Le Canada est monté sur ses grands chevaux à la suite de la tragédie aérienne du Vol 752 qui a entraîné la mort de 176 personnes dont une majorité d'Iraniens ou d'Iran-canadiens. Or, un regard sur le passé et en particulier sur l'attentat contre le Vol 182 d'Air India en 1985, Le Canada devrait se montrer plus humble et offrir sa plus grande collaboration avec l'Iran. Voilà la conclusion de Jooneed Khan qui a suivi de près ces deux tragédies.
voll

Le vol Air India 182
Il rappelle notamment que l'attentat contre le vol d'Air India a été commis par des citoyens canadiens: les bombes ont été fabriquées par des Canadiens et elles ont été placées dans les avions (oui il y en avait deux, l'un qui a disparu et l'autre dont l'explosion a eu lieu à Tokyo).

Le Canada n'a pas invité l'Inde à participer à l'enquête sur la tragédie d'Air India. En fait, l'Inde a fait sa propre enquête publiée en février 1986 qui a conclu que les bombes venaient du Canada. Mais le Canada n'a pas fait d'enquête publique avant ... 2006. Et cette enquête n'est rien qu'un « camouflage ».
voll
© La Presse Canadienne/Ryan Remiorz
Jooneed Khan revient également sur l'attentat contre un avion de passagers d'Air Iran qui a causé la mort de 290 personnes. L'avion a été abattu par un missile tiré du navire de guerre USS Vincennes qui se trouvait dans les eaux territoriales d'Iran. Les États-Unis ne se sont jamais excusés. Pire encore, tous les membres de l'équipage de USS Vincennes ont reçu des honneurs officiels et le coordinateur a reçu la Navy Commendation Medal.

Conclusion: en temps de guerre, on transforme des tragédies en armes de destruction.