Il s'agit d'une première en France. Le maire de Perpignan, Louis Aliot (Rassemblement national, RN), a rouvert, mardi 9 février, quatre musées de la ville. Une décision prise malgré une saisine de la justice et le maintien de la fermeture de tous les musées du pays en raison de l'épidémie de Covid-19.
gthv
© RAYMOND ROIG / AFP
Des gens visitent l’exposition « Portraits de reines de France », au Musée d’art Hyacinthe-Rigaud, à Perpignan, le 9 février.
« Il y a un virus, on l'a pour longtemps, il faut vivre avec. Des variants, il y en aura ; des virus, il y en aura. Il y a des traitements, il y a la vaccination, il y a toutes les précautions qu'on prend, habituons-nous. Et cela commence par expérimenter des choses », a plaidé M. Aliot. Il s'exprimait devant la presse lors de l'ouverture du Musée d'art Hyacinthe-Rigaud. Selon la mairie, 230 personnes ont visité ce musée au premier jour de sa réouverture.

Lundi, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, avait répété que les musées et les monuments seraient les premiers à rouvrir « quand nous aurons une décrue », critiquant « des initiatives purement politiciennes [qui] ne défendent pas la cause de la culture ». « On est en vacances. Il y a une jeunesse qui, aujourd'hui, est empêchée d'aller faire du sport, d'aller aux stations de ski. Ouvrons-leur un peu les musées et les lieux de culture », a déclaré M. Aliot.

Le préfet des Pyrénées-Orientales a saisi lundi soir le tribunal administratif de Montpellier pour suspendre les arrêtés de réouverture du maire. Selon le cabinet de M. Aliot, l'audience est prévue lundi prochain à 11 heures.

Selon le maire RN,
« le gouvernement navigue à vue depuis le départ. Qu'on laisse un peu les élus locaux et les maires faire selon le contexte local. On ne va pas rouvrir les théâtres, les cinémas, on va y aller petit à petit, il faut apprendre à vivre avec et cela commence par là ». « C'est un signe fort auprès de notre population, les Perpignanais, mais aussi du monde culturel et tous ceux qui veulent reprendre une vie non pas normale, mais une vie contrainte, mais contrainte d'une manière plus intelligente qu'elle ne l'a été jusqu'à présent », a-t-il ajouté.
Protocole sanitaire spécifique

Une dizaine de personnes attendaient devant le Musée d'art Hyacinthe-Rigaud l'ouverture des portes en fin de matinée pour notamment admirer l'exposition « Portraits de reines de France (1630-1665) » qui présente onze œuvres rarement montrées.

Un protocole sanitaire a été mis en place avec une jauge de 10 mètres carrés par visiteur, le port du masque obligatoire, la fermeture des sanitaires, l'attente en extérieur et un balisage au sol. La municipalité a en outre décidé de la gratuité totale des entrées de ses musées pendant un mois.

« On habite en face, on a entendu qu'on ouvrait le musée. On a dit, on va y aller. Ça nous manque le musée, évidemment. Tout nous manque. Je pense que si on est raisonnable, il y a aucune raison qu'on ne puisse pas... », a expliqué Bérangère, une sexagénaire.

« On est mieux ici que dans une galerie de supermarché. La fermeture me semble absurde. C'est évident que c'est un coup de force, on verra comment ça réagit », a-t-elle poursuivi. « Je suis ravie de revenir au musée », a lancé une autre visiteuse d'environ 90 ans.