ce qui se fait classiquement ou traditionnellement, c'est d'aller dans un cabinet physique, ce que, bien sûr, beaucoup de nos entraîneurs utilisent. Ils utilisent ce genre d'installation. Tu y allais et tu t'asseyais sur une chaise confortable. Beaucoup de gens utilisent des fauteuils inclinables. De cette façon, une fois que vous êtes dans la séance, vous pouvez vraiment vous détendre et même fermer les yeux — peu importe si vos yeux sont ouverts ou fermés, à votre choix. Vous écoutez la musique avec des écouteurs ou un casque d'écoute ou les haut-parleurs du système et dans la musique il y aura de petites interruptions. Ces petites interruptions sont en fait l'étape de rétroaction et les interruptions vous aident à vous réorienter vers ce qui se passe actuellement.

Si vous pensez, par exemple, aux réactions de peur ou de traumatisme dans des situations, ce qui se produit réellement, c'est que quelqu'un n'est probablement plus dans le présent, s'il se souvient de l'événement. Ainsi, ils recréent littéralement la psychophysiologie de l'époque quand ce traumatisme antérieur s'est produit et se traumatisent à nouveau. Maintenant, vous pouvez penser, « Eh bien, ce n'est pas très utile », mais la vérité est que le passage du statut de victime d'un traumatisme à celui de survivant d'un traumatisme est énorme parce que si cette réponse au traumatisme n'avait pas fonctionné efficacement, vous ne seriez probablement pas ici pour en parler. Donc, encore une fois, il est facile de considérer des choses comme l'anxiété ou la peur ou la tristesse, la dépression, la réaction au traumatisme, comme des problèmes. Nous voulons nous débarrasser d'eux. Eh bien, oui et non. Ce sont des ressources et elles sont intégrées au système humain pour assurer sa survie. Ce n'est pas que nous voulons supprimer cela pas plus que nous ne voulons supprimer la colère. Ce qui se passe dans NeurOptimal, c'est que le système n'exige pas et ne demande pas cela, et il n'encourage même vraiment pas de revivre des choses du passé parce que ce n'est probablement pas vraiment utile à moins que ce ne soit un souvenir très agréable. Même à ce moment-là, cela nous éloigne de ce qui se passe actuellement.

Donc, une façon de penser à ce qui se passe en réponse aux interruptions dans la musique — et nous avons de la musique que nous avons créée, mais cela peut être n'importe quelle musique que vous voulez. Cela peut aussi être un film. Il y a toutes sortes de choses qui peuvent être utilisées, mais les interruptions sont un peu comme ce qui se passe si vous marchez seul dans les bois et que vous entendez cette brindille craquer. Aussitôt que cela se produit, votre corps s'oriente vers cela parce que c'est « OK, qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce qui se produit ? Comment ça se fait qu'il y a une brindille qui craque ? Je suis seul ici », n'est-ce pas ? Maintenant, cela peut être une réaction de sursaut, cela peut être complètement bénin, mais votre corps, votre système nerveux central, se focalise sur cela pour savoir ce qui se passe réellement. C'est ce qui se produit avec les interruptions. C'est comme les petites bandes le long de l'autoroute qui vous rappellent que vous êtes en train de dévier. Si vous voulez rester sur la route, c'est un bon rappel de revenir et de remettre la voiture dans la voie. Mais si vous voulez vous ranger sur le côté, c'est un bon rappel que vous êtes en train de le faire en ce moment même. Ce n'est pas qu'il essaie de vous faire faire une chose ou l'autre. C'est une information.

Gaby : Et les interruptions sont-elles basées sur des filtres spécifiques ?

Dr Brown : Non. C'est un processus beaucoup plus complexe que cela. Nous avons 20 cibles dans la troisième version. Nous en avions 16 auparavant et elles sont symétriques bilatéralement parce que nous avons examiné les deux côtés du système nerveux central. C'est un système d'entraînement à deux canaux. Nous recherchons vraiment les bords flottants de ces cibles, et non pas des changements précis dans les cibles.

Les systèmes de rétroaction linéaire et neuronale sont généralement orientés vers la recherche de changements très spécifiques : une augmentation de l'intensité ou une diminution de l'intensité dans une bande filtrante particulière, ou une augmentation de la puissance en termes de mesures de connectivité. Quel que soit l'indicateur, il a tendance à être très spécifique.

Certaines approches utilisent des bases de données normatives quantifiées qui ont des moyennes et des écarts-types et des cotes-z et la pensée est que plus on s'approche d'une cote-z normative, plus le cerveau sera normal. Je veux dire, qui veut être normal ? Si vous êtes dans une relation amoureuse engagée, vous arrive-t-il d'aller voir votre partenaire et de lui dire : « Tu sais, je veux juste un baiser moyen, juste un baiser normal ? C'est un peu idiot ! Ainsi, la vie humaine n'est pas vraiment organisée autour de moyennes. Vous parlez de normal, mais c'est vraiment plus typique que la normale. Quoi qu'il en soit, c'est une expérience très agréable pour les gens, et vous pouvez avoir les yeux ouverts ou fermés, vous pouvez vous asseoir, vous pouvez vous allonger. Nous avons des gens qui l'emportent à bord des avions et l'utilisent pendant le vol ou dans un train. C'est vraiment très amusant de voir comment le système a été utilisé dans tant de contextes différents.

Gaby : Serait-il exact de dire que c'est comme présenter un miroir au cerveau inconscient ? Ou la partie qui n'est pas au courant ?

Dr Brown : C'est en fait la façon la plus appropriée d'y penser. La pensée consciente est en fait la partie la plus lente du système. Les études neurologiques et neuropsychologiques ont montré de façon assez concluante que vous avez déjà pris la décision avant même d'en prendre conscience. C'est comme ça que ça fonctionne. Il faut du temps pour former l'appréciation consciente de ce que votre corps fait déjà et si vous ne réalisez pas cela, si vous pensez le contraire, essayez simplement de conduire votre voiture en essayant consciemment d'influencer la quantité exacte de muscle quand vous tendez vos avant-bras ou que vous tournez le volant. Essayez de conduire comme ça. Vous allez probablement avoir un accident très rapidement.

Doug : On ne peut même pas marcher comme ça.

Dr Brown : C'est vrai, vous ne pouvez pas ! C'est exactement ça. Vous ne pouvez pas et l'une des raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas le faire est que la marche est un processus relativement complexe qui implique votre pied, votre cheville, votre genou, votre jambe entière, vos hanches, en fait tout votre corps, répondant aux contours du sol au fur et à mesure que vous avancez. Donc, dans le contexte de la maladie de Parkinson, lorsque vous commencez à voir le mélange dans les stades ultérieurs, c'est que ces mouvements sont devenus stéréotypés. Ils ne sont plus capables de s'adapter et de répondre à l'environnement, et c'est parce que les ressources ne sont pas là pour répondre de façon aussi complète et adaptative.

Gaby : NeurOptimal a aidé des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Dr Brown : On ne parle pas de maladies. J'en parle simplement pour illustrer ce qu'est le mouvement stéréotypé par opposition au mouvement et à l'activité résilients et flexibles. Mais nous avons un sondage auprès des utilisateurs où un grand nombre de nos utilisateurs ont fait part de leur expérience et de l'expérience de bon nombre de leurs clients. Il fait référence à plus de 5 millions d'heures d'entraînement dans le dernier rapport que nous avons fait. C'est donc un rapport assez complet sur l'expérience des utilisateurs. Mais nous ne sommes pas un traitement médical. Nous ne sommes un traitement d'aucune sorte. C'est une forme d'entraînement et comme l'exercice aérobique ; cela a beaucoup d'effets.

Donc, si vous voulez vraiment réfléchir à ce qui est le traitement le plus efficace pour de nombreuses formes de dépression, c'est l'exercice aérobique. C'est très évident. Mais combien de gens le savent ? La plupart ne le savent pas. Ils pensent qu'il est temps de prendre un médicament, et plusieurs fois cela peut être le cas aussi, je ne veux pas être mal compris. Il est très facile pour nous tous d'oublier que c'est souvent le mode de vie qui est le principal moteur des problèmes. Donc, ce que vous faites dans votre vie par opposition aux spécificités des gènes avec lesquels vous êtes nés, où ce genre de choses est vraiment important ; surtout quand les problèmes commencent à se développer. La plupart des choses sont aggravées par la manière dont vous gérez le stress. La même chose avec le sommeil. Si vous n'obtenez pas un sommeil efficace pour vous, peu importe ce que c'est pour vous, alors les choses ne vont pas très bien fonctionner.

Doug : Est-il possible pour vous de mentionner certaines des choses que les gens ont dites dans ce sondage ? Je sais que ce n'est pas un appareil médical et qu'il n'est pas destiné à traiter quoi que ce soit, mais je suis simplement curieux de savoir quelles sortes de choses les gens signalent.

Dr Brown : Eh bien, c'est intéressant. L'un de nos utilisateurs de longue date a inventé une phrase qu'il aime utiliser assez souvent et quand les gens disent : "Qui peut en bénéficier ? À qui cela sert-il ?" Il répond, "N'importe qui ayant un cerveau. C'est bon pour tous les cerveaux." Maintenant, j'ajoute fréquemment la blague : "Eh bien, je ne sais pas, il y a peut-être des politiciens que vous excluez de cela". [rires]

Doug : J'en suis certain !

Dr Brown : Mais c'est vrai. Encore une fois, c'est comme si vous allez dans l'ascenseur et il y a une véritable raison pour laquelle beaucoup d'ascenseurs ont des miroirs et c'est pour vous garder préoccupé. Vous ne pensez pas que l'ascenseur est lent parce que, bien sûr, dès que vous voyez le miroir, vous le regardez pour voir à quoi vous ressemblez. Dès que vous voyez à quoi vous ressemblez, vous pouvez penser, "Oh je dois ajuster mes cheveux" ou "redresser ma cravate" ou quoi que ce soit d'autre, n'est-ce pas ? Il sert donc les deux objectifs. C'est un peu ce que fait NeurOptimal. Vous n'avez pas besoin d'un miroir différent pour comprendre que votre cravate n'est pas bien ajustée. Vous n'avez pas besoin d'avoir d'un « miroir de ceinture » pour voir comment votre ceinture se situe par rapport à ce que vous portez, n'est-ce pas ? C'est donc la même chose. N'importe quel cerveau peut en bénéficier.

Gaby : C'est intéressant selon notre expérience avec 52 pages de témoignages dans le forum. Au moins, d'après mon expérience, j'ai toujours eu une anxiété chronique et persistante. Je n'ai jamais pris de médicaments pour cela parce que c'est ainsi que j'ai été élevée. Il suffit d'y faire face et c'est tout.

Dr Brown : Tu y fais face, ouais.

Gaby : J'avais aussi l'impression d'être enchaînée à un gros rocher que je portais tout le temps, donc tout demandait beaucoup plus d'efforts que nécessaire. J'ai la sensation maintenant que j'ai plus de libre arbitre, je peux avoir de la perspective sans être paralysé par l'anxiété. C'est comme si j'avais plus de ressources cognitives, tout ne demande pas autant d'efforts qu'avant.

Dr Brown : C'est vrai, et bien sûr, nous continuons d'être des tissus vivants, de sorte que ce qui se passe autour de nous peut avoir un impact important sur cela. Vous êtes soudainement congédié et l'un de vos proches devient gravement et mortellement malade, et encore ceci et cela. Tout cela aura un impact sur vous, mais vous avez plus de ressources disponibles plus vous faites de l'entraînement. Cela devient plus facile, comme vous le dites, de passer à travers les choses au lieu de simplement réagir, au lieu d'être submergé par les sentiments et l'inactivité. L'inquiétude est un excellent exemple. Sue parle souvent de déterrage et de rumination.

Doug : Oui.

Dr Brown : Donc, on déterre des choses du passé et on les rumine, et 98 % du temps que vous faites cela, ce sont toutes des pensées que vous avez déjà eues, des millions de fois. Quand savez-vous que vous êtes suffisamment inquiété ? Je veux dire qu'il n'y a pas de test, donc c'est toujours facile de s'inquiéter parce que le meilleur moment pour s'inquiéter, c'est quand il n'y a rien à s'inquiéter parce que maintenant vous vous inquiétez de l'avoir manqué. Quelque chose ne va vraiment pas. Mais ça n'aide pas. Cela ne fait rien d'autre que gaspiller de l'énergie. L'inquiétude n'est pas une préparation.

Doug : Oui. Je pense que c'est très vrai. Une chose que j'ai remarqué après avoir fait un certain nombre de séances avec NeurOptimal, c'est que les situations dans lesquelles je me trouvais auparavant et qui m'amenaient beaucoup de stress et d'anxiété et me plongeaient en mode panique et me bousculaient, bien j'ai l'impression d'avoir plus de ressources pour ne pas être dans ce mode. Je ne suis pas aussi réactif, je suppose que c'est une bonne façon de le dire.

Dr Brown : Oui. Et c'est un témoignage assez cohérent de la plupart des utilisateurs et de leurs clients. C'est intéressant parce qu'on entend généralement « je ne suis pas aussi réactif » et la réactivité de chacun est peut-être différente. Mais c'est l'augmentation globale de ce que vous appelez, Gaby, le « libre arbitre » que je considère comme des « options de choix ». Vous avez plus de choix disponibles et vous voyez les choix plus facilement qu'auparavant. Il est donc probable que vous ferez des choix plus efficaces.

Doug : En effet.

Gaby : Et cela revient aussi à la dynamique non linéaire du tout, de la façon dont cela fonctionne.

Dr Brown : Oui, exactement ! Il a été intéressant de constater au cours des 40 dernières années que cette idée de ce que sont les systèmes dynamiques non linéaires a progressivement commencé à être de plus en plus introduite. Jusqu'à la fin des années soixante et dans les années soixante-dix, la plupart des gens supposaient que la majorité du monde fonctionnait de façon linéaire. Si vous pensez à cela, eh bien, oui, c'est un peu comme ça, voyez-vous ? Vous frappez quelque chose de plus fort et vous faites probablement une plus grosse bosse. En ce sens, cela a un certain sens. En faisant plus d'efforts, il y en aura peut-être plus. Si on en met moins, il y en aura probablement moins, n'est-ce pas ?

Le problème, c'est que ça en a l'air parce que nous fonctionnons fréquemment de façon assez limitée. Si vous regardez vraiment les processus impliqués, pratiquement tous les systèmes réels ne sont pas linéaires. C'est juste qu'ils sont imités dans le champ d'opérations. Donc, si vous pensez à quelque chose comme au trouble affectif bipolaire, au cycle rapide, juste le genre d'idée classique que les gens ont à propos de ce passage rapide de l'excitation maniaque à la dépression profonde ; si vous utilisez les médicaments et qu'ils fonctionnent, ils ne vous enlèvent pas vraiment cela. Ils ne font que minimiser la portée et maximiser le temps entre les cycles.

Donc, cela revient à mettre des contraintes à ce système dynamique non linéaire, tout comme vous le faites lorsque vous amarrez votre bateau à un quai. Il va quand même bouger. C'est pourquoi il faut mettre des pare-chocs entre le bateau et le quai et peut-être aussi pour d'autres bateaux qui arrivent parce qu'ils vont se déplacer. Vous ne pouvez pas le rendre complètement stationnaire, n'est-ce pas ? Donc, véritablement tout ce qui est réel est non linéaire. Mais nous pouvons prétendre la plupart du temps que le monde est newtonien. La physique newtonienne fonctionne en quelque sorte sur terre. Allez dans l'espace et les choses sont un peu différentes.

Gaby : Je pourrais dire, par exemple, qu'un problème d'anxiété est comme une contrainte en moi.

Dr Brown : Bien sûr. Dire « je suis une personne anxieuse », c'est déjà mettre certaines définitions sur soi-même plutôt que de remarquer, « Oh, je me sens un peu anxieuse en ce moment, c'est intéressant ». C'est totalement différent. Ce qui se passe, c'est que la plupart du temps les gens s'identifient avec ce qui se passe. « Je suis une victime de traumatisme. » Oui, vous avez été persécuté, mais vous avez aussi survécu et la partie importante, c'est que vous avez survécu. Parlons maintenant de la façon de vous aider à prospérer.

Viktor Frankl était un psychiatre qui se trouvait dans les camps de concentration, les camps de concentration nazis. Man's Search For Meaning (livre traduit en français : Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie) et tout ça. Il a dit quelque chose de vraiment intéressant que la plupart des gens négligent lorsqu'ils parlent de son travail. Il a dit qu'il y avait des gens dans les camps — tout d'abord, que la plupart des décès survenaient au hasard. Il se trouve que vous êtes la troisième personne dans la file d'attente et qu'ils comptaient par trois ce jour-là ou peu importe ce que c'était. La plupart du temps, c'était aléatoire. Mais pour ceux où cela ne s'est pas produit, et il y avait d'autres processus en cours, il a dit qu'il y avait une minorité, un groupe qui n'a pas montré ce que nous appellerions plus tard une « réponse au traumatisme » à partir de cette horrible expérience.

C'est en partie ce qu'il considérait comme la base pour comprendre que c'est le sens des choses, mais pas tant les choses elles-mêmes qui comptent. Les gens qui s'en sont sortis sans aucun signe particulier de traumatisme étaient ceux qui vivaient avec une profonde orientation spirituelle dans laquelle tout faisait partie de la vie. Tout faisait partie de leur voyage spirituel. C'est fascinant de voir combien de ces choses ne sont pas remarquées dans la littérature. Même chose avec Kübler-Ross, il n'y a jamais eu cinq étapes. Cela n'a jamais été un « programme par étapes ». C'était cinq points que les gens passaient et repassaient jusqu'à ce qu'ils aient acceptation. Elle l'a toujours dit et il y a beaucoup de gens qui sont déjà dans l'acceptation dès le début. Fait intéressant, c'est la même chose. Ce sont ceux qui ont une profonde orientation spirituelle avec : « D'accord, donc je vais mourir. J'ai compris. Bien sûr que je vais mourir. Personne ici ne s'en sort vivant. Seulement maintenant, je sais quand ça va être et comment ça va être. »

Gaby : Je pense que c'est une approche fascinante parce que la psychologie et la médecine conventionnelle, je suppose, reposent tellement sur le diagnostic que la plupart des gens en ont besoin, par exemple : est-ce que ce type de neurofeedback est un traitement ou non ? Pourquoi ne me diagnostique-t-on pas ? Ou, avez-vous une formation ? C'est très difficile pour eux de comprendre, « Non, vous n'avez pas besoin d'un diagnostic », vous pouvez simplement vous connecter au système NeurOptimal et commencer.

Dr Brown : C'est vrai, c'est vrai. Oui, c'est une approche très différente à tous les égards et de plus il n'est pas nécessaire de faire un effort conscient pour essayer de faire quelque chose. En fait, nous disons juste oubliez tout cela, sortez de votre chemin parce que l'inconscient apprend beaucoup plus rapidement et beaucoup plus complètement. Plus vous essayez de le faire, plus vous allez vous mettre en travers de votre chemin. En fait, si vous y pensez, c'est une grande partie de ce qui se passe quand vous faites face à des choses comme l'anxiété. Vous vous sentez anxieux et vous essayez de savoir quoi faire pour ne pas vous sentir anxieux. Eh bien, c'est intéressant parce que vous n'avez pas remarqué que penser à cela vous rend anxieux.

Doug : Exact

Dr Brown : Il est intéressant de voir comment ces processus se produisent. Si vous êtes devenu anxieux dans le passé dans certaines situations parce qu'il s'est passé quelque chose que vous n'aimiez pas ou que vous n'appréciez pas, comme peut-être recevoir une injection quand vous alliez vous faire vacciner ou quelque chose comme ça ou parce que vous aviez besoin d'un antibiotique et qu'il fallait l'injecter. Vous allez dans cet environnement et vous pourriez dire : « Oh, je ne sais pas si j'aime vraiment ça, je suis un peu incertain de ce que ça va être ». Non, en fait, vous êtes plutôt certain de ce que ça va être. Tout le monde dit « J'ai peur de l'avion », du moins les gens qui s'identifient à cela. En fait, personne n'a peur de l'avion. Ils ont peur de s'écraser.

Et ce qu'ils font lorsqu'ils sont dans l'avion, c'est qu'ils regardent ces horribles films sur l'avion qui s'écrase et qu'ils voient ce film comme s'ils y étaient, au lieu de simplement le regarder à l'écran. Eh bien ouais, ton corps va s'écraser, « Tu sais que je n'aime pas ça ! Que puis-je faire ? » C'est fascinant quand vous commencez à le regarder comme un programmeur informatique et quelqu'un qui comprend l'informatique. Nous cherchons toujours ce que j'aime à penser comme étant des « règles de production ». Comment produit-on quelque chose ? Que devez-vous faire pour que la chose se produise ? Une grande partie de ce qui se fait « inconsciemment » pour beaucoup de gens, c'est la règle de production qui est placée pour créer des choses qu'ils n'aiment pas, qu'ils n'apprécient pas.

Donc, concrètement, le genre d'idée que lorsque vous essayez d'aider quelqu'un qui a un comportement de dépendance, en particulier l'abus de substances, l'une des choses que vous allez soulever avec eux, c'est l'idée de trouver de nouveaux endroits où aller au lieu de retourner aux anciens endroits, où vous avez vos anciennes connaissances et où il est beaucoup plus probable que vous adoptiez les anciens comportements. Il y a donc des règles de production en place. Il y a des séquences de production, c'est une autre façon d'y penser, ainsi vous êtes moins enclin à vous livrer à de tels comportements si vous n'êtes pas dans cet environnement, particulièrement pas celui où vous aviez l'habitude d'être.
C'est la même chose avec la cigarette. Si vous voulez arrêter de fumer, tenez les cigarettes à l'envers, ou avec votre autre main. Faites quelque chose de différent de ce à quoi vous êtes habitué et faites l'expérience de cette première entrave. Vous savez, les poumons, peu importe combien de temps vous l'avez fait, les poumons ne vont pas aller, « Oh mon Dieu, c'est vraiment génial ! Merci. » Au lieu de cela, c'est comme une démangeaison que vous grattez. C'est comme si tu allais en avoir un autre ! Vous n'allez pas vous débarrasser des démangeaisons parce que vous l'avez grattée cette fois-là. C'est donc beaucoup à propos de l'interruption de modes et c'est aussi ce que les interruptions font dans notre neurofeedback. Ils interrompent fondamentalement les modes de production que nous produisons, les processus psychophysiologiques inutiles et c'est la personne elle-même qui en décide. Nous ne leur disons pas que ce que nous pensons est inutile. Pour moi, c'est tout simplement ne pas respecter l'autre personne.

Doug : J'ai une question concernant ce dont vous parliez. Il semble y avoir certaines personnes qui disent que malgré le fait qu'ils ont fait NeurOptimal, ils ne remarquent rien. Je ne suis pas nécessairement convaincu qu'il ne se passe rien. Je pense que c'est sans doute peu probable. Y a-t-il un point de vue à ce sujet ? Savez-vous pourquoi certaines personnes ne remarqueraient pas nécessairement quelque chose ?

Dr Brown : Eh bien, je pense qu'il y a beaucoup de raisons et c'est en partie la raison pour laquelle nous nous concentrons tant sur les outils de suivi des progrès et aussi pour aider les gens à remarquer ce que nous appelons le « DIFS ». D — I — F — S, la durée (Duration), l'intensité (Intensity), la fréquence (Frequency) et les changements (Shifts) dans ce qu'ils vivent. La plupart des gens quand ils disent : « Il ne se passe rien », ce qu'ils veulent dire, c'est : « J'ai la condition X et j'ai toujours la condition X. Cela me semble exactement la même chose. » C'est fascinant quand cela se produit, quand quelqu'un dit ça. Si vous n'avez pas fait le DIFS, si vous n'avez pas questionné pour, « D'accord, mais combien de temps cela dure-t-il maintenant ? À quelle fréquence cela se produit-il ? Quelle est la force de l'événement lorsqu'il se produit ? Y a-t-il un changement quelconque dans cette expérience ? » Parce que tout changement amorce le processus de changement. Bien que beaucoup d'entre nous croient qu'il est très difficile de changer, en fait, il est impossible de rester le même à moins de travailler très fort. Et si tu n'y crois pas, va parler à Cher.

Dr Brown : Il est impossible qu'un système dynamique non linéaire continue à faire exactement la même chose à moins de le contraindre sévèrement. Quand les gens disent : « Eh bien, rien n'a changé », c'est comme : « Comment faites-vous cela ? Comment le savez-vous ? Je veux dire sérieusement, rien n'a changé ? » Ce qu'ils veulent dire, c'est que je m'en fous. Maintenant, il est fréquent que les gens viennent dans le contexte d'une autre personne importante. C'est peut-être le mari qui vient et la femme est à l'arrière-plan, ou vice versa ou les deux viennent. Nous avions l'habitude d'avoir beaucoup d'expérience, Sue et moi, quand nous avions des pratiques cliniques actives dans les premiers temps, où le mari entrait et allait, « Vous savez, je ne pense pas que cela fait quoi que ce soit », et puis la femme vient et dit, « Je ne sais pas ce que vous faites, mais continuez à le faire parce qu'il est totalement différent maintenant ! » Beaucoup de gens sont tellement concentrés sur l'identité de ce qu'ils croient être mal, qu'il leur est très difficile de laisser tomber parce que, souvent, cela s'inscrit dans un contexte de croyance beaucoup plus large.

Il y a un dicton qui dit que « la vie est dure et puis on meurt » — on l'utilise habituellement un peu plus familièrement, mais je ne veux pas utiliser ce mot ici, vous voyez ? La vie est difficile et puis tu meurs. Eh bien, si vous avez entendu cela assez souvent quand vous grandissiez, cela devient alors une partie de votre moi inconscient à laquelle vous ne pensez même pas. Que se passe-t-il quand tout d'un coup c'est facile ? Que pensez-vous qu'il va se passer ? « Je vais mourir ! » Parce que la vie est dure, puis on meurt, n'est-ce pas ? C'est vraiment intéressant parce que vous aurez des gens qui viendront et diront des choses comme « Oh, je sais que quelque chose de vraiment terrible est sur le point d'arriver ».

Vous dites : « Comment le savez-vous ? »

« Parce que c'est si bon depuis si longtemps que ça ne peut pas rester comme ça, quelque chose de mal doit arriver. »

Vous n'entendrez jamais ces gens entrer et dire : « Vous savez, quelque chose de merveilleux est sur le point d'arriver ! »

Je dis : « Comment le sais-tu ? »

« Parce que ça fait si longtemps que ça va mal que cela ne peut pas rester comme ça. »

Maintenant, vous savez, c'est drôle quand je le dis comme ça, mais si vous y pensez, le système nerveux central ; l'unité psychophysiologique que nous sommes, tout cela est organisé autour de la survie. Ce n'est pas organisé autour de l'épanouissement. Ce n'est pas pour rien que nous avons la rage au volant. La rage était une chose très utile dans les premiers temps de l'être humain parce qu'il fallait vraiment s'inquiéter de tous les prédateurs. Ce n'est pas pour rien que nous regardons les choses et que nous voyons souvent des visages. Si c'est un visage, si cela a des yeux, si cela a une bouche et cela pourrait nous manger. Très peu de gens regardent les arbres et disent : « Oh, mon Dieu, c'est effrayant. » L'arbre ne bougera probablement pas et il ne fera probablement rien à moins qu'il ne tombe, n'est-ce pas ? Donc, si vous pensez au genre de réactions que nous avons qui sont fondées sur la peur et qui visent à nous protéger, à nous assurer que nous passons au travers que nous nous sentions bien ou non, c'est tout à fait logique. C'est axé sur la survie. C'est pourquoi nous avons tellement plus d'effets négatifs que d'effets positifs.

Gaby : Je voulais revenir un instant sur les interruptions. Il y a une personne qui veut savoir s'il y a des clics qui ne sont pas audibles, ou des interruptions qui ne sont pas audibles pendant NeurOptimal.

Dr Brown : Oui. Encore une fois, le traitement conscient est la partie la plus lente de la chose. Donc, lorsque vous entendez des choses, cela s'est déjà produit essentiellement. Je veux dire, il y a une rapidité d'exécution dans les choses. Ce sont celles que vous ne détectez pas consciemment qui peuvent être les plus puissantes et c'est très clair dans beaucoup de contextes. Si vous regardez le traitement subliminal et certains messages subliminaux intégrés, la recherche est très claire. L'une des raisons pour lesquelles ils sont illégaux est que vous pouvez intégrer des messages subliminaux et qu'ils ne seront pas vus, comme dans les films ou autres, mais ils auront un effet. Et ce n'est donc pas pour rien que les entreprises intègrent leur produit dans des scènes de rue ou quoi que ce soit d'autre. Ils veulent vraiment s'assurer que vous le voyez, mais que vous n'y prêtez pas directement attention. De cette façon, c'est comme, « Oh, je pense que je vais avoir un peu n'importe quoi », parce que c'était juste dans le film que vous avez vu et que vous n'avez même pas remarqué.

Gaby : Donc on peut s'endormir en faisant du NeurOptimal ?

Dr Brown : Bien sûr que oui ! Tout d'abord, une chose est que certainement la plupart des gens dans la culture occidentale sont chroniquement surmenés et chroniquement en manque de sommeil. Que votre corps s'endorme quand il le peut, et qu'il sait que cela est sans danger, c'est une assez bonne idée. Et si vous êtes dans un bureau de neurofeedback, vous savez probablement que c'est assez sûr là-bas, n'est-ce pas ? C'est probablement un bon endroit pour s'endormir. Et ce que vous constaterez, c'est que, fréquemment, dans les séances pour les gens, la période de temps qu'ils dorment change au fil du temps au cours de la séance, à mesure que leur sommeil se renormalise pour eux en dehors des séances. C'est une chose assez courante.

Nous avions quelqu'un qui était l'un de nos utilisateurs, qui l'est toujours, et il dirigeait un laboratoire du sommeil et un programme de traitement du sommeil. Il a introduit NeurOptimal dans ce programme de sommeil pour les patients hospitalisés et a réduit le temps nécessaire de 50 %. Cela ne veut pas dire qu'il s'agit d'un traitement des troubles du sommeil, ce n'est pas ce que j'essaie de dire. J'essaie de dire que la façon dont nous organisons notre vie dans la culture occidentale, en fait, nous prive de sommeil la plupart du temps. Dès que nous donnons au cerveau des informations à ce sujet et un environnement sûr et confortable, il s'endormira. C'est ce qu'il devrait faire, non ? Et bien sûr, vous entendez toujours des choses. C'est une des raisons pour lesquelles ma femme dort avec des bouchons d'oreilles. Je n'aime vraiment pas faire ça parce que je veux savoir ce qui se passe. Si une fenêtre est brisée, je veux savoir. C'est comme ça que je suis.

Votre cerveau est donc actif. En fait, c'est l'un des aspects du sommeil en particulier. Tout le monde pense, « Eh bien, je suis endormi » comme si c'était un état unitaire singulier et que tout le cerveau était endormi. Eh bien, non, en fait, différents aspects du fonctionnement changent tout le temps et des études récentes ont confirmé qu'il n'est pas logique de penser à un seul état de sommeil. Il s'agit d'une variété de processus, comme les vagues sur l'océan lorsqu'elles interagissent avec le rivage. Oh oui, il y a une certaine prévisibilité, mais ça change tout le temps. Cela dépend de la profondeur de l'eau, du vent, de toutes sortes de choses qui interagissent. C'est non linéaire en d'autres termes.

Gaby : Il y a donc des clics inaudibles. Je pense que l'un des informaticiens voulait savoir quel était le pourcentage d'entre eux ?

Dr Brown : Nous ne regardons pas les pourcentages.

Gaby : Comme en termes de rétroaction, en termes de nombre d'interruptions — eh bien, ce n'est même pas une bonne approche ; nous parlons d'un système linéaire !

Dr Brown : C'est une linéarisation, au fait.

Gaby : Oui, c'est très intéressant parce qu'en lisant pour cette émission, j'ai dit : « Je pense que toutes les difficultés à comprendre ce processus et toutes les questions sont dues au fait que nous pensons en termes linéaires. C'est tellement ancré. »

Dr Brown : Vous avez tout à fait raison. En fait, c'est l'une des choses les plus difficiles à comprendre pour les gens, en particulier ceux qui viennent d'une perspective de neurofeedback linéaire. Il n'y a pas de cibles comme elles en ont. Il ne s'agit pas d'un pourcentage de temps au-dessus du seuil, d'un pourcentage de temps en dessous du seuil ou d'un pourcentage de mouvement à l'intérieur d'une plage de fréquences. Rien de tout cela n'est pertinent et sans ce genre de mesures, ils n'ont pas de cadre conceptuel dans lequel ils peuvent dire : « Bon, d'accord, si ce n'est pas cela, de quoi s'agit-il ? Aide-moi à comprendre. » Je me souviens quand je faisais une présentation et un certain nombre d'autres personnes sur le terrain disaient : « Vous savez, je ne comprends vraiment pas comment vous faites ce que vous faites », et je dis : « Merci de confirmer que c'est vraiment unique. Je comprends ça. Je comprends, tu ne comprends pas. Je comprends ça. »

« Explique-moi ça. »

« Je peux vous l'expliquer en général, mais si vous ne comprenez pas les mathématiques, cela n'aura aucun sens et je ne vais pas vous donner les détails des mathématiques.... »

Gaby : J'allais juste demander ce que nous savons sur le fonctionnement de l'oreille humaine — et je pense que c'est encore très linéaire — une personne sourde serait-elle capable d'utiliser NeurOptimal ?

Dr Brown : Oui. Tout d'abord, il y a des degrés de surdité et des types de surdité ; la question est donc de savoir s'il s'agit d'une surdité totale. Sont-ils nés sourds de naissance ? S'agit-il de problèmes de conduction osseuse ? Je veux dire qu'il y a tellement de variables différentes. Mais souvent, ce qui peut fonctionner, c'est que les gens réagissent aux vibrations. Donc, s'ils utilisent des haut-parleurs, vous pouvez placer les haut-parleurs juste à côté de leur peau et ils sentiront des changements dans la musique, y compris les interruptions. Cela a déjà été fait. C'est le processus qui génère les interruptions, parce qu'ils sont en décalage avec ce qui se passe dans la musique qui se poursuit habituellement, il y a généralement un certain flux global et très peu de silences purs, de sorte que les interruptions se distinguent comme des vibrations même.

Gaby : Je comprends.

Doug : J'allais justement demander si les changements positifs que les gens remarquent sont permanents ?

Dr Brown : Eh bien, vous êtes des tissus vivants. Alors, qu'est-ce qui est vraiment permanent dans votre vie si vous y pensez ? J'ai maintenant 63 ans, je viens de l'avoir récemment. Tu sais, c'est incroyable, c'est comme les cheveux qui ne sont pas permanents, n'est-ce pas ? Ils migrent. Je veux dire, comment se fait-il que ce ne soit pas là où je veux qu'il soit, mais à des endroits où je ne veux pas qu'il soit ? Qu'est-ce qui se passe dans votre vie ? Cela étant dit, ce n'est que pour contextualiser. C'est comme apprendre à faire du vélo. Si vous n'avez pas conduit un vélo depuis dix ans, il vous faudra peut-être un peu de temps pour retrouver votre confort, mais il ne vous faudra pas autant de temps qu'il vous a fallu pour apprendre à conduire le vélo à l'origine. C'est là-dedans quelque part. Vous pouvez tomber une ou deux fois, mais vous l'aurez. Est-ce que cela a du sens ?

Doug : Oui, absolument. Une question connexe est : NeurOptimal est-il quelque chose que les gens font pendant une période de temps limitée ? Alors, ils obtiennent ce qu'ils peuvent en tirer et n'y retournent pas ? Ou est-ce le genre de chose où vous reviendrez dans le futur ?

Dr Brown : Je pense que cela dépend de la disponibilité, de ce qui vous a motivé à commencer ou de ce que vous avez remarqué par la suite. Il y a deux entraîneurs auxquels je pense en ce moment qui sont aux Pays-Bas, des dames merveilleuses et toutes les deux utilisent le système depuis 2003, quelque chose comme ça. Ils l'utilisent encore beaucoup pour elles-mêmes et évidemment aussi pour leurs clients. Elles et beaucoup d'autres entraîneurs ont aussi des ensembles d'équipement de location, comme une flotte de location. Ils loueront des systèmes à des familles ou à d'autres personnes, surtout lorsqu'ils sont très éloignés. L'un de nos représentants et instructeurs en Australie, c'est une grande partie de ce qu'il fait. Les distances sont si grandes que s'il ne le faisait pas, il y a beaucoup de gens qui ne seraient pas en mesure d'obtenir le service. Ce qui se passe parfois, c'est que les gens louent un système ou achètent un système ou vont voir un entraîneur et ils peuvent voir cette personne pendant quelques mois. Ou ils peuvent venir et avoir un certain nombre de séances ou jusqu'à ce qu'ils se disent : « D'accord, je pense que je suis en bien ici, je pense que je vais bien ». Puis plus tard, quelque chose se présente dans leur vie et ils se disent : « Tu sais, je pense que ce serait bien, peut-être que je vais y retourner et avoir d'autres séances. Ou peut-être qu'ils sont vraiment intéressés à faciliter leur créativité, de façon continue, et ainsi ils acquièrent un système et ils l'utilisent beaucoup.

Nous n'avons pas d'engagement particulier à dire : "Eh bien, voici combien de séances..." Ce serait comme essayer de dire au cerveau quoi faire. Nous dirons : "Si vous voulez une séance, si cela semble être le cas, faites-en une. Si c'est utile, allez-y." Mais beaucoup de gens pensent : "si une séance est bonne, alors un million devrait être meilleur" et ils veulent s'entraîner toute la journée pendant plusieurs semaines. C'est comme cette vieille histoire zen sur le gars qui va au monastère Zen et il s'approche du moine et il dit : "Écoutez, si je m'entraînais tout le temps, si je travaillais vraiment dur, combien de temps me faudra-t-il pour devenir éclairé ? Le maître le regarde et dit : 'Dix ans.' Il dit : 'D'accord, écoute. Je sauterai des repas, je réduirai mon sommeil, je travaillerai encore plus dur.' 'Vingt ans.' C'est un peu la même chose. En Orient, c'est ce qu'on appelle « l'esprit de gain ». Si vous y entrez avec l'esprit de gain, alors vous êtes en quelque sorte en train de rater l'essentiel. Si vous essayez d'accélérer les choses, eh bien le voyage de tout le monde est le voyage de tout le monde. C'est leur processus individuel. Comme quand ma fille aînée apprenait à marcher, je ne vais pas lui dire : "Non, non, non, non, non, ne fais pas ça. Lève-toi. Lève-toi, c'est tout." Eh bien, non. C'est son processus. Je vais respecter cela parce que cela lui permet aussi de savoir que j'ai confiance en ce processus pour elle. Je n'ai pas à intervenir pour ça. D'autres fois, bien sûr que oui. Ils vont tomber et se cogner au bord d'une table. Bien sûr que vous allez intervenir et vous occuper de ça. Mais la plupart du temps, lorsque nous intervenons et pensons que nous aidons, nous aggravons la situation.

Il y a un proverbe chinois qui dit que le singe se pensant bon et sage a remis en sécurité le poisson dans l'arbre. Vous retirez le poisson de la rivière pour le sauver en le plaçant dans l'arbre où le singe se sent en sécurité. Vous pensez savoir ce dont il a besoin et ce qui est bon pour lui et vous finissez par le tuer. Donc, les gens varient beaucoup, mais nous constatons qu'avec le temps, plus les gens utilisent le système, quelle que soit la fréquence qu'ils choisissent d'utiliser — ils peuvent le faire une fois par semaine, ils peuvent le faire une fois toutes les deux semaines. Ils peuvent faire aléatoirement en termes de temps entre deux séances. Trois fois par mois, ou huit fois par mois, ou peu importe. Plus longtemps quelqu'un fait cela, plus les effets persisteront entre les séances. Donc, ce qui est typique, c'est que les gens viendront et feront un ensemble, pour utiliser ce terme. Ils feront simplement un certain nombre de séances assez proches les unes des autres. Ce qu'ils découvriront, c'est qu'ils peuvent commencer à espacer le temps entre la dernière séance faite et le nombre de séances qu'ils avaient prévu prendre. Ils constatent qu'ils n'ont pas autant besoin de l'effet booster et bientôt, il y aura une semaine entre les séances. Ensuite, ce sera deux semaines, puis un mois, puis trois ou quatre mois. Ensuite, il pourrait s'agir d'une année en supposant qu'il n'y a pas de facteurs de stress majeurs dans leur vie.

Gaby : Certaines personnes ont eu un peu d'anomalies. Il y a des spéculations sur ce qui pourrait se passer. Par exemple : certains dorment moins ou ont un léger mal de tête ici et là. Que pourrait-il se passer ici ?

Dr Brown : Eh bien, vous devez vous souvenir ; tout d'abord, il ne s'agit pas d'un traitement, donc ce n'est pas un processus linéaire et prévisible. Mais ce que nous avons découvert, c'est que tout ce qui émerge n'est pas nouveau pour cette personne. C'est quelque chose qui s'est produit dans le passé et cela indique habituellement que le système est en train de se renormaliser. C'est comme si, en marchant, vous vous adaptiez à ce nouveau terrain. Vous pouvez marcher très rapidement dans un hall recouvert de tapis. Essayez de faire cela sur le flanc d'une montagne et les choses pourraient se renverser assez rapidement.

C'est facile à dire, ce sont deux façons de se déplacer, alors comment se fait-il que l'une est plus difficile ? C'est un terrain différent et il faut s'y adapter. Comme les gens font l'entraînement — rappelez-vous, j'ai dit que nous sommes basés sur le modèle holographique du cerveau de Karl Pribram et comment il fonctionne et cela implique la perception et la mémoire aussi bien que la conscience — vos perceptions changeront aussi et vos perceptions de ce qui est possible changeront. Parfois, les gens disent : "Eh bien, tu sais, je me sens plus....", peu importe. Et pendant que nous en parlons, ce qui se passe réellement, c'est qu'ils se rendent compte à quel point cela avait été toujours actif, mais ils s'étaient aveuglés pour ne pas voir ce qui se passait réellement. Alors, il y en a d'autres ? Non. En fait, c'est la même chose, ou peut-être même moins, mais ils s'en rendent compte maintenant parce qu'ils y sont plus sensibles. D'accord, il y a un changement. C'est le début du processus de changement. Plus vous le remarquez, plus vous pouvez agir.

Il est plus facile de nettoyer les petits dégâts que les gros dégâts. Plus vite vous voyez le désordre, plus c'est facile à gérer, n'est-ce pas ? C'est la perception et ensuite votre sens de qui vous êtes dans le monde commence à changer. Un de nos entraîneurs a inventé l'expression "c'est la transformation par le rétroviseur" parce qu'il faut en quelque sorte regarder en arrière et dire : "Oh ouais, c'est... waouh ! C'est là où j'étais avant. Je ne suis plus là, c'est différent."

J'avais cette femme qui était probablement l'exemple le plus extrême de cela, je l'appellerai Mary, mais elle était extrêmement phobique. La seule façon pour elle de traverser un pont suspendu de haut niveau était d'être à l'arrière de la voiture avec les yeux bandés et des bouchons d'oreilles et de demander à quelqu'un d'autre de la conduire parce qu'elle était terrifiée. À l'époque, Sue et moi vivions à Long Island et si vous n'étiez pas à Long Island, cela signifiait que vous deviez traverser un pont ou prendre le traversier ou quelque chose du genre. Bref, elle venait pour ça. C'était l'objectif identifié de venir. Et la façon dont nous avions installé le bureau à l'époque, nous avions une petite aire de réception, puis Sue avait un bureau d'un côté de la maison, nous avions nos bureaux dans notre maison, et j'avais en quelque sorte installé l'autre côté de la maison comme bureau. Quoi qu'il en soit, j'allais dans la salle d'attente et je voyais Mary et son mari. C'est donc à la cinquième séance qu'au lieu d'aller vraiment là-bas, j'ai ouvert la porte et j'ai jeté un coup d'œil et il semblait que son mari n'était pas là. J'ai dit : "Mary où est ton mari ?" et elle a dit : "Oh, il n'est pas venu aujourd'hui".

"Quoi ? Il n'est pas venu ? Qu'est-ce que tu veux dire ?"

"Oh, j'ai conduit moi-même les deux dernières fois."

Doug : Waouh !

Dr Brown : Je l'ai regardée et j'ai dit : "Tu te souviens pourquoi tu es venu à l'origine ?" et elle a dit : "Oh mon Dieu, c'est vrai ! J'avais complètement oublié parce que c'est si différent. Mon Dieu, c'est difficile à croire."

Gaby : C'est incroyable !

Dr Brown : Et c'est à l'extrême, mais ce n'est pas inhabituel. Sue a vécu une expérience très semblable au tout début lorsque nous étions ensemble pour la première fois. J'étais déjà en quelque sorte un expert dans le domaine et je faisais des présentations. C'était à l'époque de la phase à 5 étapes et elle est migraineuse. À l'époque, elle devait prendre des quantités massives de médicaments, des médicaments sérieux, tous les jours, comme un processus standard, et malgré cela elle souffrait la plupart du temps. Et puis il y avait bien sûr les autres médicaments qu'elle prenait. À un moment donné, environ six semaines plus tard, elle s'est arrêtée et a dit : "Tu sais, je viens de remarquer que je n'ai même plus les médicaments d'urgence avec moi. Je n'y pense même pas — je ne prends pas les trucs du matin non plus. Je n'avais même pas remarqué parce que cela s'est estompé." C'est comme si oui, c'est un peu ce qui arrive.

Je pense donc que parfois, quand les gens disent : "Eh bien, rien ne change", il y a un peu de cela. C'est comme si les choses sont différentes, mais elles sont différentes d'une manière que la personne ne peut pas encore reconnaître. Il se peut aussi qu'ils adoptent des comportements ou qu'ils se trouvent dans des situations où ils subissent encore ce stress permanent ; ils continuent d'abuser de leur corps d'une façon ou d'une autre avec des substances ou quoi que ce soit d'autre. Bien sûr, à mesure que nous vieillissons, vous devez être beaucoup plus créatif dans la façon dont vous abusez de vous-même !

Gaby : Je pense que c'est assez fascinant et pour être tout à fait honnête, je pense que les gens qui n'ont rien signalé, il semble que d'autres personnes ont remarqué quelque chose.

Dr Brown : Je pense que c'est vrai. Je n'ai pas encore vu une situation où quelqu'un qui avait des proches autour de lui et qu'ils étaient tous d'accord pour dire que rien n'avait changé. Maintenant, l'autre endroit où vous pouvez voir cela c'est souvent avec les familles qui viennent avec des enfants. Ils voient l'enfant comme le « patient identifié », comme le dit l'expression, ils voient l'enfant comme ayant « le problème ». Si « le problème » ne change pas de la façon dont le parent pense qu'il devrait changer, alors ils diront : « Eh bien, cela ne fonctionne pas ». Ce qu'ils découvriront, « c'est qu'il se dispute plus souvent avec moi. »

« Oh, d'accord. Alors il vous résiste, j'ai compris. »

« Il ne devrait pas faire ça. »

« Oh. C'est une tout autre chose.... »

« Je comprends, mais... » C'est comme, c'est le changement et le changement se produit. Cela devient intéressant parfois et ce que nous recommandons et ce que beaucoup de nos entraîneurs recommandent, c'est que toute la famille s'entraîne parce que plus les parents et les autres membres de la famille se sentent plus capables, plus résilients, plus flexibles ; moins ils seront réactifs et étant moins réactifs la citation « patient identifié » le deviendra aussi.

Gaby : Nous avons un entraîneur qui participe à notre forum. Il semble qu'il soit dans NeurOptimal depuis les tout premiers jours. Son nom d'utilisateur est Choepel et il nous disait que vous faisiez du NeurOptimal en groupe et des expériences de groupe. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

Dr Brown : Oh oui. Eh bien, l'une des choses qui se sont produites au fil du temps alors que nous développions ce qui est devenu NeurOptimal, c'est que nous allions à des conférences. Contrairement au reste de nos collègues, nous faisions des séances à l'aveugle sur les gens qui venaient nous voir. Pas d'évaluation, rien du tout, il suffit d'exécuter le logiciel parce que même dans les premiers jours, il était incroyablement sûr et doux et tout cela. Cela surprenait nos collègues du style : « Comment pouvez-vous faire cela ? Vous devez évaluer la personne. » « Non, pas du tout. Je ne le fais pas, vous le voyez juste ici. » En fait, beaucoup de concurrents de nos collègues sont venus et ont dit secrètement : « Écoutez, j'ai mal à la tête, laissez-moi m'asseoir et faire une séance, d'accord ? »

C'était plutôt mignon ! Quoi qu'il en soit, au fur et à mesure que nous avons fait cela, il est devenu clair que beaucoup de nos entraîneurs et la nouvelle communauté d'utilisateurs étaient très intéressés à avoir des expériences supplémentaires comme des expériences de groupe et tout cela. Sue et moi avons donc commencé une série d'événements que nous avons appelés les « immersifs ». Ce que nous faisions, nous louions essentiellement un hôtel qui se trouvait là où nous étions à Victoria et nous prenions en quelque sorte la place pendant une semaine. Les gens prenaient l'avion et c'était un truc qui durait une semaine. Tout a commencé avec un entraineur et un client qui s'entraînaient en même temps et il y avait donc deux séances le matin : l'une où vous étiez l'entraîneur, l'autre où vous étiez le client. Puis il y avait deux séances l'après-midi, le même genre d'idée : l'une où vous étiez l'entraîneur et l'autre où vous étiez le client.

Nous avions des gens qui changeaient de place, donc ce n'était pas seulement la même paire qui changeait de siège. Tout le monde avait la chance de s'entraîner plus ou moins avec tout le monde. Au fur et à mesure que le groupe devenait énorme, c'était plus difficile. Nous avions de petites périodes de témoignages entre les deux ou nous parlions de ce qui s'était passé ou de ce que nous avions remarqué. Ce qui est devenu très évident, c'est que souvent quelqu'un, quel que soit le côté de l'équation qu'il expérimentait, disait : « Vous savez, c'était vraiment bizarre, mais j'avais cette image dans ma tête », et quelqu'un de l'autre côté de la pièce disait : « Oui ! Je l'ai fait aussi » et une autre personne disait, « Eh bien oui, j'avais la même chose ! » et c'est comme, « J'étais le client, » et l'autre disait, « Uuuh, je ne me souviens même pas si j'étais le client ou l'entraîneur ?

Il était donc très clair qu'il y avait une interaction de groupe. Tout le monde recevait sa propre rétroaction. Alors que nous faisions cela, deux sortes de choses historiques intéressantes se sont produites. Jeff Bova était présent à l'un des touts premiers immersifs que nous avons faits. Jeff, lors de cette immersion, est venu me voir le premier jour et m'a dit : "Regarde, c'est incroyable. Cela vous dérangerait-il si je composais de la musique pour accompagner cela, pour exprimer mon expérience ?" Jeff est un musicien multiplatine, multi-Grammy, producteur et tout ça. Il a travaillé avec tout le monde. À un moment donné, il faisait partie du groupe de Herbie Hancock à l'époque du "Rockit", vous savez, toutes sortes de choses. Quoi qu'il en soit, c'est comme, "Est-ce que ça me dérangerait ? Tu te fous de moi ?! Incroyable !" La musique que nous utilisons et que nous avons utilisée une fois qu'il a créé la première, est la musique par défaut. Nous avons donc une toute nouvelle musique qui est en fait composée de six morceaux séparés et l'une des vraies joies de ma vie était que lui et moi avions discuté lors de cette même première rencontre qu'à un moment donné, voici ce que nous aimerions tous les deux que la musique devienne. C'est vraiment la musique que nous avons toujours voulue. En fait, j'ai pu travailler avec lui dans son studio pour traiter et ajouter des choses à plusieurs morceaux. C'était tellement incroyable. Ça l'était vraiment. C'est une chose qui s'est produite.

L'autre chose qui s'est passée, j'ai commencé à penser, tu sais que c'est vraiment intéressant. Il y a donc des interactions de groupe. Au début, je me promenais et je voyais ce qui se passait sur les écrans. J'ai remarqué qu'il y avait une synchronisation fréquente avec ce que vous voyez à l'écran. J'ai pensé, OK, je vais essayer une expérience ici. Ce que j'ai trouvé, c'est ce que nous avons appelé le "branchement étoile" à cause de ce à quoi ça ressemblait quand c'était fait. Essentiellement, nous avions un canal d'un système connecté d'un côté d'une personne et la personne à côté d'eux avait l'autre canal de ce même système connecté à l'un de leurs sites. Nous avons traversé ainsi le cercle des personnes qui recevaient un entraînement et nous l'avons appelé le » branchement étoile ». C'était une véritable rétroaction interpersonnelle parce qu'un cerveau déclenchait effectivement les interruptions qui étaient entendues, si vous pensez à cela. Le plus fascinant, c'est que ça a marché.

Gaby : Waouh.

Dr Brown : C'est donc devenu une chose qui a été en quelque sorte le point central pendant un certain temps de l'immersion, pour ceux que nous avons faits. En fin de compte, il est arrivé un temps où tout le monde pouvait s'entraîner en même temps parce que c'était assez simple pour le faire de cette façon. Vous n'aviez pas besoin d'un entraîneur séparé à l'extérieur. C'était deux fois plus que le nombre de branchements, le temps d'entraînement et tout cela. Nous avons abandonné cela après plusieurs années, je ne me souviens pas exactement combien de temps. Plusieurs de nos entraîneurs les ont poursuivis dans divers endroits, de sorte qu'il y en a eu aux Pays-Bas, il y en a eu des versions aux États-Unis dans divers endroits, il y en a eu des versions au Japon, juste un certain nombre d'endroits.

Donc, ce qui est très intéressant et qui souligne le fait que ce qui sous-tend réellement ce qui se produit, dans notre forme de neurofeedback de toute façon, est l'un des processus de contrôle dynamique non linéaire connu sous le nom de « synchronisation par le chaos ». C'est la véritable explication de ce que tout le monde considère comme la synchronisation des horloges sur le mur. Vous prenez deux systèmes dynamiques non linéaires et vous les mettez en relation l'un avec l'autre pour qu'ils puissent partager l'information. Vous faites cela avec des horloges sur un mur et le mur vibre un peu, n'est-ce pas ? Ce qui se passera est que les deux pendules des horloges, s'il s'agit d'horloges pendulaires, se synchroniseront, mais à un rythme différent que l'une ou l'autre avait au début de l'expérience.

Maintenant, si vous y pensez, quand vous allez voir un thérapeute traditionnel, c'est ce qui se passe en réalité. Vous commencez à parler de la même façon. Soit le client se synchronise davantage avec le thérapeute, soit le thérapeute se synchronise davantage avec le client, soit c'est 50/50, peu importe. Ils développent un langage commun et si vous les suivez psychophysiologiquement quand ils sont ensemble, ils commencent à avoir des psychophysiologies très similaires au fil du temps. Nous pensons que c'est le contenu qui est la partie importante. Je ne pense pas que ce soit vraiment le cas. Je pense que c'est la synchronisation à travers le chaos et que vous passez un peu de temps ensemble. Pour revenir à cette situation de relation engagée, vous vous synchronisez ensemble d'une façon ou d'une autre. Mercredi soir, le gars peut sortir et jouer au poker et le mercredi soir, elle reçoit ses copines et elles jouent au bridge ou autre chose. Vous faites des trucs en même temps ou vous ne restez pas ensemble.

Gaby : C'est fascinant ! On va essayer ça.

Dr Brown : Eh bien, chaque fois que je faisais de la thérapie de couple, tout le monde voulait toujours venir et parler des problèmes, d'accord, peu importe ce qu'ils étaient, et j'ai dit : « Oui, oui, oui, on en arrivera là, mais ce que je veux savoir, c'est comment vous avez décidé de vous vivre ensemble ? À un moment donné, vous vous êtes regardés et vous avez dit : « Hé, on reste ensemble. » Et ils commenceront à parler des premières fois qu'ils sont allés à un rendez-vous ou à l'endroit où ils avaient l'habitude d'aller. Au fur et à mesure qu'ils le feront, ils commenceront à se synchroniser avec cela. Si ce n'est pas le cas, c'est probablement trop loin pour que les choses soient vraiment sauvées à cause de ce qui s'est passé. À la fin de certaines de ces discussions, je disais : « D'accord, mais lorsque vous vous êtes réunis pour la première fois, vous aviez l'habitude d'aller à ce petit endroit au bord de la route et vous alliez prendre un café, une danoise et un bagel. Que croyez-vous qu'il se passerait si vous recommenciez ? »

« Oh, mon Dieu, on n'a pas fait ça depuis des années. »

« D'accord, pourquoi ne pas essayer et voir ce qui se passe ? » Au fur et à mesure que vous faites des choses ensemble qui a créé la relation, il est fort probable que vous allez recréer la relation. C'est donc très similaire. On a fait des trucs de groupe. Certains de nos entraîneurs utilisent un système sur une mère et sa fille en même temps, donc un canal chacun. Certains utilisent deux systèmes en même temps. Certains font le croisement quand il s'agit de deux systèmes et de deux personnes ou de trois personnes et trois systèmes, peu importe. Cela a donc persisté dans de nombreuses situations. Mais oui, des expériences de groupe.

Nous venons d'avoir notre conférence. Nous venons tout juste de la terminer à Montréal ; cela est mentionné sur notre site Web. Nous avions 200 personnes dans la salle et nous en avions plus de 50 avec un accès en streaming dans le monde entier et nous avons eu beaucoup de plaisir. Nous venons de passer un moment merveilleux et quelqu'un qui est un conférencier motivé est venu me voir à la fin du temps et m'a dit : « Vous savez, je n'ai jamais vraiment vu un groupe qui est aussi passionné, compatissant et connecté que vous l'êtes. C'est tout simplement incroyable. » Cette communauté, ce sens de la communauté et du groupe est vraiment important pour Sue et moi. Nous considérons notre entreprise comme une famille et, incidemment, il y a des relations familiales entre tous les membres de l'entreprise. Ce n'était pas prévu comme ça, c'est juste ce qui s'est passé, vous voyez ? C'était drôle comme ça. Et nous considérons la communauté des utilisateurs comme une famille. Nous utilisons habituellement le mot communauté, mais nous le voyons beaucoup plus comme une famille.

En fait, notre directrice de l'éducation actuelle, une femme merveilleuse, la Dre Lise Delong, que je connais depuis plus d'une vingtaine d'années, je l'ai aidée dans sa dissertation et tout ce genre de choses. Bref, pendant des années, elle s'approchait de moi et de Sue et elle disait : « Vous ne pouvez pas m'adopter ? » Elle est si gentille, elle l'est vraiment. Elle est maintenant notre directrice de formation et tout va bien, alors maintenant que vous faites partie de la famille, c'est génial ! Son mari nous aide avec certaines des configurations et au niveau de l'expédition que nous faisons et c'est juste que c'est comme ça que tout a évolué au fil du temps. C'est juste organique et Sue et moi, on chevauche la sérendipité qui se produit, on ne le bloque pas. Oui, donc des trucs de groupe, oui, et des familles et toutes sortes de trucs cool.

Gaby : Je pense que vous serez tous les deux heureux de savoir que plusieurs d'entre nous possèdent maintenant l'équipement et que nous en avons dans les communautés et oui, cela a réuni beaucoup d'entre nous pour que nous puissions faire du NeurOptimal.

Dr Brown : Il est également important que les utilisateurs se connaissent et aient les moyens de se connecter les uns avec les autres. Nous avons maintenant notre groupe de soutien « NeurOptimal 3 pass support » sur Facebook, de sorte que toute personne qui est membre du processus « pass support » a un accès instantané, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à toute l'information dont elle aura besoin pour faire fonctionner le système et gérer les choses lorsqu'elles semblent aller de travers ou quoi que ce soit dans le fonctionnement de leurs systèmes. C'est une ressource très importante et ce que j'ai trouvé si merveilleux dans ce processus particulier, c'est que le groupe s'auto-supporte maintenant. J'y vais et je donne des réponses et notre personnel technique le fait et à peu près tout le monde de l'équipe Zengar y contribue d'une manière ou d'une autre, mais contrairement à la façon dont les ressources étaient organisées pour nous, ce sont souvent d'autres utilisateurs qui apportent un soutien direct à leurs collègues dans le monde entier.

Gaby : Ouais, je vais vérifier ça. Depuis une semaine ou deux, j'ai été très impressionnée. Il y a beaucoup d'activité, beaucoup de soutien et aussi beaucoup d'expérience et de nombreux types de clients. Pas diagnostique, mais il se passe des choses assez étonnantes ici !

Dr Brown : Oui, il y en a. C'est une partie du travail amusant pour Sue et moi. Cela a été vraiment un voyage difficile, long, mais aussi extrêmement amusant et très enrichissant que Sue et moi avons fait pour faire ressortir cela comme nous l'avons fait. Ce n'est pas du tout ce que nous avions prévu lorsque nous avons commencé le processus. Nous ne pourrions pas être plus heureux de la façon dont cela s'est développé.

Gaby : Je suis content de l'entendre. J'imagine qu'il y a eu beaucoup de problèmes au début et de résistance de la part de la communauté du neurofeedback.

Dr Brown : Oui, j'étais le mauvais garçon dans ce groupe parce que j'ai tout défié et ce n'était pas que j'essayais d'être provocateur. Je pense que l'un des moments émouvants que j'ai vécus dans cette communauté, parce qu'il y a beaucoup de gens merveilleux et dévoués, mais ce monsieur que je connaissais depuis très longtemps et qui est entraîneur, a élaboré des protocoles particuliers pour faire certaines choses. Lui et sa femme étaient associés et il était un marine étasunien. Donc, pour son mariage, c'était l'uniforme vestimentaire complet. Juste un gars vraiment génial et il m'a demandé de faire partie d'un panel. Il faisait partie du panel et une autre sorte de personnalité éminente dans le domaine faisait partie du panel et chacun d'entre nous avait des approches différentes. L'homme dont je parle et l'autre personne étaient beaucoup plus semblables en ce sens qu'il s'agissait à la fois d'approches linéaires et de ciblage limité et ce genre de choses.

Quoi qu'il en soit, quand il m'a présenté, il a dit : « Vous savez, je dois vous dire que je ne fais pas ce que Val fait. Je ne comprends pas ce qu'il fait. Je n'ai aucune idée de la façon dont il obtient les résultats qu'il obtient et de la façon dont ses gens le font, mais vous devez l'écouter parce qu'il obtient ces résultats et cela signifie que cela fonctionne. Et c'était comme, "Wow, merci beaucoup. C'est génial." Donc des moments comme ça ont fait une différence et bien sûr, en présentant si longtemps avec Karl Pribram, à la fin je ne me souciais pas vraiment de ce que les autres pensaient. Il l'a eu. Lui et moi, nous nous sommes présentés ensemble. C'est assez bien pour moi.

Gaby : Il a écrit plusieurs livres et documents. Recommandez-vous quelque chose de spécifique pour les personnes qui veulent en savoir plus sur la dynamique non linéaire ?

Dr Brown : Il ne parlera pas autant de la dynamique non linéaire que d'autres, mais il parlera de l'analyse temps-fréquence conjointe de ce qu'il utilisait. C'est aussi une version de ce que nous avons utilisé. Il y en a un certain nombre et cela dépend vraiment de la profondeur à laquelle vous voulez aller dans son matériel. Il a publié un dernier livre électronique et je ne me souviens plus depuis combien de temps, mais il est largement disponible sur Amazon et ce genre de choses. Ça s'appelle The Form Within et ça résume en quelque sorte toute sa carrière. Pour moi, en le lisant, cela me rappelle étrangement le genre de discussions que lui et moi avons eues. Vers la fin de sa vie, lui et moi avions prévu de nous réunir et de faire une sorte de discussion guidée sur les choses, puis, malheureusement, il est mort d'un cancer. Cela a progressé au point que cela n'était tout simplement pas possible et c'est quelque chose que je regrette que nous n'ayons pas été en mesure de faire. Ça aurait été merveilleux.
The Form Within couvre beaucoup de cela et il fait vraiment un très bon travail afin d'aider les gens à se rendre à l'endroit où ils peuvent commencer à comprendre des choses.

Bien sûr, il y a aussi le classique Brain and Perception, qui a été écrit il y a longtemps. L'une des choses que j'ai vraiment aimées, c'est l'un des livres que nous avons utilisés dans mon programme de psychologie de premier cycle, au début des années 70, et c'est quelque chose qu'il a écrit avec deux autres personnes, des gens de premier plan dans leur domaine, appelés Plans and the Structure of Behavior. C'est très intéressant à cause de la date à laquelle il a été écrit et de certaines des idées et de voir comment cela est revenu et est devenu la base de beaucoup d'autres choses en cours. Je soupçonne que beaucoup de gens ne le savent même pas, ne connaissent même pas cette histoire. Alors, c'est des trucs de Karl. Et beaucoup de ses papiers. Je ne pourrais même pas vous dire combien il y a de papiers. Si vous regardez en ligne, il doit y en avoir plus d'une centaine. C'est juste la carrière qu'il a eue et les choses qu'il a écrites et les présentations qu'il a faites ; c'était juste une quantité phénoménale de matériel.

Gaby : Je me trompe peut-être, mais je pense qu'il a peut-être écrit sur la parapsychologie, qu'il a même fait des études.

Dr Brown : Oui ! Il a en quelque sorte abordé le sujet.

Doug : Intéressant.

Gaby : Je pense que c'est quelque chose que le cofondateur de notre site Web associé, Arkadiusz Jadzyck, m'a dit. Je me préparais pour cette entrevue et j'ai dit : "D'accord, je pense que Pribram est le mot-clé ici. Pribram, Pribram. On n'a pas pensé à lui, oui."
Je sais que vous êtes très occupé, nous ne voulons pas vous prendre plus de votre temps. Je veux dire qu'on pourrait continuer pendant des heures.... Doug, as-tu une question que j'ai peut-être oubliée, comme "Oh, n'oubliez pas cette question ou quoi que ce soit d'autre" ?

Doug : Eh bien, il y avait une petite question, peut-être juste une réponse rapide. Il y avait une question au sujet des enfants par rapport aux adultes et de savoir si, puisque les enfants sont apparemment plus plastiques dans leur cerveau, la question était » est-ce plus efficace sur les enfants que sur les adultes ?

Dr Brown : Si vous y pensez, lorsque vous posez une question du type « plus », vous la linéarisez essentiellement. Ensuite, nous devons trouver une mesure de l'efficacité, peu importe ce que cela signifie, n'est-ce pas ? Pour moi, cela n'a pas de sens d'y penser de cette façon. Je ne suis même pas sûr d'être d'accord avec la prémisse générale selon laquelle le cerveau des enfants est plus plastique. Si vous parlez de neuroplasticité, il n'y a pas si longtemps la neurologie et la science médicale disaient : « Non-non-non-non, après cet âge, plus de nouveaux neurones, plus de nouveaux tissus cérébraux. Tu les as ou tu ne les as pas et tu commences à les perdre après ça. » Non seulement nous savons maintenant, et nous le savons depuis un bon moment, que ce n'est tout simplement pas vrai ; c'est connu depuis des siècles. On en a parlé différemment dans différentes cultures, mais l'idée que nous sommes une horloge et que nous commençons tout juste à ralentir ne correspond pas vraiment à ce qui se passe, surtout pas lorsqu'il s'agit du cerveau, de l'apprentissage et de tout cela. Alors, plus ou moins efficace ? Je ne sais pas comment mesurer cela. Et pour moi en tant que programmeur, en tant qu'ancien neuropsychologue, en tant que gestionnaire de base de données, je sais que si je ne peux pas le mesurer, je ne peux pas faire grand-chose avec cela.

Doug : C'est vrai.

Dr Brown : Est-ce que cela a du sens ?

Doug : Absolument, ouais. Je suis très ouvert à l'idée que nous ne perdons pas notre plasticité en vieillissant.....

Dr Brown : Eh bien, nous espérons que non ! Des choses peuvent arriver, mais nous espérons que non.

Gaby : C'est une très bonne nouvelle. J'espère que les auditeurs ont apprécié notre spécial solstice d'été et si quelqu'un veut en savoir plus, vous pouvez aller sur neuroptimal.com et voir s'il y a un entraîneur près de chez vous ou pour plus d'informations, d'articles, de liens ici et là. Je pense que c'est la ressource la plus importante pour les gens, n'est-ce pas ?

Dr Brown : Oui, c'est une très bonne ressource. De là, il vous indiquera vers d'autres directions. Il y a beaucoup de ressources, c'est là qu'il faut commencer.

Doug : Super !

Gaby : Ça a l'air bien. Merci beaucoup, Dr Val d'avoir été avec nous.

Doug : Oui, merci !

Dr Brown : Merci de m'avoir invité. J'aime vraiment ce genre de choses, alors je me suis amusé et j'espère que c'était utile.

Doug : Tout à fait.

Gaby : Je suis sûr que ça l'était. Au revoir, tout le monde, et à la semaine prochaine !

Doug : Au revoir !

Dr Brown : Au revoir !