farm

Commentaire : Une crise alimentaire créée, dans un futur proche, de toute pièce, en interdisant aux gens d'aller travailler aux champs ?


Alors que le coronavirus continue d'infecter de plus en plus de personnes, les chaînes d'approvisionnement alimentaire ont commencé à être plus tendues ces derniers jours. Cela a été annoncé hier ; le plus grand producteur de porc du monde ferme indéfiniment une usine américaine de produits primaires après une épidémie de coronavirus parmi ses employés.

Smithfield Foods Inc. arrêtera son usine de transformation du porc dans le Dakota du Sud, qui représente 4 à 5 % de la production porcine américaine. L'entreprise a également averti que les fermetures dans tout le pays amènent les approvisionnements américains en viande "dangereusement au bord du gouffre". Ce n'est là qu'un des derniers exemples du coronavirus qui commence à perturber rapidement les chaînes alimentaires à une échelle plus importante.

Smithfield farms
Nous avons anticipé cette situation, car nous avons signalé le 1er avril que les chaînes d'approvisionnement alimentaire étaient au début d'une mise à rude épreuve. De nombreux pays se préparaient il y a plusieurs semaines en réduisant leurs exportations pour commencer à constituer des stocks. Étonnamment, les producteurs laitiers des États-Unis commencent à jeter le lait parce qu'ils n'avaient nulle part où le placer, car le marché des produits laitiers a été touché par les fermetures de restaurants, d'écoles, d'hôtels et d'entreprises de restauration.

trucks dump milk
On pourrait commencer à croire que l'histoire ne se répète pas, mais elle commence sans doute à faire des rimes. Pendant la grande dépression des années 1930, l'industrie la plus touchée était l'agriculture. Au début des années 1930, les revenus agricoles ont chuté de près de deux tiers. Les producteurs laitiers ont déversé d'innombrables litres de lait dans la rue au lieu d'accepter de le vendre un centime par litre.

dairy farmers dump milk
Pendant la première guerre mondiale, les agriculteurs avaient produit des récoltes et élevé du bétail à un niveau record pour nourrir tout le monde. Cependant, lorsque les prix ont commencé à baisser, ils ont essayé de récolter encore plus pour payer leurs dettes et leurs frais de subsistance. Au début des années 30, les prix sont tombés si bas que de nombreux agriculteurs ont fait faillite et ont perdu leur exploitation. Dans certains cas, le prix d'un boisseau de maïs est tombé à seulement huit à dix cents. Certains agriculteurs ont même commencé à brûler du maïs plutôt que du charbon dans leurs poêles parce que le maïs était moins cher.

Mais aujourd'hui, la différence est spectaculaire. Les prix ne baissent pas ; en fait, les factures à l'épicerie deviennent de plus en plus chères chaque jour. Les chaînes d'approvisionnement sont perturbées par le transport et, bien sûr, la transformation d'une vaste gamme de denrées alimentaires.

Comme nous commençons à l'apprendre, le pays où le coronavirus a débuté, la Chine, pourrait maintenant être confronté à une crise alimentaire. Le pays vient de rouvrir son économie, le régime communiste ayant revendiqué une victoire contre le coronavirus.

Cependant, un document gouvernemental rendu public jeudi dernier, qui a fait l'objet d'une fuite, montre que les responsables gouvernementaux ont prévu une pénurie de denrées alimentaires.

Le document, daté du 28 mars, a été rédigé à la suite d'une réunion qui a été convoquée pour prendre des dispositions spéciales pour la sécurité alimentaire.


"Le Comité du Parti de l'État et les gouvernements des États, des comtés et des villes doivent faire tout leur possible pour transférer et stocker toutes sortes de ressources vitales telles que les céréales, le bœuf, le mouton, le pétrole et le sel par le biais de différents canaux", indique le document, selon un rapport de Radio Free Asia

Le document appelle également à la "mobilisation des masses pour stocker consciemment les céréales et s'assurer que chaque ménage réserve entre 3 et 6 mois de céréales pour les urgences".

Comme nous l'avons tweeté, il semble y avoir un sentiment de panique à l'achat de nourriture en réponse aux rumeurs de pénurie alimentaire dans certaines régions du pays :


Un autre titre alarmant paru à la fin du mois dernier est l'avertissement de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture qui a maintenant mis en garde contre les pénuries alimentaires mondiales dans les mois à venir.

"Le pire qui puisse arriver est que les gouvernements restreignent le flux de nourriture", a déclaré Maximo Torero, économiste en chef de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Les récoltes ont été bonnes et les cultures de base restent demandées, mais une pénurie de travailleurs de terrain provoquée par la pandémie et une tendance au protectionnisme - droits de douane et interdictions d'exportation - pourraient entraîner des problèmes dans les semaines à venir, a déclaré M. Torero, selon le rapport.

"Toutes les mesures contre le libre-échange seront contre-productives. Ce n'est pas le moment d'imposer des restrictions ou de mettre en place des barrières commerciales. Le moment est venu de protéger le flux de denrées alimentaires dans le monde", a ajouté M. Torero, selon le cours de presse.

Certains pays ont commencé à protéger leurs approvisionnements alimentaires en limitant les exportations, ce qui, selon M. Torero, pourrait entraîner une diminution générale des échanges commerciaux et une baisse ultérieure de la production alimentaire.

"Les barrières commerciales créeront une volatilité extrême", a averti M. Torero. "[Ils] aggraveront la situation. C'est ce que nous observons dans les crises alimentaires".

Une autre mesure qui pourrait menacer l'approvisionnement alimentaire mondial est le fait que les nations ont émis des ordonnances de confinement avec divers niveaux d'application. Si les travailleurs agricoles sont légalement incapables de récolter les cultures, cela pourrait provoquer une interruption de la circulation des denrées alimentaires.

"Le coronavirus affecte la main-d'œuvre et les problèmes logistiques deviennent très importants", a déclaré M. Torero. "Nous devons mettre en place des politiques pour que la main-d'œuvre puisse continuer à faire son travail. Nous devons protéger les gens aussi, mais nous avons besoin de la main-d'œuvre. Les grands pays n'ont pas encore mis en œuvre ce genre de politiques pour que la nourriture puisse continuer à circuler".

Une chose est claire, il y a certainement des perturbations dans la chaîne d'approvisionnement de l'industrie alimentaire au niveau mondial, la question est de savoir jusqu'où cela va aller.

Traduction Sott.net
Source : Tom Lewis, The Gold Telegraph