© iStockphoto/Sebastian Kaulitzki
Three-dimensional computer-rendered E. coli bacteria.
Plus d'un millier de personnes en Allemagne et en Europe ont été infectées en ingérant des aliments contaminés par un sous-type de la bactérie Eschericia coli appelé "entéro-hémorragique". On fait le point sur cette bactérie avec l'Inserm.

Généralement inoffensives

Les bactéries Escherichia coli (ou colibacilles) sont normalement des bactéries intestinales inoffensives pour l'homme lorsqu'elles restent cantonnées au tube digestif. On les trouve en grande quantité dans les selles des hommes et des vertébrés. Elles sont également présentes secondairement dans l'eau et les sédiments.La souche E. coli entéro-hémorragique, qui est responsable de l'épidémie qui s'est déclarée en Allemagne, est quant à elle hébergée par les ruminants. Elle n'est pas pathogène pour les animaux mais elle peut se retrouver dans l'eau et être transmise à l'homme par ingestion de viande ou d'aliments contaminés tels que les légumes et l'eau, et être responsable de diarrhées banales ou sanglantes qui peuvent évoluer vers des complications graves.

Comment la bactérie devient-elle une bactérie tueuse ?

Dans les souches de bactéries pathogènes, il existe une toxine, dite toxine de Shiga, qui agit sur un récepteur présent à la surface des cellules humaines. La bactérie Escherica coli entéro-hémorragique n'est pas pathogène pour les ruminants car ils ne possèdent pas ce récepteur spécifique. Mais lorsque la bactérie pénètre chez l'homme par la voie orale, puis dans son l'intestin, elle se multiplie et produit la toxine. Il s'ensuit une diarrhée sanglante et le passage de la toxine dans le rein, avec, dans 5 à 8% des cas, une destruction des globules rouges et la survenue d'une insuffisance rénale.

La particularité de cette souche décrite récemment en Allemagne (la souche de type O104:H4) est d'être très virulente et de toucher essentiellement des femmes de plus de 18ans, alors que les autres E. coli entéro-hémorragiques atteignent plus souvent les enfants.

Comment l'éliminer ?

Cette bactérie n'est vraiment pas simple à éliminer car l'administration d'antibiotiques libère probablement la toxine dans l'organisme. Les traitements sont plutôt symptomatiques de la diarrhée, avec en parallèle une épuration de la toxine dans le sang. Les bactéries, et notamment les colibacilles, restent globalement une menace pour l'homme, notamment grâce à des adaptations permanentes de leur génome et une résistance accrue aux antibiotiques. E. coli est responsable de 2 millions de morts dans le monde chaque année (y compris en France), sous forme de diarrhées ou de pathologies extra-intestinales telles que les septicémies.

Les mesures de prévention

La Direction générale de la santé rappelle les mesures à suivre pour éviter la contamination par la bactérie E.coli :

* Le lavage des mains doit être systématique avant la préparation des repas, en sortant des toilettes ou après avoir changé les couches d'un nourrisson.
* Les légumes, les fruits et les herbes aromatiques doivent être soigneusement lavés, particulièrement lorsqu'ils sont consommés crus.
* Les plats cuisinés et les restes alimentaires doivent être suffisamment réchauffés et consommés rapidement.
* Les enfants ne doivent pas boire d'eau non traitée (eau du puit...)
* La conservation des aliments crus doit se faire séparément des aliments cuits ou prêts à être consommés.
* Les ustensiles de cuisine et le plan de travail doivent être soigneusement lavés, en particulier lorsqu'ils ont été en contact préalablement avec de la viande crue.