Après dix jours d'affrontements entre police et gauchistes radicaux manifestants, la maire de Seattle a décidé, en signe de reddition désescalade, de laisser les émeutiers « protestataires » s'installer dans un quartier de la ville. Ces derniers y ont établi une « zone de non droit autonome ».

seattle

Nuits blanches à Seattle
« Vous quittez à présent les Etats-Unis d'Amérique. » Voici l'un des messages qui barrent l'entrée de la CHAZ, la zone autonome de Capitol Hill (« Capitol Hill autonomous zone »), installée dans l'Est de Seattle ces derniers jours. Après des émeutes d'intenses manifestations dans cette ville de l'Etat de Washington, les vandales protestataires ont finalement pris d'assaut gagné le droit de s'installer dans ce quartier. En signe de soumission désescalade, la police a évacué les rues et même le commissariat local. Sur sa façade, les racailles manifestants ont remplacé le mot « police » par « people » (« le peuple »).


La maire de Seattle a annoncé que la police allait évacuer le quartier de Capitol Hill, où se concentraient les émeutes affrontements, pour faire diminuer la pression. (...) Désormais, la zone se veut donc autonome, contrôlée par la mafia/les antifa sans police.

Suite à la reddition du commissariat de police de la zone Est aux antifa et à l'occupation de l'hôtel de ville de Seattle, une source sur le terrain affirme que d'autres commissariats de police de la ville s'attendent à être les prochaines cibles.

« Il nous faut plus de gens armés dans la CHAZ »

Au sujet de la zone autonome établie par la meute antifa, une source - dont nous protégeons l'anonymat - déclare :
« Ils interdisent l'accès aux médias et filtrent les gens qui entrent. Ils se promènent armés. Ils parlent de créer leur propre monnaie et leur propre drapeau. Le Seattle Police Department parle maintenant d'abandonner le commissariat de la zone Ouest.

Le commissariat de la zone Ouest abrite le centre d'appel 911. C'est exactement comme le mouvement Occupy. Bientôt, nous aurons des excréments et de la drogue partout, et des gens se feront agresser et violer dans les campements.

Ils ont tout déménagé discrètement pendant que les regards étaient tournés ailleurs. Ils savent que ce n'est qu'une question de temps avant que ces fous ne renvoient leurs problèmes à la figure des policiers. Depuis hier, je n'ai pas vu un seul policier ni véhicule de police en ville. Même lorsqu'ils ont pris possession de l'hôtel de ville, il n'y avait aucune trace de la police au quartier général qui se trouve de l'autre côté de la rue ».
La principale préoccupation, selon notre source, est que les services de police de la zone Ouest de Seattle abritent également le centre d'appel 911 de la ville. Il a été signalé que du matériel et des équipements sensibles avaient été déplacés hors du quartier Ouest. Les halls d'entrée de tous les commissariats sont fermés, et les représentants locaux semblent envisager de céder d'autres quartiers et commissariats de la ville aux antifa.

Des agents de police étaient postés à l'extérieur de la zone Ouest mercredi, et deux d'entre eux ont accepté de s'exprimer à condition que nous préservions leur anonymat :
« Les antifa rackettent / extorquent de l'argent aux commerces de la zone autonome de Capitol Hill, en échange d'une protection », a déclaré un agent de police précédemment en poste au commissariat de la zone Est.

« Ceux qui dirigent la zone de Capitol Hill contrôlent et fouillent tous ceux qui rentrent, et extorquent 500$ aux entreprises pour les "protéger" », a ajouté un autre agent de police.
Avant l'épidémie de coronavirus et avant les émeutes, les services de police de Seattle fonctionnaient à 60% de leur capacité. Les agents de police étaient transférés latéralement vers d'autres municipalités, prenaient une retraite anticipée ou démissionnaient.

Les candidats cherchaient un poste dans d'autres villes, et l'école de police n'avait pas assez de recrues pour compenser les pertes. Lors des entretiens de départ, les principales raisons invoquées par les agents de police étaient qu'ils étaient diabolisés et qu'ils n'étaient pas soutenus par les élus. Une récente augmentation de salaire dans le cadre de négociations contractuelles n'a pas permis d'endiguer l'exode.

« La nouvelle vidéo du @Project_Veritas #ExposeAntifa révèle qu'un de nos membres a infiltré le groupe révolutionnaire armé étroitement lié au terroriste de Tacoma (incident de 2019). Ces organisations extrémistes communiquent ouvertement sur Twitter. #antifa »

En sous-effectifs, surchargés de travail, dénigrés et abandonnés par les élus, les policiers parlent maintenant de démissionner au beau milieu de la crise.

Le Post Millenium a demandé au Seattle Police Department de commenter officiellement les rumeurs selon lesquelles il s'apprêterait à fermer d'autres commissariats, mais ce dernier a déclaré qu'il n'était pas « en mesure de commenter les tactiques de la police de Seattle ».

Sources : Le JDD - The Post Millenial

Tout va bien dans la zone « autonome » « sans police » de Seattle :

Le rappeur Raz Simone, qui patrouille les barricades avec un AK-47 et un pistolet, a commencé à s'en prendre aux résidents qui lui « désobéissent » : « Nous sommes la police maintenant, déclare son équipe. Nous sommes les chefs. » :


Essayez de ne pas rire :

capitol hill
« Les SDF que nous avons accueillis ont emporté toute la nourriture de la CHAZ. Il nous faut plus de nourriture pour que la zone reste opérationnelle. SVP, si possible apportez des burgers végétaux, des fruits, de l'avoine, des produits à base de soja, etc. Tout ce qui permettra de nous nourrir. »

capitol hill