Dutch Council elections in Turkish

Publicité néerlandaise pour les élections municipales en langue turque.
Avec les élections municipales néerlandaises qui auront lieu le mois prochain aux Pays-Bas, l'extrême gauche accélère sa guerre de propagande contre la droite. Les médias grand public ont rendu leur travail beaucoup plus facile avec des articles citant le groupe Kafka, antifasciste, anti-Assad et anti-russe, qui prétend faire de la recherche sur le mouvement d'extrême droite, et également en donnant aux socialistes internationaux l'occasion de proclamer que la révolution russe sanglante d'octobre 1917 est toujours pour eux une "source d'inspiration".

Alors que les politiciens du courant dominant sont occupés à se ridiculiser avec leur propagande anti-russe, un nouveau parti politique néerlandais, Le Forum Pour La Démocratie (FvD), qui milite pour une immigration réduite et de bonnes relations avec la Russie, gagne en popularité. Comme on pouvait s'y attendre, l'establishment de gauche néerlandais fait de son mieux pour assaillir les dirigeants du nouveau parti, en espérant qu'ils puissent arrêter l'élan qui semble se dessiner aux Pays-Bas. Ce faisant, cependant, ils créent un climat politique dangereux pour les politiciens qui ne suivent pas la ligne anti-russe de l'establishment.

Trois jours avant les élections du 18 mars 2018, il y aura une manifestation à Amsterdam, apparemment contre le "racisme" et la "discrimination", mais si vous remplacez ces mots par les noms de dirigeants de droite comme le leader parlementaire du PVV, Geert Wilders et le leader parlementaire du FvD, Thierry Baudet, vous obtenez une image plus précise de ce qu'est réellement la manifestation.

Hier, dans la foulée de l'abolition par le Parlement du droit aux référendums consultatifs, une nouvelle initiative antiliberté d'expression a vu le jour, une campagne plutôt professionnelle, appelée "Nora".
L'objectif de Nora est de sensibiliser davantage à l'islamophobie, à la stigmatisation et à la discrimination. Appartenant à un réseau, des centaines d'organisations et d'individus - musulmans et non-musulmans - coopéreront à ce projet. Les déclarations "suspectes" peuvent être notifiées à Nora.
Dans les semaines à venir, "Nora" affirme qu'elle suivra de près ce que les politiciens, les journalistes et les faiseurs d'opinions plus ou moins connus disent sur les musulmans. Bien que l'on ne sache pas clairement qui sont ces "centaines" d'organisations et d'individus, le projet a été lancé par un groupe de réflexion musulman issu d'une seule personne appelée Humanislam, qui prétend lutter pour des "valeurs universelles comme la liberté de choix, l'égalité et la tolérance".

Peut-être le "président" de Humanislam avait-il à l'esprit le député turco-néerlandais très tolérant Öztürk (du parti Denk), à qui le personnel de sécurité a demandé de quitter la Chambre des communes il y a quelques jours pour "troubler la paix" lors du débat sur le génocide arménien. Hier, un centre de musique à Utrecht a annoncé qu'il n'organiserait plus de fêtes pour les enfants sur le thème des Cowboys et des Indiens après qu'un autre groupe d'action obscur appelé De Grauwe Eeuw (Le Siècle Sombre) ait déposé une plainte pénale contre le centre.

Ajoutez à cela le fait que la ministre néerlandaise de l'Intérieur a récemment déclaré vouloir éradiquer les fausses nouvelles, et il est évident que la fameuse "tolérance" néerlandaise très propagandisée commence à montrer ses vraies couleurs. De plus en plus à travers le monde occidental, quand les groupes et les gouvernements de gauche parlent de "tolérance", ce qu'ils veulent vraiment dire c'est "diversité", et toute personne qui n'est pas d'accord avec eux peut aller en enfer, voire en prison.