L'internationale de la subversion mondialiste et transhumaniste est à l'œuvre... pour ce faire elle s'appuie sur toutes les pègres transgressives. Notre malheureux pays plaqué au sol, à demi asphyxié, le genou de l'État lui écrasant la nuque, s'ébroue et se relève, les yeux bordés de reconnaissance à l'égard de celui qui enfin le soulage...Mister Macron himself ! Et puis, nous voici rassurés, la statue de Colbert ne sera pas déboulonnée avant d'être jetée à la Seine, en tout cas pas cette fois... mais peut-être la prochaine ?
Syndrome de Stockholm
© Inconnu
N'est-ce pas l'ancien et particulièrement terne Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, qui prétend débaptiser la salle Colbert de l'Assemblée nationale ? Plus indigéniste que ce porte-parole officieux de la classe dirigeante hexagonale, on meurt. Cela surtout en dit long sur les dispositions d'esprit des soi-disant élites à l'égard de notre héritage politique... Alors faut-il vraiment croire le président Macron lorsqu'il nous passe de la pommade et la main sur le bas des reins ? Avec des individus de cet acabit, il faut toujours inverser la proposition, comprendre le contraire de ce qu'ils disent pour nous endormir... Car tel est le syndrome de Stockholm dans toute sa splendeur.

Pathologie mentale circonstancielle suivant laquelle le confiné voue un amour irrépressible à M. Macron, son geôlier d'hier, d'aujourd'hui et peut-être encore de demain dans une France otage de la mondialisation.

Ainsi va le monde tandis que les « Manifestations contre la violence policière, la violence sociale et la violence raciale » se succèdent et se ressemblent sur fond de véhicules incendiés et de vitrine brisées... Avec pour dénominateur commun, la haine des forces de l'ordre (qui ne sont pas toujours blanc-bleu, en témoigne la brutale répression des défilés de Gilets Jaunes, et à travers elles, la haine de l'ordre tout court, de la France et des Français. Cependant, laissons la République de côté puisque les émeutiers en sont les enfants chéris, promus par la grâce de la discrimination positive, à tous les échelons, grands et petits, de l'appareil d'État. Nous en sentons déjà les effets : le céfran n'a qu'à filer doux, écraser, raser les murs... surtout dans les cours de justice où les uns bénéficient de l'indulgence plénière — Traoré, ce saint innocent, traînait comme autant de titres de gloire une quinzaine de chefs d'inculpation — et où les autres — le quidam lambda — s'exposent à une stricte sévérité. Il est vrai que les rigueurs de la loi ne s'appliquent — presque exclusivement — qu'à ceux qui la respectent !


Assa Traoré — que l'ancien garde des Sceaux, Christiane Taubira, vient délicieusement de désigner comme une vraie « chance pour la France » — ci-devant présidente du Comité « Justice pour Adama », est la sœur d'un « jeune homme » — dixit la presse — « assassiné », c'est-à-dire tué avec préméditation, en juillet 2016 par la gendarmerie de Persan dans le Val d'Oise. Première remarque, le gentil jeune homme en question, Adama Traoré, était un multirécidiviste (viol, vol, violence, narcotrafic) fuyant les représentants de l'ordre qui tentaient de l'interpeller. On pourrait dire dans ces circonstances, que sa mort a été accidentelle, en l'occurrence un accident de parcours participant des risques du métier auxquels s'expose tout individu au comportement aventureux. La délinquance n'est-elle un sport un peu extrême ?

Mais en France nos délinquants sont des petits bourgeois dégoulinants de droits qui à ce titre n'entendent courir aucun danger dans l'exercice de leur coupable industrie. Il est vrai qu'en raison d'une grille de lecture néo-marxiste, les criminels sont par essence des « victimes » : celles de la police raciste et fasciste — idem lorsque les policiers sont eux-mêmes gens de couleur ; de la société, la lutte des classes se croisant alors avec la guerre des races — qui n'existent pas, le mot ayant été retiré de la Constitution par la Chambre le 12 juillet 2018 — et accessoirement se combinant harmonieusement avec la sourde lutte de longue haleine opposant l'altérité — sexe fort contre sexe dit faible — et le large spectre chromatique de la diversité transsexuelle.

« Je serais prêt à mettre un genou à terre », dixit le ministre Castaner

Interrogé le 9 juin quant aux manifestations organisées contre le « racisme » à travers le monde, le ministre de l'Intérieur se déclarait prêt à humilier la France, genou en terre en signe de contrition à l'égard des racailles malmenées ! Quand il était question, l'an passé d'yeux crevés et de mains arrachées par certains chiens de garde du régime, M. Castaner était moins repentant et beaucoup plus arrogant. Pour sa part, notre brillante ministre de la Justice à la crinière de feu, dame Belloubet, après s'être évertuée à supprimer le crime en vidant les prisons — dix à treize mille voyous élargis ou exonérés de peine à l'occasion de la crise sanitaire, les distances sociales s'imposant aussi en milieu carcéral [1] — avait cru bon d'inviter place Vendôme ladite Assa Traoré pour tailler avec elle un petit bout de bavette. Que nenni, l'ardente jouvencelle déclina avec dédain l'offre de venir s'essuyer les pieds sur le paillasson institutionnel... l'Élysée sinon rien !

Parce que certes, là où l'émotion passe, le droit trépasse et avec lui, toutes les règles et les normes juridiques. Le ministre de l'Intérieur, le sieur Castaner, nous avait prévenu : « l'émotion mondiale dépasse au fond les règles juridiques qui s'appliquent ». Une nouvelle fleur rare de rhétorique sortie de la même fosse à purin que les opinions qui n'en sont pas pour la bonne raison qu'elles seraient des délits ! On attend que les grands dissidents de la pensée, les Onfray, les Zemmour & Cie se penchassent sur ces anomalies enkystées dans notre droit et profitent des circonstances présentes pour dénoncer l'instauration subreptice de crimes orwelliens contre la pensée et l'imparable diktat de l'émotion. Bref, le progrès (soit le processus) de décomposition ne fait jamais de pause dans sa rage à démolir pierre à pierre l'édifice civilisationnel. Après tout ce fut moins une que Notre-Dame de Paris, mutilée et outragée, ne devînt en 1793 une carrière à ciel ouvert...

Alors, quand de votre côté vous serez pris d'une frénésie d'incendie ou de pillage, n'oubliez pas de préciser avoir agi sous le coup de l'émotion. Comme d'autres — également victimes — trouvent une excuse valable à leurs forfaits (ou bien comme circonstance atténuante à leur irresponsabilité) en excipant de leur éthylisme ou de leur toxicomanie ! Sinon le combat préventif de l'émotion se déploie généralement contre tout ce qui la suscite de façon odieuse et intempestive : aux États-Unis des services de police s'auto-dissolvent, leurs chefs démissionnent en rafale (comme le 13 juin à Atlanta, suite au décès d'une nouvelle victime afro-américaine de la violence policière), l'autorité légale fait son grand mea culpa... En France, régulièrement si ce n'est systématiquement, sont interdits les rassemblements dont la seule tenue pourrait heurter telle idolâtrie mémorielle ou tel communautarisme à fleur de peau : on a vu en mars 2019 « Les suppliantes » d'Eschyle interdites à la Sorbonne par de supposés antiracistes, au même titre que furent annulés et préfectoralement interdits les spectacles de tel humoriste — dont il convient de taire le nom tant il est honni par tout ce que la France macronienne compte de bien-pensance. Paradoxalement ce sont ceux qui menacent de troubler l'ordre public qui ont gain de cause et, par un renversement spectaculaire mais désormais habituel, ce sont les fauteurs de troubles qui en imposant leurs haines et leurs ostracismes transforment leurs victimes en coupables.

En un mot, l'émotion — le droit absolu à s'émouvoir et à ne surtout pas supporter l'altérité ou la différence — prime et devient un argument définitif pour donner droit à toutes les revendications exorbitantes du droit commun qu'exprime telle communauté ou telle minorité médiatiquement surpuissante. Et l'on vient à nous seriner qu'il n'y a pas de conspiration. Mais que diable, les médias conspirent comme ils respirent... pour nous abrutir et donner du monde une lecture biaisée, falsifiée, déformée ! Assa Traoré n'est-elle pas sublimée, héroïsée au point d'être présentée comme une « Antigone racisée »... rien de moins ! En un mot, la seule et unique vocation des médias : changer la perception de la réalité, changer les schèmes de lecture, inoculer de corrosifs idéovirus, modifier la représentation des choses... Faire du pathologique la normalité exclusive, décréter belles toutes les hideurs et erreurs toutes les vérités les plus manifestes. Et le pire est que ça marche ! Damer le terrain psychique jusqu'à ce qu'une majorité soit devenue psychologiquement imperméable à la matérialité des faits... M. Macron n'est-il pas crédité — à l'encontre du sens commun le plus élémentaire — d'une majorité d'opinions favorables quant à sa gestion de la crise sanitaire ? Et pourtant [2] !
blm floyd
© Antony Speciale/Lorraine Actu
Eh oui, en France aussi ! À Metz, des adeptes zombifiés prêtent serment d'allégeance à la secte BLM (Bobard, Lavage de cerveau et Manipulation)
Ce qui est ainsi interdit au citoyen de base, le droit de librement vaquer à ses occupations et à se rassembler le cas échéant, est licite pour la canaille. Et que l'on ne vienne pas nous dire que les vingt mille individus concentrés à la porte de Clichy sous la tour du palais de Justice, ont été une surprise pour les services de la Sécurité intérieure étant donné qu'assurément il faut plusieurs mois de préparation pour réussir un « coup » pareil. Alors de quelles complicités intérieures ses organisateurs ont-ils bénéficié ? Connivence du silence et du laisser faire ?

Les Traoré, une famille enracinée dans la délinquance

Revenons un peu, à la famille de délinquants agitateurs que sont les Traoré : dix-sept enfants, nés de quatre mères différentes.
  • Adama le « jeune disparu » comptait à son actif dix-sept procédures pour viol, vols, trafic de stupéfiants ;
  • Yacouba Traoré : trois ans fermes pour l'incendie d'un autobus et violences physiques, dix-huit mois fermes pour avoir passé à tabac un témoin ayant porté plainte contre Adama ;
  • Samba Traoré : quatre ans fermes pour violences avec arme ;
  • Serene Traoré : quatre mois ferme pour outrage, intimidations, menaces et insultes sur personne dépositaire de l'autorité publique ;
  • Bagui Traoré : trente mois fermes pour extorsion sur personnes vulnérables, tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique ;
  • Youssouf Traoré : six mois fermes pour trafic de drogue.
  • Assa la sainte, seulement quatre petites plaintes pour diffamation et appel à des manifestations interdites... !
Maintenant les Traoré sont des Maliens. Sans doute nantis de la double nationalité comme nombre des 50 000 autres natifs du Mali présents sur le sol national. Mais que font tous ces gens pendant que notre armée sue sang et eau chez eux pour freiner l'expansion d'Al Qaïda et de l'État islamique ? Pourquoi ne sont-ils pas renvoyés d'où ils viennent et placés sous leur drapeau pour combattre les djihadistes ? Sommes-nous chargés de maintenir gratis pro Deo l'ordre et la paix chez eux pendant qu'ici ils nous insultent et vilipendent nos forces de police ? Sont-ce également les criminels et les délinquants qui sont appelés à donner la mesure du droit et de la morale ? Allez ouste, du balai rentrez chez vous si ce pays ne vous convient pas. Si notre racisme est « systémique », c'est-à-dire que l'on ne vous en donne jamais assez, que nos tribunaux ne sont pas assez indulgents à votre égard, dégagez !

Ah c'est vrai j'oubliais : vous n'êtes pas naturellement délinquants, vous êtes naturellement bons et nobles, c'est notre indécrottable racisme qui vous pousse au crime. C'est bien parce que vous en êtes victimes, parce que la société blanche, celle des vieux babtous [toubas en verlan] vous poussent à la faute et si vous violez, c'est parce que les jupes des filles sont trop courtes... Non ? Mais puisque la France vous est si odieuse qu'y faites-vous encore ? Décampez retournez dans vos douars et cessez de percevoir les grasses allocations dont la vache à lait républicaine vous abreuve jusqu'à plus soif.

Au demeurant le « Comité » Traoré n'a décidément plus peur de rien — encore une fois, il s'agirait de connaître de quels soutiens, encouragements et financements il dispose — et pousse l'outrecuidance et le vice — vertu cardinale dans nos banlieues [3] — jusqu'à exiger que tous « les gendarmes et policiers [suivant l'intention affichée du « premier flic » de France — voir supra] mettent un genou à terre, le poing levé » ! Pour un peu ils nous jetteraient à la mer. Nous avons été chassés d'Algérie, les paysans afrikaners fuient quand ils le peuvent et ne restent sur les terres qu'ils ont fécondées durant quatre siècles, qu'au risque d'être massacrés par les fanatiques racio-marxistes qui se sont emparés du pouvoir à Pretoria suite à l'écrasante défaite mentale et morale des blancs... Néanmoins plus le balancier va loin et plus le choc en retour risque d'être fracassant ! Mais pourquoi se gêner ? La France n'est-elle pas déjà à terre, en proie à une crise d'épilepsie ethnomasochiste ? Cette psychopathologie nous la voyions venir depuis longtemps, les symptômes alarmants se multiplient que déjà Jean Raspail dénonçait avec talent il y a un demi-siècle, en 1973, depuis les choses ont pris un tour définitivement tragique... On a vu — tout un symbole — le Pape baisant les pieds de délinquants [4] — Christ avait Lui, lavé les pieds de ses disciples au soir de la Cène, rien de comparable — annonçant les policiers allant baiser les godasses de très satisfaits membres de la communauté noire américaine... L'honnête Google a déjà fait disparaître les images de ces scènes désolantes !

Le cas George Floyd

Les États-Unis viennent de passer presque sans transition du confinement sanitaire à un fuligineux mouvement de contestation de violences policières montées en épingle pour la bonne cause [voir infra] et dirigées contre les american negroes — noirs américains, le terme péjoratif étant niggers — après la mort le 25 mai 2020 à Minneapolis de George Floyd sous le genou d'un policier blanc, réaction qui tend, dans le contexte des élections présidentielles à venir cet automne (le 3 novembre), à remettre en cause tout ou partie du système institutionnel américain afin de corriger (!) les inégalités structurelles supposées qu'il comporterait... « L'émotion qui a envahi l'Amérique en pleine période électorale ressort d'un mélange pathologique d'Histoire mal digérée et de christianisme masochiste » [5]. Et c'est bien de cela dont il s'agit et plus encore, si l'on creuse un peu et que l'on recherche les forces à l'œuvre au sein du mouvement Black Lives Matter (La vie des noirs compte).


Soyons en effet assurés que les événement qui embrasent le monde occidental ne sont pas le produit d'un pur hasard ni une simple réaction à la grande peur du Covid. Car la Gauche américaine, en l'espèce le camp Démocrate et quelques transfuges Républicains, font tout leur possible — eux aussi — pour mettre le pays à genoux et en faire porter la responsabilité au président Trump. Ainsi Muriel Elizabeth Bowser, maire démocrate de Washington DC, met un peu d'huile sur le feu en s'opposant à l'intervention de la Garde nationale pour combattre et contenir les émeutiers, laissant de cette façon s'étendre l'incendie de la contestation. Bel exemple de l'insane gauchissement des esprits (véritable cancer de l'âme rongeant les sociétés développées), des institutions et d'une partie significative l'establishment politique américain. Et ce, afin d'arracher l'Amérique des mains d'un homme annonçant vouloir juguler l'État profond. Dans ce but, tous les moyens sont bons — thèse que développe en substance le Washington Times, organe ultra-conservateur fondé par l'oligarchie sud-coréenne — entre autres, prêcher l'émeute en attisant le ressentiment racial des noirs qui pourtant n'ont jamais connu — avant la présidence Trump — un taux de chômage aussi bas. Rien de surprenant à cela : une vieille tradition depuis que Jacob Schiff finança en 1917 la révolution bolchévique par le truchement de Trotski (quoiqu'en dise aujourd'hui l'organe révisionniste de désinformation en ligne, Wikipédia).


Passons brièvement en revue le passé criminel du bon Georges Floyd... Celui-ci, la victime présumée d'un bad cop (méchant flic) raciste blanc, et son meurtrier, étaient tous deux videurs de boîte de nuit... dans le même établissement. Sur ce glauque aspect des choses, la presse ne s'étend guère. Et pour cause ! Floyd est, à l'instar d'un Traoré, un délinquant multirécidiviste... Court extrait du brillant palmarès de ce nouveau martyr de l'injustice raciale : 1997 drogue ; 1998 vol et drogue ; 1999 effraction ; 2002 violences et détention de cocaïne 30 jours de prison + 240 jours de prison ; 2003 effraction ; 2004 vol ; 2005 narcotiques encore 300 jours de prison ; 2007 vol à main armée, effraction, agression... et aussi, doux euphémisme, « star de cinéma pour adultes », autrement dit acteur porno de bas étage.


Or çà, voilà t'y pas que la Toile bruisse de rumeurs suivant lesquels Floyd aurait eu des relations très amicales avec la petite amie de Derek Chauvin, le bien nommé. Alors ? Un règlement de comptes entre voyous ? Pourquoi pas, mais aussitôt formidablement exploité par toutes les forces malveillantes qui ont opéré leur convergence pour faire tomber le président Trump... et plus si affinités ! Derrière la radicalisation de la contestation soi-disant anti-racialiste — qui aura déjà coûté quelque dix milliards de dollars en dégâts aux villes américaines, ceci en dépit de l'inculpation de Chauvin arrêté à Minneapolis pour meurtre au 3e degré et homicide involontaire — l'on voit bien que les forces mondialistes de Manhattan et transhumanistes de la Silicon Valley ont uni leurs forces pour remettre les États-Unis sur le droit chemin de la mondialisation LGBTQ+ aux vives couleurs de l'arc-en-ciel.
Georges Floyd
© Inconnu
On a les héros que l'on se choisit ! Drogué, videur de boîte de nuit et acteur porno, un vrai prince charmant. Meghan Markle, épouse métisse du prince Harry et duchesse de Sussex, pleurniche sur le destin tragique du dévoyé George Floyd... Grâce au ciel nos aristocrates eurent davantage de dignité face au couteau de la Veuve.

Black Lives Matter et Democracy Alliance bras armés de la subversion

Cette dernière organisation a été fondée en 2005 par Rob Stein ancien chef de cabinet du bureau de l'Administration Clinton/Gore de 1992 à 1993. Elle est soutenue par une brochette de philanthropes de la plus belle eau, George Soros, Peter B. Lewis, Tim Gill, Tom Steye... Democraty Alliance présente sur son catalogue une gamme étendue d'idéovirus progressistes dans les domaines politique et éthique, apportant son soutien actif à d'innombrables Ongs parmi lesquelles...Black Lives Matter créée en 2013. Parmi les nombreux donateurs, on relève le nom de Jonathan Soros — tel père tel fils — œuvrant en prolongement de l'Open Society Foundations de son père George, et promotrice d'un corpus de valeurs méta-libérales relatives à la politique, les mœurs, les droits des minorités raciales ou sexuelle au sein d'un monde sans frontières...

Le Washington Times rapportait en janvier 2015 que George Soros avait versé 33 millions de dollars à plusieurs groupes militants noirs après le meurtre d'un membre de leur communauté par un policier blanc à Ferguson dans le Missouri. Comme le rapporte ce quotidien très politiquement correct (qui constitua le bréviaire de George W. Bush) : « Les organisations parrainées par Soros ont aidé à mobiliser les protestataires de la ville de Ferguson, en créant des coalitions de base sur le terrain, soutenues par une campagne nationale en ligne et dans les media sociaux ». Le hashtag #BlackLivesMatter a été pour sa part développé dans le contexte du meurtre de Trayvon Martin en février 2012 par les militantes féministes Kassandra Frederique et Opal Tometi. Frederique est également la responsable politique de la Drug Policy Alliance, une organisation fondée par George Soros lui-même, et en reçoit quatre millions de dollars de subsides annuels. Opal Tometi pour sa part dirige la Black Alliance for Just Immigration, un groupe que George Soros en 2011 a abondé à hauteur de 100 000 dollars.
Black lives matter
© Inconnu
Enfin l'une des organisations de Soros, la Fondation Gamaliel — du nom du célèbre talmudiste Gamaliel l'Ancien actif au cours du 1er siècle après J.-C. — a financé les manifestations à Ferguson à travers un réseau d'organisations de terrain, interreligieuses et interraciales, zadistes avant la lettre. Barack Obama a commencé sa carrière en tant qu'organisateur communautaire dans une filiale de Gamaliel à Chicago suivant les préceptes du théoricien zadiste Saul Alinski grand praticien de l'action subversive à partir des bases locales... ceci à l'instar de ce que fut l'homme de terrain Lénine par rapport à l'intellocrate Karl Marx. Enfin un autre des fils de Soros, Alex, est le généreux soutien financier d'une association promouvant la justice sociale, les droits pour la cause LGBTQ+ ou la lutte contre les discriminations raciales : Bend the Arc. On note également dans la liste des donateur un certain Paul Egerman qui est aussi le trésorier de Democraty Alliance. De son côté la Fondation Ford, l'une des fondations privées parmi les plus actives du monde occidental, annonçait en 2016, quelques mois après la tuerie de Dallas et les grandes manifestations de juillet, l'octroi de cent millions de dollars sur six ans à plusieurs associations du mouvement Black Lives Matter. La messe est dite et nous pouvons maintenant recommander l'âme du misérable George Floyd au diable et à ses associés de l'État profond [6].

Noirs aux Etats unis 12 % de la pop totale 33 % de la pop carcérale
Blancs aux Etats unis 63 % de la pop totale 30 % de la pop carcérale

Notes

[1] Commission des lois de l'Assemblée nationale le 15 avril 2010 selon le directeur de l'administration pénitentiaire « La diminution constatée au 13 avril est de 9 923 détenus depuis le 16 mars ». Mme Belloubet, Garde des Sceaux, justifia cette mesure afin d'endiguer la propagation du virus dans les prisons après de plusieurs mutineries ayant pour cause la suspension des parloirs. Le taux de surpopulation carcérale serait de 103 %, avec 62 650 détenus au 15 avril, contre 119 % et 72 400 prisonniers au 1er mars. La surpopulation carcérale n'aura donc pas été résolue par la construction de nouvelles prisons comme promis en 2018, mais via le Covid-19... sachant qu'en France le primo délinquants ne sont jamais incarcérés.

[2] Le communiqué du 2 juin du Conseil scientifique présidentiel se décerne un satisfecit affirmant que « la période du confinement a permis de ralentir la dynamique de l'épidémie de façon marquée » et en outre tente au moyen de scénarios improbables (issus de modélisation erronées) de faire perdurer la peur [menace d'une seconde vague] paralysant encore les populations et les empêchant de défendre leurs libertés. Or l'utilisation des analyses de rupture de tendance aurait permis de constater que le confinement aveugle et policier à la française n'a pas été suivi par le moindre ralentissement des contaminations, et ceci dans aucun des pays qui l'a pratiqué, la baisse des contaminations n'ayant été observée que plus tard (5 semaines) et de la même manière dans les pays confinés ou non... Dr Gérard Delépine [francesoir.fr-5 juin 2020].

[3] Cf. La caillera, Anne Guidicelli 1991.

[4] Le 18 avril 2019, trois jours avant Pâques, Jorge Mario Bergoglio s'est rendu dans la prison de Velletri à une quarantaine de km du Vatican pour y célébrer l'office du Jeudi Saint et y reproduire — en les pervertissant parce qu'humilité n'est pas fétichisme — les gestes de lavement et de baisement des pieds de douze détenus de droit commun. Peu auparavant le 13 avril, le « pape François » embrassait les pieds du président de la République du Soudan du Sud, Salva Kiir et ceux du chef rebelle Riek Machar, personnages sanguinaires appelés à gouverner ensemble. Pauvre Église !

[5] Christian Vanneste 14 juin 2020

[6] Dans La Guerre froide culturelle : la CIA et le monde des arts et lettres, l'historien anglais Frances Stonor Sanders décrit comment les Fondations Ford et Rockefeller ont été/sont « les instruments conscients de la politique américaine secrète... étroitement liés aux Services de renseignements américains ». En ce sens, un don de cent millions de dollars montre qu'un puissant segment de la classe dirigeante s'est rallié aux objectifs de Black Lives Matter et que cette source de financement allait accroître la montée en puissance de cette organisation dès lors agrégée toujours plus étroitement aux réseaux du Parti Démocrate et des grands médias. Dans le contexte d'une confrontation entre Trump et l'État profond américain. Black Lives Matter est ainsi l'un des instruments de l'oligarchie judéo-protestante utile à déstabiliser D. Trump, même au prix du chaos social aux États-Unis.


Source de l'article : Geopolintel