Amira Bint Aidan Bin Bin Nayef, l'ex-épouse du prince saoudien Al Waleed bin Talal (qui a récemment été arrêté dans le cadre des purges anti-corruption dans le pays), s'est livrée à une campagne de raillerie contre le régime saoudien au pouvoir dans ses déclarations exclusives au journal français Le Monde, affirmant que ceux qui accusent les autres de corruption et de blanchiment d'argent sont eux-mêmes fortement corrompus.

La princesse a déclaré qu'ils ont transformé la ville de Djeddah en un marché aux esclaves où les filles mineures sont exploitées pour des réceptions sexuelles bruyantes impliquant l'abus de drogues et d'alcool.

Elle a expliqué que l'une des principales raisons pour lesquelles cela se poursuit est que les membres du Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (police saoudienne de la charia) ont tendance à se tenir à l'écart du sujet, craignant de perdre leur emploi s'ils interviennent.


Commentaire : Comme d'habitude, il y a un type de loi pour les élites d'un pays, et complètement d'autres règles pour les gens...


Le journal a cité la princesse comme ayant déclaré qu'un rassemblement d'Halloween a récemment eu lieu à Djeddah, auquel ont assisté 150 personnes, y compris des employés des consulats. La scène était comme celle d'une boîte de nuit typique de n'importe où en dehors du Royaume, avec des vins accessibles, des couples de danseurs en costumes chics et un DJ.

Bint Aidan a précisé que le prix de la contrebande d'alcool dans le pays est très élevé. Par exemple, le prix de la vodka Smirnoff est de 1500 riyals (400 $), forçant parfois les organisateurs de la fête à remplir les bouteilles d'origine avec un vin local appelé Siddiqui.

Elle a expliqué que l'esclavage en Arabie Saoudite a différentes formes, mais qu'il se fait dans le secret et n'est autorisé que parmi les principaux bénéficiaires des princes de la Maison Saoud.

Mais elle a ensuite mentionné l'une des choses les plus répugnantes : l'achat et la location d'enfants, en particulier les orphelins, de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines, Djibouti, la Somalie, le Nigeria, la Roumanie et la Bulgarie.

Les enfants deviennent la propriété de ceux qui les achètent et ne sont pas autorisés à partir sans permission.

Même les femmes de ménage asiatiques qui viennent travailler se retrouvent souvent dans une situation d'esclaves.

Les jeunes filles sont réparties en petits groupes et exploitées pour des actes immoraux.

La traite des femmes blanches et leur exploitation à des fins sexuelles sont également relativement fréquentes.

Traduction : Sott