La puissance dégagée se serait révélée environ 1 000 fois supérieure à la bombe d'Hiroshima.

asteroide ville détruite
Des chercheurs ont découvert des preuves attestant qu'une cité antique située dans l'actuelle Jordanie avait été détruite par l'explosion d'une roche spatiale géante, il y a 3 600 ans environ.

Une destruction aux proportions bibliques

Menées sur le site archéologique de Tall el-Hammam, ancienne citée fortifiée de la vallée du Jourdain, les fouilles ont conduit à la mise au jour de poteries transformées en verre, de briques de boue bouillonnantes et de matériaux de construction partiellement fondus sous une couche de charbon de bois et de cendres d'1m50 d'épaisseur. Selon les archéologues, cette destruction aux proportions bibliques pourrait avoir inspiré le récit décrivant celle de Sodome.
« Nous avons vu des preuves de températures supérieures à 2 000 °C. Je pense que l'une des principales découvertes est le quartz choqué. Il s'agit de grains de sable présentant des fissures qui ne se forment que sous une très forte pression », détaille James Kenett, co-auteur de l'étude, parue dans la revue Scientific Reports.
Des simulations informatiques ont confirmé qu'un évènement d'une telle ampleur ne pouvait avoir été causé que par un astéroïde massif, semblable à celui à l'origine de l'explosion de la Toungouska en 1908, qui avait soufflé 60 millions d'arbres en Sibérie. La roche spatiale responsable de la destruction de Tall el-Hammam aurait explosé à environ 4 kilomètres d'altitude, et la puissance dégagée se serait révélée environ 1 000 fois supérieure à celle de la bombe d'Hiroshima.
fissures
© Allen West
Images au microscope électronique de nombreuses petites fissures dans des grains de quartz choqués trouvés sur le site de Tall el-Hammam
Des terres probablement impropres à la culture pendant des siècles

La quantité inhabituellement élevée de sel relevée dans la région suggère également l'impact d'une partie de l'astéroïde (qui se serait fragmenté au contact de l'atmosphère terrestre), à proximité de la mer Morte. D'après les chercheurs, la vaporisation de grosses quantités d'eau salée en résultant aurait pu rendre l'ensemble des terres de la vallée impropres à la culture, ce qui expliquerait l'abandon de la ville et de plus d'une centaine de sites alentour au cours des siècles ayant suivi l'évènement.
« Personne n'aurait pu vivre dans cette vallée avant que les précipitations, très faibles sous ces latitudes, n'aient éliminé une part significative du sel s'étant déposé dans les champs », estime Kenett.
Bien qu'aucune preuve scientifique ne permette d'affirmer que Tall el-Hammam était bel et bien la Sodome évoquée dans l'Ancien Testament, l'ensemble des observations énoncées dans la Genèse sont compatibles avec l'explosion d'une roche spatiale géante dans le ciel, ce qui suggère que la catastrophe pourrait avoir influencé la tradition orale et inspiré l'histoire écrite de Loth et Sodome.
Tall el-Hammam
© NASA
Aujourd’hui appelée Tall el-Hammam, la ville se trouve à environ 11 kilomètres au nord-est de la mer Morte, dans l’actuelle Jordanie