vitamin d
Les chercheurs du Trinity College de Dublin signalent des changements nécessaires dans les conseils gouvernementaux au Pays de Galles, en Angleterre et en Écosse.

Des chercheurs du Trinity College de Dublin appellent le gouvernement irlandais à modifier les recommandations concernant les compléments en vitamine D.

Une nouvelle publication du Dr Eamon Laird et du professeur Rose Anne Kenny, de la faculté de médecine, et de l'Etude Longitudinale Irlandaise sur le vieillissement (TILDA), en collaboration avec le professeur Jon Rhodes de l'université de Liverpool, souligne la corrélation entre les taux de vitamine D et la mortalité due à COVID-19.

Les auteurs de l'article, qui vient d'être publié dans le Irish Medical Journal, ont analysé toutes les études de la population adulte européenne, achevées depuis 1999, qui ont mesuré la vitamine D chez les sujets et comparé ces taux de vitamine D à la mortalité par le COVID-19.

La vitamine D est produite dans la peau par l'exposition aux rayons UVB du soleil et est transportée vers le foie puis vers les reins où elle est transformée en une hormone active qui augmente le transport du calcium provenant de la nourriture présente dans l'intestin et assure ainsi que le calcium soit suffisant pour maintenir un squelette solide et exempt d'ostéoporose.

Mais la vitamine D peut également soutenir le système immunitaire par un certain nombre de voies immunitaires impliquées dans la lutte contre le SRAS-CoV-2. De nombreuses études récentes confirment le rôle essentiel de la vitamine D dans les infections virales.
Cette étude montre que, contre toute attente, les pays à plus faible latitude et les pays généralement ensoleillés, comme l'Espagne et le nord de l'Italie, présentaient de faibles concentrations de vitamine D et des taux élevés de carence en vitamine D. Ces pays ont également connu les taux d'infection et de mortalité les plus élevés d'Europe.

Les pays de latitude nord, comme la Norvège, la Finlande et la Suède, ont des taux de vitamine D plus élevés malgré une exposition moindre aux UVB, car la supplémentation et l'enrichissement des aliments sont plus courants. Ces pays nordiques ont des taux d'infection et de mortalité par COVID-19 plus faibles. La corrélation entre les faibles taux de vitamine D et les décès dus à COVID-19 est statistiquement significative.

Les auteurs proposent que, bien qu'une optimisation des niveaux de vitamine D soit certainement bénéfique pour la santé des os et des muscles, les données suggèrent qu'elle est également susceptible de réduire les complications graves liées au COVID-19. Cela peut s'expliquer par le fait que la vitamine D joue un rôle important dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire des cytokines, qui est à l'origine des graves conséquences du COVID-19 et du "syndrome de détresse respiratoire aiguë" associé à la mise sous ventilation et au décès.

Le professeur Rose Anne Kenny explique :
"En Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, les organismes de santé publique ont révisé leurs recommandations depuis l'épidémie de COVID-19. Les recommandations stipulent désormais que tous les adultes doivent prendre au moins 400 UI de vitamine D par jour. Alors qu'il n'y a actuellement aucun résultat d'essais contrôlés randomisés pour prouver de façon concluante que la vitamine D a un effet bénéfique sur les résultats de COVID-19, il existe de solides preuves circonstancielles d'associations entre la vitamine D et la gravité des réponses à COVID-19, y compris le décès".

"Cette étude confirme encore cette association. Nous appelons le gouvernement irlandais à mettre à jour d'urgence les lignes directrices et à encourager tous les adultes à prendre des suppléments pendant la crise du COVID-19. Les carences sont fréquentes en Irlande. La carence est plus fréquente avec l'âge, l'obésité, chez les hommes, les minorités ethniques, les diabétiques, l'hypertension et dans les maisons de retraite".
Le Dr Eamon Laird a ajouté :
"Nous constatons ici la preuve par observation d'un lien entre la vitamine D et la mortalité. L'optimisation de l'apport en vitamine D selon les directives de santé publique aura certainement des avantages pour la santé générale et soutiendra la fonction immunitaire. Les recherches de ce type sont encore exploratoires et nous avons besoin d'autres essais pour avoir des preuves concrètes sur le niveau de vitamine D nécessaire pour une fonction immunitaire optimale. Cependant, des études comme celle-ci nous rappellent également à quel point notre taux de vitamine D est faible dans la population (même dans les pays ensoleillés) et ajoutent encore du poids à une sorte de politique obligatoire de supplémentation en vitamine D. Si les pays nordiques sont autorisés à le faire, il n'y a aucune raison que l'Irlande, le Royaume-Uni ou le reste de l'Europe ne le puissent pas non plus".
Référence : "Vitamine D et inflammation : Potential Implications for Severity of Covid-19" par E. Laird, J. Rhodes et R.A. Kenny, 11 mai 2020, Irish Medical Journal. Lien

Traduction : Sott.net
Source : Sci Tech Daily


Commentaire : En pharmacie la marque ZymaD est en vente libre :

Vitamin D, ZymaD