Comment: Fraude, soupçons d'emplois fictifs, Bayrougate, charlatanerie (ou la « moralisation de la vie politique » selon Macron), incompétents... Les candidats d'En Marche, c'est un vrai festival de bras cassés. En regardant les « exploits » télévisuels de certains candidats, on ne sait plus s'il faut rire ou pleurer. On voit bien que ces incompétents sont de simples pantins qui, une fois élus députés, seront uniquement là pour servir la soupe et voter servilement les lois du gouvernement (enfin, celles qui ne seront pas « légiférées » par ordonnance).



Anissa Khedher, candidate d'En Marche : une belle tête de vainqueur
Jean-Rémi Baudot (journaliste BFMTV) : « Le casting En Marche au niveau local laisse parfois à désirer. On a vu ces derniers jours des gens qui refusent de débattre avec des politiques plus expérimentés par peur de la confrontation. Et puis il y a ceux qui ne sont pas au niveau, et on se rend compte que certains n'ont même pas le niveau de délégué de classe. Une candidate du Rhône [Anissa Khedher] se décompose littéralement à la télévision, incapable de tenir un débat avec des arguments de fond, comme sur la forme, c'est en termes d'image absolument ravageur, et pour l'instant, peut-être que c'est elle qui sera élue. ».
- BFM TV, 16 juin 2017, 10h36


Un journaliste sur CNEWS : «Une ribambelle de candidats En Marche ne sont pas en capacité de faire de la politique et de débattre avec la France Insoumise ou les Socialistes.»
- CNEWS, 15 juin 2017, 19h28


Emilie Guerel, candidate En Marche dans la 7e circonscription du Var (Seyne-sur-Mer), n'est visiblement pas à l'aise devant une caméra. Cela commence à devenir une habitude pour le parti de la moralisation, qui offre une nouvelle preuve de l'incompétence de ses candidats. Cette candidate est par ailleurs poursuivie pour fraude à l'assurance-maladie. Plusieurs candidates (Anissa Khedher et Fabienne Colboc) avaient fait parler d'elles ces derniers temps, lors d'interviews télévisées, jugées catastrophiques.