Image
© AFP PHOTO / REMY GABALDA
Face à face entre un gendarme mobile et un opposant au projet du barrage de Sivens, photo prise le 9 septembre 2014 près de Gaillac, dans le Tarn
Selon le site Médiapart, une vingtaine de plaintes ont été déposées devant la justice depuis deux mois, par des opposants au projet de barrage de Sivens, dans le Tarn, en lien avec des violences supposées de gendarmes.

Une semaine après la mort de Rémi Fraisse, tué lors d'affrontements avec les forces de l'ordre dans la nuit du 25 au 26 octobre, ces plaintes et témoignages ont été recueillis vendredi sur place par les journalistes de Mediapart. Selon eux, ces témoignages montrent que les occupants de la zone humide du Testet ont été soumis à un régime de violence quotidien, confinant au harcèlement.

Des actes tels que : mise en danger de la vie d'autrui, destruction de biens personnels, tirs de Flashball, tirs tendus de grenades ou interpellations violentes.
Une vingtaine de plaintes ont été déposées devant la justice depuis le 1er septembre par des opposants au projet de barrage de Sivens.