Qui a inventé le terme « théorie du complot » et pourquoi ? Dans ce debriefing, le professeur Mark Crispin Miller explique que c'est l'étude poussée des œuvres de William Shakespeare, pour lesquelles il entretient une véritable passion, qui lui a permis de percer — et d'aider les autres à percer — le nuage de propagande qui s'est abattu sur le monde occidental.
La conspiration des poudres de 1605
© Getty Images / Hulton Archive
La conspiration des poudres de 1605, un complot comme tant d'autres dont l'Histoire est truffée.

Le conspirateur Guy Fawkes est découvert à quelques minutes de faire exploser le parlement de Londres, le 5 novembre 1605.
Le professeur Miller explique que l'expression conspiracy theory, datant du XIXe siècle, n'avait que rarement été entendue — et alors, dans un tout autre contexte — jusqu'en 1967.

Selon lui, le point de bascule était le rapport frauduleux de la Commission Warren chargée d'enquêter sur l'assassinat du Président John F. Kennedy. En 1967, la CIA a transmis à tous ses chefs de poste le Document 1035-960 intitulé « Mise en cause du rapport de la commission Warren : une contre-attaque ». Les auteurs du document proposent que les directeurs de publication des médias de masse taxent ceux qui mettaient en doute la commission Warren de « conspirationnistes ».

Le professeur Miller note que le terme « théorie du complot » engendre désormais une nuée de sauterelles : en effet le 13 août 2021, le bulletin du National Terrorism Advisory System (NTAS) va jusqu'à situer dans un contexte de menace terroriste, ceux qui émettent des doutes sur les mesures dites « anti-Covid » ou sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 aux États-Unis.

Retour sur les années 1950 et le maccarthysme : le professeur a suivi le parcours au XXe siècle de termes tels « virus » ou « maladie contagieuse », utilisés pour décrire de supposés sympathisants communistes ou autres protestataires, ouvrant la voie à l'actuelle légende urbaine du « péril des anti-vax ».


À propos de Mark Miller donne un cours intitulé « Médias, culture et communication » à l'université de New York ; il est l'auteur de nombreux ouvrages, entre autres Cruel and Unusual: Bush/Cheney's New World Order (2004) et a participé à des documentaires : Orwell Rolls in His Grave (2003) et The True Cost (2015), sur l'industrie du textile. Il est rédacteur de « La bibliothèque interdite » (Forbidden Bookshelf), qui republie sous forme électronique des introuvables tels que Dallas '63: The First Deep State Revolt Against the White House, de Peter Dale Scott. En 2004, le professeur a écrit et joué dans la pièce Patriot Act au New York Theater Workshop. Il est coproducteur d'un nouveau documentaire Four Died Trying, sur les assassinats de JFK, Malcolm X, Robert F. Kennedy et Martin Luther King. Il est membre du Conseil de l'Organisation for Propaganda Studies et de l'Alliance for Human Research Protection, qui pourfend les violations du consentement éclairé dans la recherche médicale.

Version originale en anglais

Voir aussi : Source de l'article publié le 8 octobre 2021 : FranceSoir