Le Centre russe pour la réconciliation des belligérants en Syrie dispose de preuves irréfutables selon lesquelles les terroristes des groupes État islamique et Front al-Nosra, interdits en Russie, utilisent des armements occidentaux.
© www.trud.bg
Des armes qui viennent de la coalition
Le centre a notamment diffusé des photos d'éclats de munitions comportant des numéros de série. Les itinéraires d'acheminement des armes dans la zone du conflit sont en train d'être identifiés.

La possession par les terroristes de fusils de précision modernes qui ont déjà causé la mort de soldats russes — et pas toujours à l'avant — est particulièrement préoccupante. Par exemple, le colonel Alexeï Boutchelnikov, conseiller militaire russe, a été abattu par un tireur d'élite loin de la ligne du front, sur un polygone de l'arrière où il entraînait les soldats de Bachar al-Assad aux tirs d'artillerie en conditions nocturnes. Il s'avère que le sniper a tiré dans le noir complet à une distance de plusieurs centaines de mètres, mais que même dans ces conditions il a réussi à voir l'instructeur russe parmi les militaires syriens et à le tuer d'une seule balle. Les spécialistes sont convaincus qu'un tel résultat est impossible sans un équipement de précision avancé.

Les terroristes utilisent depuis longtemps différents fusils de précision, notamment ceux à disposition des forces de l'Otan tels que l'américain Remington MSR ou l'autrichien Steyr Mannlicher SSG 08. Les experts indiquent que ces armes doivent être utilisées avec les lunettes de tir les plus sophistiquées dotées de dispositifs à vision nocturne. Il est notamment question des lunettes de tir nocturne de 3e génération fabriquées uniquement aux USA et en Russie car les autres pays ne peuvent pas se permettre de les produire à cause de leur complexité et de leur coût élevé.

Faire sortir ces lunettes de tir nocturne de 3e génération en dehors du territoire est interdit aussi bien aux USA qu'en Russie. C'est pourquoi les experts russes ont été très surpris de découvrir à l'intérieur des lunettes occidentales prises aux terroristes des composantes électroniques d'origine russe — notamment les transformateurs électroniques optiques. Selon l'une des versions, ces transformateurs auraient pu arriver en Syrie via des pays tiers auxquels la Russie fournit officiellement des lunettes ou des pièces pour les équiper. Les tirs de snipers en Syrie ont fait au moins quatre morts parmi les militaires russes dont le fantassin Alexandre Pozynitch, qui participait en novembre 2015 aux recherches et au sauvetage en hélicoptère du corps du pilote russe abattu Oleg Pechkov, héros de Russie.

Une enquête est en cours sur les canaux de fuites de technologies sensibles russes au profit des terroristes. Tôt ou tard, ils seront bloqués. Mais cela a peu de chances d'affecter l'arsenal de Daech et du Front al-Nosra, qui sont armés pratiquement par tout le monde occidental.

Le 15 juin, un rapport de l'Onu a annoncé que les autorités israéliennes finançaient et armaient régulièrement les terroristes se battant contre le gouvernement légitime syrien et son armée sur le plateau du Golan. Mais le trafic d'armes le plus intensif avec les islamistes a été mis en place en Bulgarie. Sachant que 15 services spéciaux occidentaux, y compris américains, britanniques, français et du Golfe, ont participé à l'organisation du «trafic bulgare».

Les journalistes bulgares ont réussi à découvrir le principal moyen de transport pour approvisionner en armes l'État islamique et le Front al-Nosra: il s'agit du navire Marianne Danica, qui navigue sous pavillon danois. La surveillance satellite a permis d'établir que jusqu'à récemment le Marianne Danica effectuait deux voyages par mois du port bulgare de Bourgas vers le port de Jiddah sur la côte saoudienne.