Greenland ice sheet
En dépit de décennies de prophéties pessimistes, la calotte glaciaire du Groenland est actuellement en train de gagner une quantité monstrueuse de "masse" - 27 gigatonnes au cours des 5 derniers jours seulement (14 - 18 avril 2020).

Le Bilan Massique de Surface (SMB), c'est-à-dire la différence entre l'accumulation et l'ablation (sublimation et fonte), est essentiel à la survie d'un glacier. Les changements du bilan de masse contrôlent le comportement à long terme d'un glacier et sont ses indicateurs climatiques les plus sensibles (wikipedia.org).

Grâce à des gains substantiels en termes de bilan massique au cours des dernières années, la calotte glaciaire du Groenland semble devoir poursuivre cette tendance en 2019-2020. Du 14 au 18 avril 2020, la plus grande île du monde a ajouté un monstre de plus de 27 gigatonnes à sa calotte glaciaire. Selon les alarmistes du climat, cela ne devrait tout simplement pas se produire dans un monde en réchauffement. En fait, cela pourrait aussi bien ne pas se produire car des développements comme ceux-ci ne reçoivent JAMAIS l'attention des médias, ce qui signifie que les alarmistes ne sont JAMAIS au courant de la situation complète et peu alarmante...

Greenland ice and snow
© polarportal.dk
Bilan de masse en surface
Depuis septembre 2019 - début officiel de la saison - les pics de SMB au-dessus de la moyenne journalière de 2 à 2,5 gigatonnes se produisent régulièrement. À la mi-novembre, la plaque a gagné la somme impressionnante de 10 Gts en une seule journée. Dans la foulée, les deux premiers jours de décembre ont enregistré un nouveau gain de 14 Gts. Un gain de 7 Gts a été enregistré le 6 février, puis de 6 Gts le 28 mars.

Toute cette sublimation a eu pour résultat que le SMB de l'Acc. de cette saison se situe confortablement dans la moyenne 1981-2010, et dépasse les gains de l'année dernière (la courbe 2018-2019 a été retirée du graphique de l'Institut météorologique danois pour une raison quelconque, mais les gains les dépassent maintenant de loin, et peuvent être comparés au graphique utilisé lié ICI) :

SMB Greenland
En outre, la masse totale de neige pour l'hémisphère nord continue de dépasser la moyenne, le dernier point de données (6 avril) indiquant que la neige NH est supérieure de plus de 500 gigatonnes à la norme - une autre vérité du monde réel dont on nous a dit qu'elle serait impossible à l'heure actuelle : GIEC 2001 : "Des températures hivernales plus douces diminueront les fortes tempêtes de neige..."

En outre, l'Étendue de la couverture neigeuse en Amérique du Nord approche également des niveaux sans précédent pour cette période de l'année.

C'est ainsi que se forment les glaciers.

C'est aussi comme cela que les périodes glaciaires commencent.

Et elles peuvent commencer incroyablement vite, aussi - prenez simplement comme exemple les chutes de neige de l'automne 2019 à Great Falls, MT. Regardez la vitesse incroyable à laquelle la neige s'est accumulée dans cette ville du nord des États-Unis :

2019’s Autumn Snowfall at Great Falls, MT
Les basses latitudes regèlent en fonction d'une activité solaire historiquement faible, de rayons cosmiques qui nucléent les nuages et d'un courant jet méridional.

Même la NASA est d'accord, en partie du moins, avec ses prévisions pour le prochain cycle solaire (25) qui révèlent qu'il sera "le plus faible des 200 dernières années", l'agence établissant une corrélation entre les périodes de baisse d'activité solaire précédentes et les périodes prolongées de refroidissement global.

Ne tombez pas dans le piège des faux programmes politiques bellicistes - notre avenir est celui d'un FROID ET D'UNE PERTE DE CROISSANCE DES CULTURES sans fin.

Traduction : Sott.net
Source : Cap Allon,
Electroverse