Image
© DURAND FLORENCE/SIPA
Des jeunes utilisent leur téléphone portable
INFO «20 MINUTES» - Commandé par le gouvernement, ce rapport doit servir de base au vote d'une proposition de loi en 2014...

Le rendez-vous n'est pas inscrit à l'agenda officiel de Matignon. Preuve que le sujet est sensible. Electrosensible même. Selon nos informations, l'ancien député PS Philippe Tourtelier et le conseiller d'Etat Jean-François Girard doivent remettre ce mardi matin au Premier ministre un rapport sur la dangerosité des ondes électromagnétiques (téléphone, wifi, antennes...). «Je ne peux pas vous dévoiler les conclusions de ce rapport, commente auprès de 20 Minutes Philippe Tourtelier. Mais je peux vous dire qu'il servira de base au vote d'une loi en 2014...»

«Certains vivent seuls dans des grottes»

Celle-ci est vivement attendue par le Collectif des électrosensibles de France, qui revendique 700 adhérents dans l'Hexagone. «Ce sont des gens qui souffrent des ondes de téléphones portables, des antennes relais, des box internet... explique Sophie Pelletier, porte-parole du Collectif. Certains sont obligés de vivre seul en forêt ou dans une grotte pour s'en prémunir. C'est pourquoi nous demandons l'application du principe de précaution tant que nous ne connaîtrons pas la dangerosité réelle de ce phénomène.»

Au moment où les opérateurs de téléphonie mobile vantent à longueur de campagnes les mérites de la 4G, le gouvernement n'est évidemment pas sur la même longueur d'ondes. En janvier 2013, il s'est ainsi carrément opposé au vote d'une première proposition de loi portée par l'écologiste Laurence Abeille. Car appliquer le principe de précaution reviendrait à démonter les antennes relais et à limiter la portée des box Internet fonctionnant en wifi. «En pleine crise et alors que le chômage atteint des records, cela serait un non-sens économique», confie une source proche du gouvernement, spécialisée sur ces questions.

Aucun lien de cause à effet

Les associations n'en demandent toutefois pas tant. «Il faudrait exposer aux ondes les zones géographiques que si c'est vraiment justifié et construire un indicateur permettant de mesurer les dégâts», rappelle ainsi Sophie Pelletier. Sauf que personne, jusqu'à présent, n'a été en mesure de faire le lien entre les ondes et les problèmes de santé dont souffrent les électrosensibles. Le 16 octobre, dans un rapport, l'Agence nationale de sécurité sanitaire a expliqué que les ondes n'avaient «pas d'effet avéré» sur la santé, tout en recommandant de limiter l'exposition des enfants.

«Une étude à Taïwan a montré que 13% de la population en souffrait. Ils seraient entre 8 et 10% en Allemagne, détaille Sophie Pelletier. Quant à moi, j'ai l'impression de recevoir un coup de poignard dans le dos quand quelqu'un téléphone derrière moi. J'espère juste qu'il ne faudra pas que l'on soit tous malades pour prendre des mesures.»