A l'occasion du cinquième anniversaire des attentats de Paris au Bataclan (le 13 novembre 2015) nous publions de nouveau cet article écrit par le regretté Jules Dufour (géographe) publié le 23 novembre 2015.
bamako

L'hôtel à Bamako
En observant de près, avec les images transmises par les médias, les péripéties des attentats perpétrés dans l'agglomération parisienne le 13 novembre dernier et l'examen des comptes rendus de l'attaque contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako, plusieurs éléments nous ont paru invraisemblables ou du moins étranges.

Les attentats « terroristes » de Paris (figures 1 et 2)

Le mystère entourant l'origine du passeport syrien trouvé près d'un kamikaze nous a remis en mémoire le passeport trouvé intact dans les décombres du WTC, la prise de décision précipitée par le Président français de déclarer l'état d'urgence et ce sans avoir en main les résultats d'une première enquête et sans consulter l'Assemblée nationale, l'explosion de deux bombes voire de trois près du stade de France cachée aux yeux du public (aucune image précise n'a été diffusée de ces attaques à part celles de l'intérieur du stade), le discours du Président déjà structuré et préparé selon le modèle de celui de G.W. Bush prononcé en septembre 2001 avec cette déclaration de guerre contre l'EI (l'EI aurait revendiqué les attaques le lendemain seulement), la rapidité (sans enquête préalable) à identifier les djihadistes à l'origine de la tragédie et l'assaut donné au Bataclan caché lui aussi aux yeux du public. Aucune preuve tangible concernant la revendication des attaques par l'EI. Enfin, pourquoi la présence et l'intervention du Secrétaire d'État des USA à cette occasion?

Selon le Procureur de Paris, il s'agit de la pire attaque terroriste qui n'ait jamais frappé la France. Six attaques ont eu lieu simultanément à Paris et à Saint-Denis, vendredi 13 novembre. Un bilan provisoire fait état d'au moins 129 morts et 352 blessés, dont beaucoup dans un état grave, selon le procureur de la République de Paris, François Molins, mais il pourrait s'alourdir. Sept terroristes sont morts, tous après avoir actionné leurs ceintures explosives. L'enquête ne fait que débuter. Nous sommes forcés de penser que les seules preuves des attaques sont basées sur le compte rendu du Procureur de Paris. Ce qui est surprenant c'est que l'on a pu faire une description complète concernant les terroristes alors que l'enquête ne faisait que débuter.

Nous sommes aussi restés perplexes en regardant attentivement les images transmises par les médias mainstream qui n'ont montré aucune trace de morts ou de blessés de même qu'aucune opération majeure leur portant secours. Les attentats de Saint-Denis nous ont laissés dans le doute quand le Procureur de Paris en a fait le compte rendu : Un assaut terrifiant par des forces de l'ordre considérables contre deux ou trois djihadistes se trouvant dans un appartement scellé avec une porte blindée opposant une résistance telle qu'il a fallu utiliser 5000 munitions dans une opération qui a duré sept heures : « Dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre, un assaut a été donné à partir de 4 h 20 mercredi 18 novembre, dans un appartement situé rue Corbillon et sur le boulevard Carnot, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris. L'opération, menée par le RAID et la BRI, et impliquant 110 policiers au total, s'est terminée peu après 11 h 45 (http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/18/assaut-a-saint-denis-ce-qu-on-sait-ce-qu-on-ignore_4812399_4809495.html). Ces événements n'ont pas non plus été diffusés clairement à la télévision et ont permis d'attiser la peur à l'égard des supposés terroristes.

Figure 1. Un blessé évacué du Bataclan le 13 novembre 2015 à Paris - DOMINIQUE FAGET AFP
aaaa
Source

Figure 2. Les forces de l'ordre au cours de l'assaut à Saint-Denis

ssss
Source

Les attentats de Bamako (figures 3 et 4)

Les reportages et images transmis concernant les attentats perpétrés à Bamako nous ont laissés aussi dans le doute sur la véracité des faits. Aucune image des morts ou des blessés. Une évacuation ordonnée et sans aucune panique chez les occupants de l'hôtel, aucune ambulance dans les parages de l'hôtel et identification précipitée des assaillants pouvant appartenir à al-Mourabitoun, un groupe d'al-Qaïda. Une revendication de l'attaque non confirmée serait venue via twitter des djihadistes de ce groupe. Ainsi, il y a lieu d'être perplexe devant le contenu de ces descriptions.

Figure 3. L'évacuation d'un otage de l'hôtel Radisson Blu à Bamako

wwww
Source

Figure 4. Les forces spéciales maliennes, ce 20 novembre, interviennent à l'hôtel Radisson de Bamako au Mali.

wwww
Conclusion

À l'instar des attentats du 11 septembre 2001 aux USA plusieurs éléments nous permettent de formuler des questions sur la véracité des faits rapportés par les organismes officiels à Paris comme à Bamako. Nous ne voulons pas tomber dans le piège de la théorie du complot perpétré par les États, mais nous devons admettre qu'un grand nombre de questions peuvent être posées, car les preuves pouvant appuyer les faits rapportés ont été jusqu'à maintenant plutôt rares ou exposées de façon fragmentaire et imprécise.

Semer la peur afin de pouvoir justifier une militarisation accrue des États et des sociétés.

Nous appuyons très fortement les propos de Barry Grey concernant les effets de la campagne mondiale des médias mainstream utilisant les attaques dites terroristes de Paris et ce quels que soient les auteurs présumés de ces attaques :
« les attentats terroristes de vendredi dernier à Paris ont déclenché une campagne médiatique internationale visant à inspirer la panique et justifier une escalade des guerres au Moyen-Orient et l'assaut contre les droits démocratiques aux États-Unis et en Europe. Les principaux médias acceptent sans réserve toutes les affirmations des responsables du gouvernement, ainsi que leurs déclarations cyniques de solidarité avec les victimes et leurs dénonciations intéressées des tueurs comme le mal incarné. Ils œuvrent à utiliser ce dernier attentat pour légitimer les guerres et les mesures répressives qui ont produits ces atrocités et les précédentes, tout en ouvrant la voie à des guerres plus larges et à la dictature pure et simple » (http://www.mondialisation.ca/les-medias-et-les-attentats-terroristes-a-paris/5490157).
Bref, les reportages présentés par les grands médias n'ont pas exposé les faits de façon claire et convaincante. À Paris, il a fallu se contenter des comptes rendus du Procureur qui est resté vague dans ses propos et avare de preuves pouvant appuyer ses affirmations.
Jules Dufour (1941-2017), Ph.D., C.Q., géographe et professeur émérite. Membre de l'Ordre National du Québec.

Chercheur-associé au Centre de recherche sur la Mondialisation, Montréal, Québec, Canada.