Groenland, glace, 2018

En haut : La contribution quotidienne totale au bilan massique de surface de l'ensemble de l'inlandsis (ligne bleue, Gt/jour) En bas : Le bilan massique de surface accumulé du 1er septembre à aujourd'hui (ligne bleue Gt) et la saison 2011-12 (rouge) qui a connu une très forte fonte estivale au Groenland. A titre de comparaison, la courbe moyenne de la période 1981-2010 est indiquée (gris foncé). Le même jour civil dans chacune des 30 années (dans la période 1981-2010) aura sa propre valeur. Ces différences d'une année à l'autre sont illustrées par la bande gris clair. Toutefois, pour chaque jour civil, les valeurs les plus basses et les plus élevées des 30 années ont été omises.
La courbe bleue du deuxième graphique (relevés 2017-18) montre que la fonte des glaces au Groenland est inférieure à la moyenne annuelle. En fait il y a eu 550 milliards de tonnes de glace supplémentaire cette année alors que la saison de la fonte se termine dans un mois.

Cette évolution pourrait bien être liée au grand minimum solaire qui se poursuit. Au fait, pourquoi les actualités parlent du Co2 mais jamais de ce minimum solaire ? (voir graphique). Ne serait-ce pas la source des changements climatiques que nous observons ?

solar minimum

Figure 22. Habibullo Abdussamatov, Dr Sc. chef de l'Observatoire Pulkovo a prédit un déclin dans les cycles à venir à des niveaux du minima de maunder.