Le medical examiner de Hennepin County a publié ce lundi un communiqué officiel sur la cause de la mort de George Floyd le 25 mai. Il la décrit ainsi : « Cardiopulmonary arrest complicating law enforcement subdual restraint, and neck compression » — arrêt cardio-pulmonaire suite à immobilisation forcée et compression du cou.
Minneapolis Manifestations Floyd
© Fibonacci Blue
Manifestation aux États-Unis le 26 mai 2020
Le médecin légiste fait ainsi un pas en arrière par rapport à ses premières déclarations — reprises dans l'acte d'accusation contre le policier Derek Chauvin. Selon celles-ci, la cause du décès était triple : le geste du policier, l'état de santé de la victime et l'usage d'une substance non déterminée. Le communiqué ne retient finalement que la première. Mais il ouvre une bouteille à l'encre en l'assortissant d'« other significant conditions » — autres problèmes de santé notables : George Floyd souffrait d'artériosclérose et de cardiopathie, il était intoxiqué au fentanyl et venait de consommer de la méthamphétamine. Il est probable que le procès de Derek Chauvin se jouera en partie sur le sens du mot « significant ».

Deux experts mandatés par la famille de la victime, Michael Baden et Allecia Wilson — l'un blanc, l'autre noire — ont de leur côté affirmé lundi que la mort est due à une asphyxie et contesté tout problème de santé préexistant. Les médias qui avaient ignoré les premières conclusions du médecin légiste se sont empressés de répercuter cette opinion divergente...

De quoi est mort George Floyd à Minneapolis ? Question facile ! Tout le monde a pu voir dans une vidéo qu'il est mort étouffé sous le genou du policier Derek Chauvin. Et telle est la version presque unanimement répandue par la presse, sans parler des réseaux sociaux, qui ont déjà bouclé l'enquête, organisé le procès et rendu leur verdict. Or, en l'état, c'est une fake news.

Derek Chauvin a appliqué à George Floyd une technique bien connue, autorisée depuis longtemps dans certaines unités de police américaine, le neck restraint. Cette prise issue du jiu-jitsu est destinée à compresser l'une des veines jugulaires avec le genou. Elle n'a pas pour but de couper la respiration. De toute évidence, une personne qui parvient à crier : « I cannot breathe » — je ne peux pas respirer — respire encore. Cependant, le sujet est alors couché sur le ventre, position qui rend la respiration difficile, a fortiori si ses mains sont maintenues derrière le dos.

George Floyd n'est pas mort par asphyxie

Il ne s'agit pas ici de justifier la technique du neck restraint, contestée au sein même de la police américaine, encore moins l'usage qu'en a fait Derek Chauvin sur un suspect dont le comportement, les vidéos en témoignent, n'était pas violent. Il s'agit de souligner le contraste entre l'unanimité de la presse et des réseaux pour désigner « l'arme du crime », le genou du policier, et leur silence presque aussi unanime pour relater les conclusions de l'autopsie.

Celle-ci n'est pas encore publiée in extenso mais ses premiers résultats sont formels : George Floyd n'est pas mort par asphyxie ou strangulation du fait du neck restraint. Son décès est probablement dû tout à la fois à la combinaison de son immobilisation par la police, de son mauvais état de santé — maladie cardiaque et hypertension — et de la consommation d'une substance non déterminée. Les vidéos sont d'ailleurs éloquentes : George Floyd marche avec difficulté et doit être soutenu par deux policiers pour traverser la rue. Il s'effondre sur lui-même au moment de monter dans la voiture de police, avant toute violence policière.


L'autopsie, il est bon de le souligner, n'a pas été réalisée par un médecin dépendant de la police mais par le medical examiner de Hennepin County. Le statut de medical examiner, étroitement réglementé par la loi du Minnesota, assure l'indépendance de son titulaire, qui est obligatoirement un pathologiste ayant une qualification en médecine légale.

Des informations inexactes rarement rectifiées

L'attention de la presse et du public a évidemment été accaparée par les émeutes qui secouent les États-Unis depuis le 25 mai. Cependant, un souci d'exactitude de l'information aurait au moins dû conduire la presse à rectifier ses commentaires antérieurs sur la cause du décès de George Floyd. Beaucoup de lecteurs n'ont entendu parler de l'autopsie que lorsque la famille du défunt a annoncé son intention de faire réaliser une contre-autopsie par un expert de son choix ! En l'occurrence, elle aurait désigné le docteur Michael Baden, 85 ans, ancien medical examiner de New York et vedette médiatique.

Les lecteurs français ont-ils été mieux informés ? Pas vraiment. Néanmoins, au détour d'un article sur Derek Chauvin, francetvinfo.fr a cité un extrait de l'acte d'accusation évoquant explicitement les premières conclusions de l'autopsie. Seul RT France a publié un article consacré au sujet, sous le titre : « Une première autopsie indique que George Floyd ne serait pas mort asphyxié, la famille conteste ». Notons que le public belge a été mieux traité : rtbf.be a publié un titre explicite le 30 mai. Plusieurs autres organes belges ont titré sur la contre-expertise annoncée par la famille, faisant état ipso facto de l'autopsie conduite à Minneapolis.

Alors que les résultats de l'autopsie étaient connus depuis deux jours, Anne-Claire Coudray assurait encore le 31 mai, dans le journal de 20 heures de TF1, que George Floyd est mort « étouffé ». À ce jour, aucun site spécialisé dans les fausses nouvelles ne s'est emparé du sujet.

Dans ce contexte, il est utile de se demander à quoi donc sert tout ceci... Et surtout, pourquoi maintenant plus qu'avant ?

Le conseil municipal de Minneapolis vote en faveur de l'abolition du département de police. Voici la déclaration quelque peu incroyable du conseil municipal de Minneapolis décrivant ses plans de « majorité à l'épreuve du veto » pour créer un utopique « avenir sans police »...
  1. Des décennies d'efforts de réforme de la police ont prouvé que le département de police de Minneapolis ne peut être réformé et ne sera jamais responsable de ses actions.
  2. Nous sommes ici aujourd'hui pour entamer le processus de suppression du département de police de Minneapolis et de création d'un nouveau modèle de transformation pour favoriser la sécurité à Minneapolis.
  3. Nous reconnaissons que nous n'avons pas toutes les réponses à la question de savoir à quoi ressemble un avenir sans police, mais notre communauté les a. Nous nous engageons à collaborer avec tous les membres de la communauté de Minneapolis qui le souhaitent au cours de l'année prochaine afin de déterminer à quoi ressemble la sécurité pour vous.
  4. Nous prendrons des mesures intermédiaires pour mettre fin au MPD dans le cadre du processus budgétaire et d'autres décisions politiques et budgétaires au cours des semaines et des mois à venir.
Nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander si cela correspond à ce que les électeurs voulaient réellement comme résultat des protestations actuelles contre les préjugés raciaux.

Comme l'a fait remarquer l'ancien gouverneur de l'Arizona, Mike Huckabee :
« J'aimerais avoir la franchise U-Haul à Minneapolis parce que tout le monde va s'enfuir vers un endroit qui n'est pas géré par des cinglés et je pourrais faire fortune en louant des camions à sens unique ! »
Et le représentant du Texas, Dan Crenshaw, a parfaitement résumé la situation :
« C'est dangereux, contre-productif et profondément irrationnel. « Démonétiser the police » n'est plus un appel des franges de l'extrême gauche. Il est passé d'un slogan radical à une politique réelle dans une grande ville américaine, en quelques jours ».
Dimanche après-midi, alors que des appels au financement des services de police de tout le pays étaient lancés, les membres du conseil municipal de Minneapolis sont allés plus loin et ont annoncé leur intention de démanteler le service de police de la ville, qui a fait l'objet de critiques incessantes à la suite de l'assassinat de George Floyd.



« La sécurité publique dirigée par la communauté » — est-ce comme une milice privée pour les riches et — — — pour tous les autres ?

« Nous sommes ici aujourd'hui parce que George Floyd a été tué par la police de Minneapolis. Nous sommes également ici parce que, ici à Minneapolis et dans d'autres villes des États-Unis, il est clair que notre système actuel de maintien de l'ordre et de sécurité publique ne fonctionne pas pour tant de nos voisins », a déclaré Lisa Bender, présidente du conseil municipal de Minneapolis, dans une déclaration écrite dimanche. « Nos efforts de réforme progressive ont échoué ».
Police USA
© Inconnu
La décision du conseil municipal fait suite à celles de plusieurs autres partenaires de premier plan, dont les écoles publiques de Minneapolis, l'université du Minnesota et Minneapolis Parks and Recreation, de rompre les liens de longue date avec le MPD.

L'annonce d'aujourd'hui intervient également après que plusieurs membres du Conseil ont exprimé une perte totale de confiance dans le département de police de Minneapolis.

« Nous allons démanteler le département de police de Minneapolis », a tweeté Jeremiah Ellison, membre du Conseil, le 4 juin, en s'engageant à « repenser radicalement » l'approche de la ville en matière d'intervention d'urgence.


Dans un article publié le lendemain, Steve Fletcher, membre du Conseil, a cité les nombreuses fautes professionnelles commises par le MPD et « des décennies de violence et de discrimination » — qui font toutes l'objet d'une enquête du Département des droits de l'homme du Minnesota — pour justifier la dissolution de ce département. « Nous pouvons résoudre la confusion autour d'une transaction d'épicerie à 20 dollars sans sortir une arme ou sortir des menottes », a écrit Fletcher.


Comme nous l'avons déjà signalé, le maire de Minneapolis, Jacob Frey, a déclaré hier soir qu'il s'opposait à la dissolution du service de police lors d'une manifestation organisée et menée par le Black Visions Collective contre les violences policières dans la ville. Cette réponse lui a valu un tonnerre de huées et de chants de « Honte ! » et « Rentre chez toi, Jacob, rentre chez toi ! » Le New York Times — qui est devenu le bras médiatique non officiel du mouvement BLS, et qui se réjouira certainement de l'issue de la manifestation d'aujourd'hui à Minneapolis — a qualifié la scène d' »humiliation à une échelle presque inimaginable en dehors du cinéma ou de tout autre cauchemar ».


« La dernière maire démocrate, Betsy Hodges, a mal géré le meurtre de Jamar [Clark]. On lui a dit qu'elle allait perdre son emploi. Et elle l'a fait », a déclaré Miski Noor, une organisatrice de Black Visions Collective, à propos du refus de Frey de dissoudre le département de police de Minneapolis.

Selon The Appeal, pendant des années, « les militants ont fait valoir que le MPD n'a pas réussi à assurer la sécurité de la ville, et les membres du conseil municipal ont fait écho à ce sentiment aujourd'hui lors de leur annonce ».
Le bilan du MPD en matière de résolution de crimes graves dans la ville est constamment faible. Par exemple, en 2019, la police de Minneapolis n'a résolu que 56 % des cas de meurtre. Pour les viols, le taux de résolution du département de police est terriblement bas. En 2018, le taux de résolution des viols n'était que de 22 %. En d'autres termes, quatre viols sur cinq ne sont pas élucidés à Minneapolis. Ce qui jette encore plus de doutes sur l'engagement du département à résoudre les agressions sexuelles, le MPD a annoncé l'année dernière la découverte de 1 700 kits de viols non testés sur 30 ans, qui, selon les officiels, ont été égarés.
Bien que Minneapolis soit la première ville à prendre cette mesure drastique, elle n'est pas la dernière : la décision du Conseil est conforme à l'évolution rapide de l'opinion publique concernant l'urgence de revoir le modèle américain d'application des lois. Depuis l'assassinat de Floyd et les protestations qui ont suivi, les autorités de Los Angeles et de New York ont demandé que l'on procède à des coupes sombres dans les budgets de police gonflés et que l'on réaffecte ces fonds à l'éducation, au logement abordable et à d'autres services sociaux.
Les agents de la force publique ne sont pas équipés pour être des experts dans la réponse aux crises de santé mentale, ce qui conduit souvent à des résultats tragiques — au niveau national, environ la moitié des meurtres de policiers impliquent une personne vivant avec une maladie ou un handicap mental. En conséquence, les experts en santé publique préconisent depuis longtemps l'envoi de professionnels médicaux et/ou de travailleurs sociaux, et non de policiers armés, pour répondre aux appels liés à la consommation de substances psychoactives et à la santé mentale. Les sondages de Data for Progress indiquent que plus des deux tiers des électeurs, soit 68 %, soutiennent la création de tels programmes, dont des versions sont déjà en place dans d'autres villes comme Eugene, dans l'Oregon, Austin, au Texas, et Denver, au Colorado.
Eh bien, tous ces résidents de villes profondément libérales sont sur le point d'obtenir exactement ce qu'ils veulent :
« Notre engagement est de faire ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité de chaque membre de notre communauté et de dire la vérité sur le fait que la police de Minneapolis ne fait pas cela », a déclaré Bender dimanche. « Notre engagement est de mettre fin à la relation toxique de notre ville avec le département de police de Minneapolis, de mettre fin au maintien de l'ordre tel que nous le connaissons, et de recréer des systèmes de sécurité publique qui assurent réellement notre sécurité ».
Nous sommes impatients de découvrir ce que sont ces « systèmes », et bien que nous sachions que les résidents riches auront peu de difficultés à obtenir leurs propres escouades et milices de sécurité privée — en fait, nous sommes certains que le président de la Fed de Minneapolis, Neel Kashkari, sera parmi les premiers à profiter des alternatives de sécurité, même si les actions de la Fed continuent à diviser la nation, entraînant une inégalité de richesse et de revenus encore plus grande qui a culminé dans l'effondrement social actuel, nous nous demandons qui protégera les segments les moins riches de la société. Pour trouver la réponse, nous surveillerons de près le centre-ville de Minneapolis, désormais sans police, pour avoir un aperçu de l'avenir des centres-villes américains.

Pendant ce temps les ventes d'armes à Minneapolis — légales et illégales — et dans toutes les autres villes du pays, explosent.

Sous couvert donc, de vouloir « améliorer la sécurité de tous » Minneapolis sera-t-elle la première ville aux États-Unis à compter une milice/police privée pour assurer un système de police publique ?

Ou Minneapolis sera-t-elle la première ville aux États-Unis à compter des robots vendus par des entreprises privées pour assurer un système de police publique ?

OU LES DEUX...


Dans une longue analyse des robots policiers et militaires pour la Revue de droit de l'UCLA, Elizabeth E. Joh, professeur de droit à l'Université Davis, a posé diverses questions de prudence :
Même si cette utilisation de robots n'est encore qu'un concept, nous pouvons anticiper les types de défis juridiques et politiques qui pourraient se présenter. Premièrement, dans quelle mesure l'homme doit-il rester « dans le coup » — c'est-à-dire maintenir un certain degré d'implication — dans l'utilisation de la police robotisée ? Deuxièmement, quelle force coercitive devrions-nous permettre aux robots policiers d'exercer ? Troisièmement, comment l'utilisation de robots policiers pourrait-elle affecter des décisions juridiques telles que la force raisonnable ? Quatrièmement, l'utilisation de robots policiers renforcera-t-elle encore les inégalités sociales dans le domaine du maintien de l'ordre ? Enfin, comment pouvons-nous développer une approche uniforme de l'utilisation des robots policiers ?

Sources : Aube digitale - Breizh-Info - Builtin