Commentaire: L'arrogance et la folie étasunienne sont telles qu'ils semblent croire que le simple énoncé d'une proposition, affirmation, accusation, fait figure de vérité, de réalité. Pour comprendre un peu la psychologie malade de ce pays qui a pourtant réussi à étendre son influence aux quatre coins du globe, on pourra lire ce qui suit :

© Google maps
Damas a démenti les affirmations des États-Unis sur l'existence d'un four crématoire dans la prison de Saidnaya en Syrie. Selon l'agence Sana, cette information ne correspond pas à la réalité.

Le ministère syrien des Affaires étrangères, cité par l'agence, a affirmé que les accusations portées par l'administration américaine contre le gouvernement syrien d'avoir mis en place un four crématoire dans la prison de Saidnaya et d'avoir utilisé des barils explosifs et l'arme chimique étaient absolument infondées. Un responsable du ministère a déclaré à Sana que les allégations américaines n'avaient rien à voir avec la réalité et visaient à justifier la politique agressive et les interventions de l'administration américaine dans d'autres États souverains.
« L'administration américaine invente des accusations et mensonges toujours nouveaux pour justifier sa politique agressive et l'ingérence dans les affaires d'autres pays. Hier l'administration américaine a présenté un nouveau scénario hollywoodien sans aucun lien avec la réalité. Les accusations portées contre le gouvernement syrien d'avoir créé un soi-disant crématorium dans la prison de Saidnaya ne correspondent pas à la réalité, tout comme leurs affirmations précédentes sur l'arme chimique et les barils explosifs », a indiqué la source de l'agence Sana.
Lundi 15 mai, le département d'État américain a publié un nouveau rapport sur les « crimes du régime d'Assad » en Syrie. Le secrétaire d'État adjoint par intérim Stuart Jones a confirmé la position de Washington sur la culpabilité selon laquelle le gouvernement syrien d'avoira est coupable d'avoir bombardé la population civile, notamment avec l'utilisation de l'des armes chimiques, et exécuté et emprisonné sans jugement des représentants de l'opposition. Il a également déclaré que les autorités syriennes auraient construit un crématorium dans la prison de Saidnaya pour « dissimuler les meurtres de masse ».