Le sommet historique entre les dirigeants nord et sud coréens a marqué un tournant politique radical. Après des décennies d'impasse militaire entre les deux parties, Kim Jong Un de la Corée du Nord et Moon Jae-in de la Corée du Sud ont transformé l'hostilité en harmonie.
coree
© Inconnu
C'est fait.
Ce n'était pas juste une réconciliation. Il n'y a pas eu de médiation mais une poignée de main fraternelle qui a attiré l'attention du monde. Les observateurs peuvent supposer que les relations entre les deux dirigeants sont fondées sur une alliance stratégique et non sur un antagonisme historique.

KCNA a déclaré que le sommet a ouvert la voie à « une nouvelle ère de paix et de prospérité ». Le Nord et le Sud de la Corée se sont engagés à dénucléariser la péninsule coréenne.

Les deux pays sont convenus des points suivants :
- Les deux parties ont convenu de transformer l'armistice qui a mis fin à la guerre de Corée en 1953 en un traité de paix cette année.

- Ils ont décidé de mettre fin aux « activités hostiles » entre les deux nations.

- Changer la zone démilitarisée (DMZ) qui divise le pays en une « zone de paix » en mettant fin aux émissions de propagande.

- Réduction des armements dans la région en attendant l'apaisement des tensions militaires.

- Faire pression pour des pourparlers quadridirectionnels impliquant les États-Unis et la Chine.

- Organiser une réunion des familles laissées divisées par la guerre.

- Relier et moderniser les chemins de fer et les routes à travers la frontière.

- Nouvelle participation conjointe aux manifestations sportives, y compris les Jeux asiatiques de cette année.
Ces étapes historiques sont un énorme succès pour la diplomatie sud-coréenne. La Corée de Sud travaille depuis des mois pour ouvrir la voie à la paix dans la péninsule coréenne. Ses efforts sincères ont prouvé que la paix est possible même après 65 ans d'hostilités et de tensions constantes.

Les deux réunions précédentes en 2000 et 2007 ont été témoins d'une poignée de main fraternelle, mais leurs promesses ont disparu. La Corée du Sud semble désireuse d'obtenir des résultats positifs. Le dirigeant sud-coréen a manifesté son désir de visiter Pyong Yang l'automne prochain. Kim n'a pas mentionné la dénucléarisation de son pays dans ses déclarations.

C'est une question de temps pour découvrir ce qui va suivre. Le sommet Trump-Kim sera une indication plus claire des intentions de Pyongyang. Le président américain a clairement demandé à Kim de dénucléariser son pays et n'acceptera pas les images comme le seul résultat du prochain sommet avec le leader nord-coréen. Trump a exprimé son espoir qu'une percée qualitative pourrait être réalisée. Dans un tweet, Trump a déclaré la « FIN DE LA GUERE COREENNE : Les Etats-Unis, et tous ses GRANDS citoyens , devraient être très fiers de ce qui se passe actuellement en Corée »

Après avoir échangé des insultes et des menaces nucléaires, Trump et Kim seront assis pour leur sommet historique. C'est de la politique et de la diplomatie. Kim est devenu le premier leader nord-coréen à entrer en Corée du Sud depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. Les deux hommes se serrèrent la main et passèrent symboliquement la ligne de démarcation militaire vers la Corée du Nord. M. Kim a indiqué que les deux Corées se coordonneraient étroitement pour s'assurer qu'elles ne « répètent pas l'histoire malheureuse des accords inter-coréens passés ... qui ont fait long feu après avoir commencé ».

Les observateurs estiment que la tenue du sommet et le déclin des tensions demeurent la meilleure option pour parvenir à la paix et à la stabilité dans cette région chaude du monde. L'échec des précédents sommets ne signifie pas l'absence d'intentions pacifiques mais l'existence d'autres crises.

Les observateurs ont parié que le dernier sommet était différent. Les intentions des deux chefs étaient sérieuses. Ils ont passé beaucoup de temps ensemble pendant les discussions franches. En 2000, les deux dirigeants n'ont pris que 5 secondes pour se serrer la main et 3 secondes en 2007. Ce sont des indicateurs positifs du succès du processus de paix dans la péninsule coréenne.

Le sommet Trump-Kim sera-t-il le même que celui inter-coréen ? Seul le temps peut dire si la rencontre éventuelle entre Kim et Trump donnera lieu à de bons accords ou non.