iran
© Inconnu
Soleimani, 62 ans, était le chef de la Force al-Qods des Gardiens de la Révolution, entité chargée des opérations extérieures de la République islamique.
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est engagé ce 3 janvier à « venger » la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué plus tôt dans un raid américain à Bagdad, et décrété un deuil national de trois jours dans son pays.


Une information confirmée par le Pentagone quelques heures plus tard dans un communiqué : « Sur ordre du président, l'armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l'étranger en tuant Qassem Soleimani [...] Le Général Soleimani préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région.Le Général Soleimani et sa force al-Qods étaient responsables de la mort de centaines d'Américains et de membres de la coalition.»

Le document attribue à Qassem Soleimani l'attaque survenue à Bagdad, le 31 décembre, contre l'ambassade américaine dans le pays. « Cette frappe avait pour objectif de dissuader des plans d'attaques futures de la part de l'Iran. Les Etats-Unis continueront à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger notre peuple et nos intérêts où qu'ils soient dans le monde», est-il précisé. De son côté, le président Donald Trump a lui mis en ligne sur Twitter, peu après l'annonce de la mort du général Soleimani, un drapeau américain sans aucun commentaire.

La Chine a fait part de sa « préoccupation » et a appelé au « calme » après un raid en Irak revendiqué par Washington qui a coûté la vie notamment au puissant général iranien Qassem Soleimani. « Nous demandons instamment à toutes les parties concernées, en particulier aux Etats-Unis, de garder leur calme et de faire preuve de retenue afin d'éviter une nouvelle escalade des tensions », a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Le leader chiite Moqtada Sadr a donné ce 3 janvier l'ordre à ses combattants de l'Armée du Mehdi de se « tenir prêts », réactivant ainsi une milice officiellement dissoute depuis environ une décennie et qui avait semé la terreur dans les rangs des soldats américains en Irak.

Moqtada Sadr a fait cette annonce sur Twitter quelques heures après l'assassinat à Bagdad par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani, puissant émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes.

Qaïs al-Khazali, un commandant de la coalition pro-iranienne en Irak, a appelé ce 3 janvier « tous les combattants » à se « tenir prêts », quelques heures après l'assassinat par les Américains du général iranien Qassem Soleimani à Bagdad.

« Que tous les combattants résistants se tiennent prêts car ce qui nous attend, c'est une conquête proche et une grande victoire », a écrit Qaïs al-Khazali, chef d'Assaïb Ahl al-Haq, une des plus importantes factions du Hachd al-Chaabi qui regroupe les paramilitaires pro-Iran sous la tutelle de l'Etat irakien, dans une lettre manuscrite dont l'AFP a pu consulter une copie.

L'Iran et les « nations libres de la région» se vengeront des Etats-Unis après la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué ce 3 janvier dans un raid américain en Irak », a promis le président Hassan Rohani. « Il n'y a aucun doute sur le fait que la grande nation d'Iran et les autres nations libres de la région prendront leur revanche sur l'Amérique criminelle pour cet horrible meurtre », a déclaré Hassan Rohani dans un communiqué publié sur le site du gouvernement.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a publié ce 3 janvier sur Twitter une vidéo montrant ce qu'il présente comme des Irakiens « dansant dans la rue » pour célébrer la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par les Etats-Unis lors d'un raid à Bagdad.

« Des Irakiens - des Irakiens - dansant dans la rue pour la liberté; reconnaissants que le général Soleimani ne soit plus », a tweeté M. Pompeo pour accompagner une vidéo montrant une foule courant le long d'une route en brandissant des drapeaux et des banderoles.



Commentaire : Quand on sait avec quel mépris les USA ont traité les Irakiens, on se demande sur les commentaires de Pompeo. Ce n'est surement pas pour aider le peuple Irakien que les US ont assassiné le général Qassem Soleimani. Mais plutôt pour continuer et aggraver la situation au Moyen Orient.


La mort du puissant général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain à Bagdad, sur ordre du président Donald Trump, est une « escalade extrêmement dangereuse et imprudente », a prévenu ce 3 janvier sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

« Soleimani a rejoint nos frères martyrs mais notre revanche sur l'Amérique sera terrible », a pour sa part réagi, également sur Twitter, Mohsen Rezai, un ancien chef des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

«Une réunion extraordinaire du conseil suprême de sécurité nationale aura lieu d'ici quelques heures pour examiner l'attaque meurtrière sur le véhicule du général Soleimani à Bagdad, qui a conduit à son martyr », a en outre annoncé le porte-parole de cette plus haute instance sécuritaire en Iran, Keyvan Koshravi, cité par l'agence Isna.

Les cours du pétrole ont bondi de plus de 4%, ce 3 janvier en Asie, après l'annonce de la mort à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani dans un raid attribué par les pro-Iran aux Etats-Unis. Le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en février, a pris 4,3% à 63,84 dollars, dans les échanges électroniques. Le Brent, référence européenne, pour mars, a gagné 4,4% à 69,16 dollars.

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a pour sa part appelé, toujours sur le réseau social, à la « vengeance ». « Le martyre est la récompense de son inlassable travail durant toutes ces années [...]. Si Dieu le veut, son oeuvre et son chemin ne s'arrêteront pas là, et une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs », a-t-il tempêté. Trois jours de deuil national ont été décrétés.

Au cours du raid américain, le numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-iranienne formée pour lutter contre les djihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes, Abou Mehdi al-Mouhandis, a également trouvé la mort. Ce nouvel épisode dans les tensions perso-américaines pourrait constituer une escalade majeure entre les deux nations. L'Iran a réuni en urgence son Conseil de sécurité national et convoqué la diplomatie suisse, qui représente les intérêts américains dans le pays faute de relations diplomatiques entre les deux nations depuis la révolution islamique de 1979.