Le ministre de l'Intérieur italien anti-migrants a décidé de porter plainte contre Roberto Saviano, l'auteur du livre anti-mafia Gomorra, à cause d'un tweet dans lequel l'écrivain l'accusait de prendre plaisir à voir mourir des enfants en mer.
italie
© Alessandro Garofalo Source: Reuters
Roberto Saviano
Le bras de fer continue entre Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur du parti de la Ligue, et l'écrivain Roberto Saviano, journaliste et auteur du best seller anti-mafia Gomorra. Un tweet de ce dernier, dans lequel sont visibles des cadavres de migrants en mer, sous-entendant que cette vision pouvait faire plaisir au ministre, a mis le feu aux poudres. Le politique italien a annoncé le 19 juillet au soir avoir porté plainte pour diffamation contre l'auteur, sa bête noire, critique acerbe de sa politique.

Daté du 13 juillet, le tweet qui a relancé la guerre entre les deux hommes rapporte un cliché extrait d'une vidéo d'une intervention en mer de l'ONG Proactiva Open Arms. Les images montrent des sauveteurs repêchant une femme vivante flottant aux côtés de deux cadavres dont celui d'un enfant. Au-dessus de la photo, Roberto Saviano adresse ces quelques phrases à Matteo Salvini : « Monsieur le Ministre de la pègre, à propos des morts en mer vous parlez de "mensonges et d'insultes", mais avec quel courage ? Avouez plutôt : quel plaisir cela vous procure - vous diriez "en tant que père" - de voir mourir en mer des enfants innocents ? @matteosalvini, ministre de la pègre, la haine que vous avez semée vous engloutira. »


Il a fallu deux jours au ministre de l'Intérieur pour réagir à ces propos. « J'ai porté plainte contre Saviano, comme promis. J'accepte toutes les critiques, mais je ne permets à personne de dire que j'ai aidé la mafia, une merde que je combats de toutes mes forces, ou que je me réjouis de la mort d'un enfant. Trop, c'est trop. Bisous », a écrit le ministre italien sur Twitter dans la soirée du 19 juillet.


« Robertino, c'est fini le bon temps », a ajouté Luca Morisi, chef de la communication internet du ministre.

L'écrivain, qui est aussi un journaliste engagé, a réagi sans tarder à cette annonce en répliquant d'un nouveau statut sur Twitter : « Le ministre de la Mala Vita [la mauvaise vie, l'un des surnoms de la mafia] s'est décidé à porter plainte. Je n'ai pas encore vu de communiqué officiel, mais je demanderai à être entendu car je ne plierai pas devant un pouvoir qui a peur des voix critiques. Au tribunal, Salvini sera appelé à dire la vérité, une expérience nouvelle pour lui. »


« Bouffon », « ministre de la pègre » : Roberto Saviano, le célèbre auteur du livre sur la mafia napolitaine Gomorra, avait sorti l'artillerie lourde contre le ministre de l'Intérieur italien dans une vidéo publiée sur son compte Facebook le 22 juin. Il y dénonçait une supposée complaisance du leader de la Ligue (parti anti-immigration) avec la mafia. Il a en outre récemment condamné sa politique migratoire très dure, l'affaire de l'Aquarius, les irrégularités concernant le financement de son mouvement et son traitement des Roms.