Naturellement, chaque pays a un organe de propagande, cette voix indispensable à la cohésion d'une nation, à la cohérence d'une politique, permettant ainsi le droit de réponse et parfois à une pédagogie nécessaire.
servitude
© Inconnu
Michel Onfray
Mais le système français a la particularité d'avoir poussé la fabuleuse machine à consentements dans ses derniers retranchements, probablement symptôme d'un état acculé dans ses propres contradictions, ses fausses promesses, ses mensonges confrontés à une réalité souvent têtue.

Dès lors, pour maintenir la tour d'ivoire, une poignée de décideurs active le fabuleux mécanisme, des journalistes serviles chantent soudain à l'unisson la même mélodie, de nouvelles idoles apparaissent, des mégaphones sont tendus à des minorités vagissantes et on néglige le bon sens en omettant d'inviter certains intervenants, on fait semblant ( entre personnes fréquentables ) de s'écharper sur les plateaux sur des sujets futiles, et on condamne fermement d'une seule voix la divergence de pensée...et durant ce temps, l'incendie qui embrase le pays continue inexorablement d'avancer.

Toutefois, depuis les trois derniers quinquennats, il y a eu comme un décrochage entre le système et la population, une sorte d'impression désagréable de n'avoir que des usurpateurs n'agissant plus pour le bien commun, mais plutôt pour des groupes d'intérêts privés.

Le mouvement des gilets jaunes ont amplifié cette défiance grandissante, fausses images diffusées, arguments fallacieux, on néglige, on triche, on manipule, on reconnait subtilement les mêmes techniques qui ont été utilisées pour légitimer les derniers conflits, mais contrairement à un adversaire situé à plusieurs milliers de km, les témoins sont eux sur place, voisins, amis, famille, via les réseau sociaux, la contradiction entre ce qui est relaté et le réel devient de plus en plus flagrante.

Bref, je vous invite à découvrir les entrailles de la bête avec cette vidéo commentée par Michel Onfray.

servitude
© Inconnu